ILMC : AVANT LES SIX HEURES DE SILVERSTONE, VENDREDI ON TRAVAILLE…

A Silverstone, pour l’ultime manche du Championnat ILMC en Europe, les deux dernières se déroulant aux USA à Atlanta pour l’épreuve du Petit Le Mans puis à Zhuhai en Chine, retrouvailles entre les acteurs de l’endurance

Première séance, un coup à toi, un coup à moi…

Les Peugeot et les Audi ont donc commencé leur partie de cache-cache.

Domination Peugeot en début de séance, prise de pouvoir d’Audi en milieu, classement partagé à la fin !

Avec au final, l’avantage aux 908 et à Stéphane Sarrazin meilleur temps en 1’47 »755, qui devance les deux Audi R18 de Timo Bernhard, de 211 millièmes et d’Alan McNish de 325

Simon Pagenaud, complète le quarté de tête à 625 millièmes.


Belles performances des deux Lola Rebellion, dont la meilleure, celle de Neel Jani qui se permet de rester dans la seconde, alors que toutes les autres ‘’essence‘’ sont, elles, à 2 » et plus.

Les Pescarolo obtiennent un tir groupé en 7, 8 et 9ème places, les deux OAK, devançant la voiture du grand Henri… que se partagent Manu Collard, Julien Jousse et Christophe Tinseau

Faut-il y voir, un pas en avant de Dunlop ?

Deuxième séance, de longs run et un canon…

Le temps canon, c’est le chrono de la Peugeot, la 908 n°7 du duo Bourdais- Pagenaud, qui.. colle, pas moins de 1’’745, à toutes ses consœur diesel…

Alors que l’objectif de l’après-midi, semblait pour tout le monde d’assurer plutôt de longs runs, pour vérifier les consommations en gomme et en carburant sur sol sec (les prévisions météo pour demain et dimanche sont plutôt incertaines), il a suffit de bénéficier d’un tour clair au bon moment.

Toujours est-il que les deux Audi se sont essoufflées devant la deuxième Peugeot, toutes trois en 1’’2.

Derrière, la Pescarolo OAK du trio Pla-Prémat-Nicolet signe le meilleur temps des ‘’essence’’ à plus d’une seconde de la dernière diesel, devant la Lola Rebellion du tandem Prost-Jani et la Pescarolo de Collard-Tinseau-Jousse.

On a ainsi confirmation du bon fonctionnement des Dunlop qui équipe le OAK Racing.

En LMP2, la diversité est de rigueur :

L’Oreca du Race Performance devance la HPD du Strakka et la Zytek du Greaves Motorsport.

Ce qui donne au niveau pneu, Dunlop devant Michelin et Dunlop…

 

Les Ferrari dominent le GT, la 458 du JMW (en Dunlop) devance celle du Luxury de Stéphane Ortelli et Makowiecki (Michelin).

Une BMW pointe à la troisième place.

En GTAM , la Porsche Matmut (Michelin) devance la Ferrari du Krohn Racing (Dunlop).

Pour finir, le FLM est dominé par la voiture du Neil Garner Motorsport qui devance de plus de deux secondes, son plus proche poursuivant….

Mais tout ceci pourrait-être complètement bouleversé en cas de pluie, ce samedi…

 

Texte et photos : Patrick Martinoli

Sport

About Author

gilles