INFINITI M35H HYBRIDE:MELANGE ETONNANT!

Hybride!

Et sans brides, on le verra à l’usage.

Parce qu’en même temps, bourrée de chevaux, économe comme un comptable hargneux, verte comme un Hulot ne pourrait même pas en rêver… …

Pour son passage au double système thermique-électrique, Infiniti a dégainé un argument extrêmement canon.

Cette M35h est une vraie réussite.

 PREAMBULE…

D’abord lecteur, si tu es pressé et si tu ne sais pas ce qu’est un journal Internet où il fait bon vivre, tu as un résumé d’exactement deux lignes, en fin d’article.

Ensuite, il faut d’abord rappeler que dans les voitures vertueuses sur le plan environnemental, le système hybride est le seul, absolument, qui soit opérationnel aujourd’hui !

Le tout-électrique en est à sa préhistoire (entre autres, batteries de courte durée, donc pas de longues distances possibles, pas d’infrastructures urbaines ou routières pour recharger, coût important puisqu’il faut changer les batteries chaque année ou tous les deux ans).

Donc, mélanger les avantages de l’électrique (il ya en a, inutile d’y revenir) et ceux du thermique, en oubliant au maximum les inconvénients des deux systèmes, voilà la seule voie vraiment ouverte aujourd’hui.

ESSAI PARISIEN MULTIPLE

Hybride signifie double motorisation, thermique et électrique, utilisables séparément ou ensemble.

Il fallait donc essayer plein de trucs pour avoir une vraie idée de ce que vaut l’auto.

Sur cette Infiniti M35h, il ya deux embrayages, pour que le mélange des genres ne se mette jamais à hoqueter. Et pour la charge des batteries, il y a plusieurs systèmes afin de  récupérer le moindre petit bout d’énergie en passe d’être perdu.

C’est bien vu.

Tester tout ce que propose l’auto?

Mon ami Paul Constantini, avec qui nous avons partagé la voiture d’essai, outre qu’il est un cameraman de génie, a un gros avantage

Il connaît la région parisienne comme sa poche (quand moi, con de parigot, je cherche juste mon passeport quand je passe les périfs…) et peut donc sortir, sur un parcours de 30 ou 40 km, de l’autoroute, de la route, du petit virolo façon montagne, du pavé façon Paris-Roubaix, des gendarmes couchés en pagaille, des endroits où la conduite énervée est encore possible et même des petits coins charmants au bord de l’eau pour les vidéos…

Je vous l’ai déjà dit chers lecteurs, mon métier ne consiste pas à recopier des dossiers de presse et des fiches techniques.

Pour qui veut connaître le diamètre des boulons de serrage du crochet de roue de secours, Internet est une source d’une richesse incommensurable!

En revanche, j’ai la chance d’essayer à peu près tout ce qui se fait avec des roues et un moteur. Mon métier, tel que je le vois,  est d’essayer de vous emmener à mes côtés…

COUP DE PIED …

L’Infiniti M35h, dans un premier temps, c’est des chevaux.

Chez les amateurs éclairés de la chose sportive, on appelle cela, de façon très poétique, le coup de pied au cul…

Et celui là est incroyable!

Inattendu, parce que  quand on pense véhicule électrique, vert, voire vertueux, on se dit aussi que côté pilotage énervé (ce qui remplace le pilotage rapide, qui comme chacun le sait est intedit…) ce sera  une vraie cure d’anésthésiant…

Erreur!

C’est simple. 300 CV en thermique, il s’agit d’un V6, plus 68 CV en électrique, cela en fait une voiture de rêve!

UN MOTEUR DE FOLIE

 

On rappelle le principe de l’hybride.

Quand tu utilises le moteur thermique, cela coûte du carburant mais ça remplit la batterie.

Quand tu es à l’arrêt, tu dépenses rien.

Quand tu redémarres doucement, en ville par exemple, tu es sur l’électrique grâce à la batterie que tu as remplie en roulant… ça, c’est le principe de base. Avec une énorme conséquence sur la consommation.

Les conducteurs desCgrandes villes, le savent

Ce  qui fait le plus mal quand on passe à la pompe?

