GP SINGAPOUR: VETTEL, PAS DE TITRE MAIS LE COUDE A LA PORTIERE…

 

Onze secondes d’avance au bout des onze premiers tours de course…

Une nouvelle victoire , pliée en cent mètres.

Et un titre raté parce que Webber, s’est fait avoir au départ par Button, l’inintéressant Button (on y reviendra) qui est parti second et restera second.

Un GP animé tout compte fat finalement par un Hamilton, passant allègrement du meilleur au pire et à nouveau au meilleur !

Un GP désastreux pour des Ferrari roulant sur du verglas (par 35 à l’ombre, forcément à l’ombre d’ailleurs puisqu’il s’agit d’un GP de nuit…)

Et cela a duré deux heures. Long, le GP de Singapour !

VICTOIRE EN CENT MÈTRES…

Vettel était en pôle, il est bien parti en tête.

Logique.

Pour qu’il y ait encore un semblant de bagarre, il eut fallu un Alonso ou un Hamilton juste derrière.

Or, si Alonso, passe de la cinquième place sur la grille à la troisième, Hamilton lui, se fait avoir par un paquet d’autos et est … seulement huitième, en sortie de premier virage.

Pour ce qui concerne la victoire, le GP est en effet plié à ce moment là. En dix secondes, sur deux heures au total…

C’est assez peu, niveau spectacle…

PAS ENCORE CHAMPION,POUR UN POINT!

Pour que Vettel, soit Champion du Monde dès ce GP de Singapour, il eût fallu que Webber, second sur la grille, reste second.

Ratage total, aux feux verts, il voit Button et Alonso lui passer devant. Incroyablement et comme souvent, trop souvent, l’Australien foire son départ !!!

Alonso ne fera pas d’étincelles, sa Ferrari se barre de partout et l’on a beau être un génie de la glissade, à 290 km/h et à deux centimètres des murs en béton, les miracles, ont des limites…

Bref, Webber même mal parti, finira devant l’Espagnol.

NOCTURNE, BEAU ET TRISTE...

Reste Button.

Nous l’avons appelé « l’inintéressant Button » en ouverture de reportage parce que ce garçon gère ses courses, ses freins, ses pneus comme un boutiquier.

Pas question de le voir aller mordre le cul de Vettel, en début de course, en revanche, en fin de GP, on sait qu’à priori, il sera là.

En fait, l’histoire des voitures de tête, est écrite en quelques minutes et donc en quelques lignes.

Et, au final, Vettel, rate le titre …. d’un seul point, un tout petit point !

Sur les cinq GP encore à venir, il reste 125 points à distribuer pour le(s) vainqueur(s) et l’Allemand en a 124 d’avance sur Button.

Ce qui veut dire que pour que Button, soit Champion du Monde, il faut qu’il gagne les cinq derniers GP et que Vettel ne finisse jamais dans les dix premiers.

Va pas être facile cette histoire…

Bref, en quittant Singapour, le tenant du titre sait déjà, qu’il a renouvelé son bail et ce pour au moins un an !!!

HAMILTON LE GUERRIER

On l’a dit, Hamilton, qui n’avait déjà pas fait des qualifs exceptionnelles, il part quatre sur la grille, fait gouffre au départ du GP et se retrouve huit.

Et devant, c’est du lourd, avec les duettistes de chez Mercedes, Rosberg et Schumacher.

Mais, l’ancien Champion du monde, il attaque comme le dieu qu’il est et passe les deux « Mercos » de façon totalement magistrale.

Devant lui, il ya  maintenant Massa.

Qu’il va massacrer comme les deux autres, sans hésitation… sauf que le jeune anglais vise mal.

Il harponne le pneu arrière droit de la Ferrari d’un coup d’aileron, Massa crève, et comme d’hab les marshalls condamnent Hamilton à un passage par les stands, le fameux « drive through« , qui lui coûte plus de 20 secondes et dont il sort en milliardième position. (Vingtième, en vrai…)

On entendra à la radio un message désespéré genre « je peux encore faire des points? » auquel son stand répond « oui, si la voiture de sécurité sort« .

Elle sortira en effet, mais Lewis sera remonté, tout seul comme l’immense champion qu’il est, en cinquième position à l’arrivée.

Bref, GP raté mais beau spectacle.

