ILMC : OAK RACING EN FORCE ET EN AVANT-PREMIERE A PETIT LE MANS

 

 le Team OAK Racing engage à Petit Le Mans pour l’avant-dernière épreuve de l’Intercontinental Le Mans Cup trois prototypes OAK-Pescarolo, deux LMP1 et une LMP2, qui portent les couleurs de la mythique livrée de course bleue et orange de Gulf Oil International.

Et, une quatrième voiture pour l’équipe Américaine, United Autosports

Après les troisième et cinquième places au classement général des récentes 6 Heures de Silverstone pour les LMP1, 24 et 15 et la première place en catégorie LMP2 en ILMC de la 35, l’équipe de Jacques Nicolet, souhaite répéter  ce week-end, ces bons résultats sur le circuit de Road Atlanta aux Etats-Unis.

En préambule à la course de 1000 miles-10 heures qui se déroulera ce samedi 1er octobre, le team a participé à deux journées d’essais privés, en ce début de semaine.

Le programme comportait deux objectifs principaux. Tout d’abord les pilotes devaient prendre leurs marques sur le tracé atypique de Road Atlanta.

En effet cette piste présente de grandes difficultés, avec notamment de nombreux virages en aveugle et le redouté «Turn 1». Ensuite, l’équipe devait travailler sur les « set-ups » et tester l’endurance des pneumatiques.

Malgré la chaleur et la pluie qui se sont succédées au cours de ces deux jours, les objectifs ont été atteints et les performances des voitures se sont avérées prometteuses.

Sébastien Philippe, Team Manager de l’écurie Sarthoise nous raconte :

« Dans l’ensemble nous pouvons être satisfaits de ces deux jours d’essais. En LMP2, nous avons bien amélioré les set-ups. L’équipage de la 35, Jacques Nicolet, Frédéric Da Rocha et Patrice Lafargue, s’est senti pleinement en confiance, ce que les chronos sont venus confirmer. Nous pouvons donc espérer un très bon résultat en course. Il faut cependant encore travailler sur la fiabilité. Comme les pilotes, les voitures souffrent en effet de la chaleur qui peut atteindre plus de 40 degrés au sol.»

Et, il enchaine:

« Nous avons eu en LMP1 quelques problèmes de direction assistée, sans doute liés à la particularité du fameux Turn 1 où la force latérale atteint 3,5 G. Néanmoins la performance est là et nous visons le doublé essence avec nos deux équipages : Matthieu Lahaye, Guillaume Moreau et Pierre Ragues sur la 15 et Olivier Pla, Alexandre Prémat et Jean-François Yvon sur la 24.»

Avant de conclure:

« Cependant une course longue avec un trafic très dense et de nombreux safety cars, la spécificité américaine, attend tous les pilotes. La stratégie et la régularité seront déterminantes. Les essais libres de mercredi et jeudi seront l’occasion de faire des ajustements et permettront de se situer par rapport à nos concurrents.»

 

Côté pilote, Guillaume Moreau, pilote de la LMP1, la N°15, ajoute :

« Nous n’avons pas beaucoup roulé dimanche, mais lundi matin nous avons été une des rares voitures à prendre la piste sur le mouillé, ce qui nous a permis de valider beaucoup de paramètres avec Dunlop. Je ne connaissais pas Road Atlanta et j’ai pu me familiariser avec le tracé. Pour ses points de braquage en aveugle et son relief, il faut un gros cœur, mais je me suis vite mis dans le rythme ! En course ce sera plus compliqué. Seulement 20 voitures se partageaient la piste pour ces essais alors que plus de 50 prendront le départ samedi, soit une moyenne de plus de 14 voitures au kilomètre ! »


Olivier Pla, pilote de la LMP1, la N0 24, reprend :

« Ces deux journées d’essais ont été très constructives. Tout le bien que je pensais de l’auto s’est confirmé. Nous sommes sur la continuité des essais de Barcelone et de la course à Silverstone. Road Atlanta, où j’ai roulé en 2008, est un circuit fantastique comme il en faudrait en Europe. Il faut arriver à se lâcher et à prendre confiance. Et là c’est un vrai régal. Mais la grosse difficulté demeure la gestion du trafic. Samedi, il ne faudra pas commettre une seule faute et rester le plus possible dans les tours des diesels. Et si l’opportunité se présente, savoir la saisir comme à Silverstone. »

 

Et, Jacques Nicolet, propriétaire de l’équipe OAK  et pilote de la LMP2, N°35, raconte :

« Le réglage de la voiture convient parfaitement au profil des gentlemen drivers et j’ai eu beaucoup de plaisir à la piloter pour ce retour en LMP2. Par ailleurs, j’ai retrouvé mes coéquipiers de l’an dernier, avec lesquels nous avions terminé cette même épreuve sur le podium et remporté le titre LMP2 en ILMC. C’est de bon augure pour cette année, d’autant que nous roulons avec une toute nouvelle OAK-Pescarolo encore plus efficace. »

A noter qu’une quatrième OAK-Pescarolo, la LMP2 arborant le N°22, est engagée par United Autosports et pilotée par Stefan Johansson, Mark Patterson et Zak Brown.

Johansson ?

L’ancien pilote de F1 et notamment chez Ferrari et McLaren avant de terminer sa brillante carrière dans le baquet d’une Ligier

 Gilles GAIGNAULT

Photos : Eric Fabre-Patrick Martinoli – Thierry Coulibaly

 

Sport

About Author

gilles