Les démarrages et les accélérations. Une auto qui roule pendant une heure à vitesse constante ne bouffe rien…  mais ici comme au démarrage, tu es électrique, tu claques pas tes ronds pour engraisser, Monsieur Total…

Ensuite, si tu insistes pour faire un démarrage façon Grand Prix, le moteur thermique est là.

Et si tu as envie, alors que tu roules déjà à une vitesse (AU-TO-RI-SEE!) qui soit une vraie vitesse, tu peux avoir besoin de chevaux.

Quand par exemple, tu es en côte avec cinq personnes à bord, tu doubles un camion et un autre camion arrive en face… …

Oui je sais, je m’en sors lâchement mais pas le choix…

Bref, il ya des moments où comme dans les westerns,  tu es content de pouvoir compter sur la cavalerie.

Donc  tu mets gaz…

Et là, non seulement tu as 300 CV qui rigolent mais en plus, si tu insistes, les 60 CV électriques s’ajoutent au truc.

Même Loeb, tu vas l’épater, quand tu vas l’emmener essayer ta caisse un dimanche, quand il n’y a pas de rallyes…

HYBRIDE ORIGINAL

LES FREINS RECHARGENT LA BATTERIE

INFINITI, met un truc formidable en action.

Un récupérateur d’énergie. Et oui comme sur les F1!

Quand tu lâches l’accélérateur, que tu es donc sur le frein moteur, hop, la batterie récupère l’énergie que tu allais perdre comme un imbécile qui n’aurait pas lu Newton! (Lecteur, je te rassure, c’est mon cas… Newton est un formidable mathématicien, le plus grand probablement de toute l’histoire de l’humanité, mais en lecture, c’est assez …rébarbatif…)

Encore mieux que Newton.

Quand tu freines, tu vois un peu la chaleur que ça dégage?

Et l’énergie que tu envoies n’importe où?

Ici hop! On récupère!

Il ya donc plusieurs façons de conduire cette Infiniti hybride.

L’écran central (photo ci-dessus, au-dessus de la pendule que je trouve vilaine) permet de voir ce qui se passe, sur quel mode on est en train de fonctionner.

 Si c’est la batterie qui bosse, c’est le thermique…

On peut aussi choisir le mode de conduite, grâce à une molette réglable à quatre positions, Sport, Normal, Eco, Neige… ce qui signifie que LES moteurs (il y en a deux!) vont réagir plus ou moins brutalement aux sollicitations du conducteur!

Conducteur qui est totalement maître du truc.

Et les assistances sont là pour l’aider, pas pour l’emm… ce que l’on voit hélas fleurir sur certains véhicules électronisés comme des fusées Ariane avec une prolifération d’élucubrations d’ingénieurs qui manifestement, ne conduisent jamais de bagnole!

On peut donc choisir totalement comment on conduit, en fonction de ses envies ou des besoins du moment.

On peut tenter d’utiliser seulement la batterie, ce qui n’a qu’un intérêt limité, on voit juste que la bagnole tout-électrique, ça va être marrant comme un cours de morale dispensé par une Ursuline…

AIGUILLE VERS LE HAUT, TU MANGES DU PETROLE; VERS LE BAS, TU CHARGES

On y arrive, mais faut vraiment être d’une douceur de savon Cadum. Accessoirement, tu te fais klaxonner par les mecs derrière, ce qui prouve qu’on a bien fait l’essai à Paris!

On va donc subtilement mélanger électrique et thermique.

 Comme il ya deux embrayages, autre coup de génie du constructeur, quand tu démarres, il n’y a jamais d’à coups.

Alors les options de conduite?

 Quand tu démarres, c’est d’abord électrique, puis aide du thermique, puis thermique tout seul et quand tu relâches, ton témoin de flux devant toi te montre que tu remplis ta batterie à donf !

La quatrième option a été présentée plus haut, c’est toute la cavalerie en même temps, plutôt en cas de besoin mais sensations garanties, même pour les plus blasés!

INSIDE LANGOUREUX…

On va pas passer la nuit sur l’intérieur pour une bonne raison, c’est que voir l’intérieur d’une voiture c’est gratoche, suffit de passer chez le concessionnaire.

C’est classe sans se la péter, on y trouve ce qu’il faut de luxe pour se dire qu’on peut aussi se faire plaisir dans un truc où on passe des heures de sa vie…

Position de conduite géniale, à la Darniche. (Pour les djeuns, Darniche, Bernard de son prénom, avait mis à l’honneur la conduite sportive bras pliés, quand à l’époque, pour se prendre pour un bon, il fallait avoir les bras totalement tendus. Et c’est infiniment plus efficace!)

