GT JAPON : SUCCES DE LA LEXUS DE TACHIKAWA-HIRATE AU MONT FUJI

 

Ce dimanche, la victoire ans le Championnat GT Japon est revenue à la Lexus du Team Cerumo que pilotent Yuri Tachikawa et Kohei Hirate.

Tout premier succès en 2011 pour Lexus

Le podium est complété par la Nissan GT-R de l’équipe Impul confiée au duo Matsuda- de Oiveira et par la Honda HSV-010 du tandem Kaneishi-Tsukakoshi

Concernant les deux pilotes Français qui roulent dans cette discipline, Loïc Duval se classe 4ème avec son équipier, Kogure  dans le baquet de la Honda HSV-010 de Dome, cependant que Benoit Treluyer associé à Motoyama, avec la Nissan du Team Nismo, finit sixième

Au classement provisoire du Championnat, la paire Quintarelli-Yanagida, septième ce week-end, occupe le commandement totalisant 60 points. Elle devance l’équipage franco-japonais, Duval-Kogure qui en compte lui, 52.

Benoit Treluyer: Le podium final pour objectif !

 

En lutte avec les postulants à la victoire, Benoît Tréluyer voyait ses chances s’évanouir quand son équipier peinait à mettre ses pneus en température. Tombée à la 6e place, la Nissan Motul-Autech perd des places au championnat mais reste plus que jamais en lice pour le podium.

Au soir de l’épreuve de Fuji, sixième des huit manches du Championnat 2011, Benoît Tréluyer pouvait nourrir bien des regrets. En attendant l’hélicoptère affrété pour lui-même et son camarade André Lotterer afin de rejoindre l’aéroport de Tokyo-Narita le plus vite possible (… pour cause de présence nécessaire au Salon de Francfort chez .. Audi!), il avait beau refaire le film de sa course qu’il revenait toujours à la même conclusion : la remise en température des gommes au début du second relais était la cause de tous ses maux !

Pourtant, après des qualifications un peu difficiles pour toutes les Nissan – à l’exception de celle équipée en pneumatiques Michelin – où il n’avait pu se qualifier pour la Q2, il avait magnifiquement redressé la situation.

« Pour quelques centièmes, nous sommes restés à la porte du top 10, déplore-t-il. Je me suis donc élancé de la 11e place de grille le lendemain… »

Après avoir fait l’ascension du Mont Fuji jeudi, Benoit s’est retrouvé au pied d’une nouvelle difficulté lors de son premier relai en course et, comme souvent depuis le début de la saison, il était en mesure d’effectuer une belle progression au milieu du peloton.

« Je suis remonté jusqu’à la sixième place, et je me battais dans un groupe composé de la Honda n°1 de Kogure-Duval qui finira au pied du podium, de la Honda n°17 de Kaneishi-Tsukakoshi qui grimpera sur la 3e marche et de la Nissan de Matsuda-De Oliveira qui allait couper la ligne à la deuxième place. Malheureusement, quand Satoshi a repris le volant, il a éprouvé beaucoup de difficulté pour mettre les pneus en température. »

Décroché par le groupe dans lequel bagarrait le Français, Motoyama était bientôt contraint de céder à la Honda n°100 de Izawa-Yamamoto.

« On se retrouve 6e au général et l’on perd pas mal de places au championnat, regrette Benoît. C’est un peu le règlement qui veut cela : les moins chargés en lest reviennent dans la course ! A Autopolis, lors de la prochaine manche, tout le monde pourra enlever la moitié du poids embarqué et cela risque d’être très serré jusqu’à la fin du championnat… »

Championnat sur lequel Benoit n’a pas tiré de trait définitif, même s’il a conscience qu’une place sur le podium est un objectif plus accessible que le titre.

« Il reste deux courses, soit 40 points à marquer en cas de victoire. Gagner le championnat va être difficile même si c’est encore possible mathématiquement, mais finir sur le podium est à notre portée. Nous allons tout donner pour l’atteindre ! »

Au Championnat, Benoît et son équipier Motoyama pointent désormais à la 5e place à distance respectable de la Nissan de Yanagida-Quintarelli qui compte 60 points. Puis suivent Kogure-Duval avec 52 points et, dans un mouchoir, Matsuda-de Oliveira avec 46 points et Kaneishi-Tsukakoshi avec 41 points.

L’équipage de la Nissan Motul-Autech arrive ensuite avec 39 points et garde toutes ses chances pour le podium.

Podium qui est désormais l’objectif principal du vainqueur des 24 Heures du Mans 2011.

Aurore Dupuis

Photo : Team

LE CLASSEMENT DE LA COURSE

1 – Tachikawa-Hirate (Lexus SC430) – Team Cerumo. Les 55 tours en 1″30’47″525
2 – Matsuda-Oliveira (Nissan GT-R) – Team Impul à 25″468
3 – Kaneishi-Tsukakoshi (Honda HSV-010) – Team Real à 25″573
4 – Kogure-Duval (Honda HSV-010) – Team Dome à 31″496
5 – Izawa-Yamamoto (Honda HSV-010) – Team Kunimitsu à 50″303
6 – Motoyama-Treluyer (Nissan GT-R) – Team Nismo  à 54″022
7 – Quintarelli-Yanagida (Nissan GT-R) – Team Mola à 1’01″088
8 – Ishiura-Iguchi (Lexus SC430) – Team Sard à 1’05″593
9 – Wakisaka-Couto (Lexus SC430) – Team Kraft à 1’11″131
10 – Ito-Oshima (Lexus SC430) – Team LeMans à 1’12″640
11 – Yasuda-Wirdheim (Nissan GT-R) – Team Kondo à 1’12″696
12 – Michigami-Nakayama (Honda HSV-010) – Team Nakajima à 1’14″997
13 – Kataoka-Ara (Lexus SC430) – Team Bandoh à 1’34″041
14 – Mutoh-Kobayashi (Honda HSV-010) – Team Suzuki à 4 tours
15 – Lotterer-Nakajima (Lexus SC430) – Team Toms à 7 tours

 MEILLEUR TOUR :  Hiroaki Ishiura  en  1’36 »513


LE CLASSEMENT PROVISOIRE DU CHAMPIONNAT 2011

1. Quintarelli-Yanagida : 60 points – 2. Kogure-Duval : 52 pts – 3. Matsuda-De Oliveira : 46 pts – 4. Kaneishi-Tsukakoshi : 41 pts – 5. Motoyama-Treluyer : 39 pts  

Sport Super GT

About Author

gilles