Merci « Mister Ham » d’avoir sauvé ce GP insipide d’un ennui gluant…

SCHUMACHER PILOTE… D’AVION!  

Au trentième tour, Rosberg et Schumacher, sont en train d’attaquer la Sauber de Sergio Perez.

Surprenant mais sur un GP en ville, les changements de pneus sont incessants et ce gente d’incongruité peut se présenter.

Rosberg se loupe sur un vibreur, Perez le repasse, Nico s’énerve et le vire carrément dans un pif paf, au moment de le doubler.

Bilan, Schum derrière, qui s’apprête à passer, se retrouve avec, en très gros plan car il est très près de tout ça, des paquets de pneus arrières et de culs de voitures dans le champ de vision. le tout en ville et de nuit, donc vue en profondeur zéro…

Qui plus est, Schumi le rappellera après l’accident, on est en F1 et non sur des voitures de Grand Tourisme, et quand on lève le pied, la voiture s’arrête pratiquement…

Or Perez lève le pied, ce qui est assez fréquent sur un circuit de compétition, à l’approche d’un virage…

Schumacher est vraiment juste derrière, il lui monte dessus et, c’est très impressionnant, sa Mercedes s’envole et va s’écraser dans le mur en face.

La voiture de sécurité sort de son garage, Schumacher sort de sa voiture, on a quand même eu très peur.

PHILOSOPHIE DE CIRCUIT

Voilà.

En fin de course, Button remonte, comme prévu, sur Vettel. Et ne le passe pas. Le GP est fini, vivement le prochain, au Japon, le 9 octobre.

MANSELL EN 1992

 

Un petit mot quand même sur les perfs assez incroyables de Vettel cette année. On se dit qu’il a tout gagné et c’est presque vrai.

Onze pôle positions sur quatorze GP déjà courus cette année, neuf victoires.

A rapprocher de l’incroyable titre de Nigel Mansell en 1992, obtenu dès le GP de Hongrie, avec neuf victoires et quatorze pôle positions sur la saison.

Vettel aura sûrement plus de neuf victoires au total en 2011.

Les quatorze pôle en revanche, ce n’est pas fait.

Pourtant, c’est possible.

D’ailleurs, avec Vettel et son intouchable Red Bull Renault, rien n’est impossible!

Jean Louis BERNARDELLI

Photos : Red Bull – Teams

CLASSEMENT GP SINGAPOUR

1. Sebastian Vettel, Red Bull Renault. 2. Jenson Button, McLaren Mercedes, à 1’737. 3. Mark Webber, Red Bull Renault, à 29’279. 4. Fernando Alonso, Ferrari, à 55 »449. 5. Lewis Hamilton, Mc Laren Mercedes, à 1’07 »766. 6. Paul Di Resta, Force india, à 1’51 »067. 7. Nico Rosberg, Mercedes, à un tour. 8. Adrian Sutil, Force India, à un tour. 9. Felipe Massa, Ferrari, à un tour. 10. Sergio Perez, Sauber, à un tour. 11. Pastor Maldonado.12. Sebastien Buemi. 13. Rubens Barricchello à deux tours. 14. Kamui Koyabashi. 15. Bruno Senna. 16. Heikki Kovalainen. 17. Vitaly Petrov. 18. J’érôme d’Ambrosio. 19. Daniel Ricciardo à quatre tours. 20. Vitantonio Liuzzi.

CLASSEMENT CHAMPIONNAT DU MONDE 2011

1. Sebastien Vettel, 309 points. 2. Jenson Button, 185 pts. 3. Fernando Alonso, 184 pts. 4. Mark Webber, 182 pts. Lewis Hamilton, 168 pts. 6.  Felipe Massa, 84 pts. 7. Nico Rosberg, 62 pts. 8. Michael Schumacher, 52 pts. 9. Nick Heidfeld, 34 pts. 10. Vitaly Petrov, 34 pts. 11. Adrain Sutil, 28 pts. 12. Kamui Kobayashi, 27 pts. 13. Paul Di Resta, 20 pts. 14. Jaime Alguersuari, 16 pts. 15. Sebastien Buemi, 13 pts. 16. Sergio Perez, 9 pts. 17. Rubens Barricchello, 4 pts. 18. Bruno Senna, 2 pts. 19. Pastor Maldonado, 1 pt.

Circuits F1 Monoplaces Sport

About Author

jeanlouis