Il ya un tableau de bord qui peut se transformer en cockpit de Boeing pour les tarés de la techno, et qui peut aussi rester un tableau de bord…

L’écran central sert évidemment de GPS, une voix sirupeuse t’avertit par exemple que tu vas trop vite, c’est bien fait d’ailleurs, elle te le dit plutôt quand il ya un radar dans le coin… (je ne suis pas con à ce point, mais ici, il faut jouer naïf, sinon le premier flic de France va encore nous chercher noise et il va encore devoir avaler son chapeau… Inutile d’en rajouter…)

L’écran se modifie à loisirs pour indiquer si l’on est en train de charger la batterie, donc de mettre des ronds de côté,  ou… de multiplier par dix les profits des actionnaires de  « qui-tu-sais-avec -une -petite-moustache ».

La consommation indiquée par le constructeur est à 7 litres, comme toujours le mec qui a réussi ça est un ancien vainqueur du Mobil Economy Run, mais en ne se prenant pas pour Loeb partout, on doit arriver pas loin de ça. (Mobil Economy Run, des records de consommation dans les années 80, comme celui-ci, qui laisse rêveur: 5385 km avec un litre d’essence...)

7 litres aux cent kilomètres. Convenons en, avec 300 chevaux, c’est quand même pas mal!

IMPRESSIONS DE CONDUITE

Culturellement parlant, il faudra s’y faire.

 A l’arrêt, feu rouge par exemple, (à Paris, les feux sont toujours rouges…) rien. Pas un bruit. rien qui tourne…

Tout fonctionne sur la batterie, mais rien ne tourne. C’est limite angoisse puis quand on se dit que -pas de bruit=pas de pognon claqué-, on s’y fait très vite!

Ensuite, evidemment, avec mon ami Paul sus-cité, on a commencé par envoyer du lourd.

On l’a dit, ça répond.

C’est rassurant en cas de besoin  et cela peut aller jusqu’au frisson.

Et à priori (on n’a’ cependant a pas essayé sur le mouillé), ça ne se barre pas en sucette quand on appuie.

Il est vrai aussi que, je l’ai dit, les deux embrayages adoucissent les mœurs… Ensuite on s’est calmés, on s’est conduits comme des gars qui aiment conduire…

 Honnêtement, grand bonheur. Y compris bien sûr dans les encombrements.

Quand ça roule, silence impressionnant. Ce qui est  étonnant en revanche, c’est que lorsque l’on roule  tout électrique, alors que l’on s’attend à des grincements disgracieux, on entend un léger bruit plutôt agréable.

Celui des ronds que l’on économise peut-être…

On a testé les suspensions.

Un mot, un seul: impeccable.

Les gendarmes couchés n’existent plus, les pavés sont de velours… Un truc amusant.

Quand on passe en mode « sport », les suspensions se raidissent. C’est plus ferme mais ça reste très confort, même sur des chaussées un peu défoncées. Et c’est incroyablement rassurant pour la tenue de route.

Si cette voiture était une musique, ce serait un « Smooth operator » (Shade) avec une option « Guitar Boogie » (Arthur Smith). Bon, j’ai plus récent . Bruno Mars au démarrage, Black Eyed Peas quand tu t’énerves…

ASSISTANCE A LA DIRECTION

La direction (dessin ci-dessus pour les accros du crobard) est peut être l’un des éléments les plus réussis de cette auto.

On ya une sensation naturelle, comme si l’on lisait la route avec les pneus.

 C’est génial parce qu’en fait, elle est totalement assistée et les ingénieurs ont bien bossé, on voit tellement de directions assistées qui annihilent toute sensation de conduite. Bien joué…

Il ya en revanche un truc auquel il faudra se faire.

Les freins.

En ville, on déconseille le freinage violent. Pas de problème, la voiture va s’arrêter très sainement, mais si les passagers derrière ne sont pas brêlés (pas de ceinture bouclée) ils  vont manger les sièges devant eux…

Sur route, à l’inverse, comme c’est une voiture potentiellement sportive, on s’attend à un freinage façon 24 Heures du Mans et c’est un peu mou du genou. Mais c’est une impression, pas une réalité.

Ceci est expliqué sur le dessin ci-dessous, évidemment réservé aux adorateurs de trucs exotico-abscons, il en faut pour tous les goûts…

C’est que pendant le freinage, on s’en souvient, le moteur électrique est activé, l’énergie cinétique est transformée en charge de batterie.

Le freinage, quand il est important, est comme le reste, adouci. Encore un changement culturel.

On freine sans problème, mais on a un peu la sensation d’être sur un simu, pas pour de vrai quoi…

Encore une fois c’est une sensation, pas une vérité.

Parce que d’un point de vue strictement mathématique, le freinage est sans problème.  Il faudra s’y faire, et ensuite c’est fastoche.

BAGAGES…EUH…

Les batteries, c’est la malédiction de l’électrique!

Même de dernière génération (Lithium-Ion)  ça prend une place dingue, d’autant plus que vu le poids, on ne peut pas les mettre n’importe où.

Et le coffre à bagages en prend un coup…

Bon, le constructeur écrit que cela reste un grand coffre, où l’on peut mettre quatre sacs de golf. (Photo ci-dessus à l’appui).

En ce qui me concerne, je ne joue pas au golf, je n’ai aucune idée de la taille d’un sac.

Ce dont je suis sûr en revanche, c’est que s’il ya quatre belles places pour quatre personnes assises en grand confort dans l’auto, il n’y a pas la place dans le coffre pour quatre grandes valises.

Bon, le monde idéal n’existant pas, il fallait bien s’attendre sur cette auto réussie à un mauvais point. Le voilà…

PIETONS ET VELOS PROTEGES…

Le lecteur aura compris ça et là  que je suis très moyennement pour les trucs électroniques sur une auto. mais il ya quand même des grandes trouvailles. Au hasard, le Coyotte…

Sur cette Infiniti hybrise, c’est un système de détection. Sans image, il s’agit d’un son… le truc qui fait bip-bip quand on approche une autre voiture de trop près, assez exaspérant d’ailleurs, on connaît.

Ici, on essaie d’empêcher de heurter un piéton ou un vélo.

Le truc ne fonctionne donc que quand on roule (si vous êtes à l’arrêt, le pièton ne risque rien…)  et à basse vitesse (si on roule à 130 sur autoroute, en principe, ni piéton ni vélo et s’il y en a un les deux systèmes qui peuvent le sauver sont le destin qui ne veut pas de lui et le conducteur de la voiture aux yeux d’aigle et aux réflexes de chat qui l’évitera… ).

Il se déclenche, si piéton il ya, en accéleration jusqu’à 30 km/h, à la décélération et en marche arrière. Voilà un truc super bien vu.

PRIX: AÏE!

On va aller vite. 55 000euros.

Pouvant aller à 61 000, en version Premium.

Un seul réflexe: si vous êtes prêt à investir ce genre de somme dans une auto, essayez juste de comparer avec ce qui se fait ailleurs. Et du coup, c’est, de façon très relative, peu cher.

Qui plus est, le système hybride bénéficie d’avantages fiscaux non négligeables. Bon, c’est sûr que l’on est dans le haut de gamme…

RESUMÉ(S)

Tout est bien, la voiture est géniale, sauf la pendule, le coffre réduit par les batteries et le freinage ultra-efficaces  auxquel il faudra s’habituer!

Voilà, j’avais dit deux lignes, c’est fait.

Vrai résumé?

Quelques chiffres pour finir.

Cette  hybride est une combinaison très efficace d’un V6 Essence de 306 Cch et d’un moteur électrique (batterie lithium-ion de 1,4kWh) de 68 ch, c’est à dire le plus puissant existant actuellement sur le marché.

Puissance maximale de 364 ch avec un couple de 350 Nm.

Consommation annoncée 7 litres (en mode mixte). Silence exceptionnel. Accélération de 0 à 100 km/h en 5,5 secondes.

Waouh!

Faible émission de CO2: 162g/km.

Direction assistée à sensations quasi naturelles. Récupération de l’énergie intelligente et efficace.

Système d’alerte sonore pour éviter les piétons.

Bref, une sacrée auto!

 Jean Louis Bernardelli

Photos : Constructeur

 

Constructeurs

About Author

jeanlouis