GT TOUR : LETTRE OUVERTE D’OLIVIER PANIS

 

 

Muriel Belgy, l’attachée de presse d’Olivier Panis, nous a fait parvenir, à l’issu du meeting GT Tour FFSA d’Albi, une lettre ouverte, rédigée par le pilote grenoblois, ancien pilote de F1 et victorieux notamment du plus prestigieux des Grands Prix, celui de Monaco le dimanche 11 Mai 1997

Dans ce courrier, Olivier Panis s’exprime à cœur après la manche albigeoise du Championnat de France GT FFSA, dans le cadre du GT TOUR.

« Aujourd’hui, la coupe est pleine et je me dois d’exprimer mon sentiment suite à la course de cet après-midi et dénoncer l’incompétence des personnes mises en place par la Fédération Française, pour gérer la partie sportive de ce championnat. Je tiens à préciser, avant de développer, que je ne remets absolument pas en cause le travail d’Oreca en sa qualité de promoteur du GT TOUR, bien au contraire. Hugues de Chaunac, que je considère avant tout comme un ami, a apporté avec son équipe, une nette amélioration,au niveau de l’organisation sur chaque circuit et c’est d’autant plus dommage.

Depuis plusieurs années que je dispute ce Championnat, je constate une accumulation d’erreurs inadmissibles des autorités responsables. Ce dimanche, par exemple, j’ai écopé d’un drive-trough, injustifié. En effet, après avoir pris un bon départ au feu vert, avec le droit d’accélérer au passage de la ligne comme cela était énoncé au briefing, la direction de course, une fois de plus, a fait une erreur de jugement et m’a pénalisé à tort. Dans cette même manche, Laurent Pasquali, s’est vu obligé, d’effectuer un stop and go, sous prétexte de ne pas avoir respecté le temps imparti dans les stands pour finalement se rendre compte que les commissaires s’étaient trompés.

Nous sommes arrivés à un niveau d’incompétence au niveau de la Fédération Française de Sport Automobile vraiment honteux, que je n’avais encore jamais rencontré dans ma carrière. Je comprends pourquoi certains pilotes décident de s’expatrier à l’étranger et je peux annoncer qu’en l’état actuel des choses, l’an prochain je ne reviendrais pas disputer ce championnat de France. Tout  cela est d’autant plus inacceptable quand on connaît les efforts d’investissement des teams, des sponsors et des pilotes pour y figurer.

Le niveau du plateau est élevé tant sur le plan technique que sportif et nous faire subir de tels préjudices est inadmissible. Quand on voit que ce dimanche, à cause de l’erreur de la direction de course, mes coéquipiers Renaud Derlot et Gilles Vannelet, qui avaient remporté l’épreuve, se voient obligés de céder leur première marche du podium, je ne peux pas laisser passer cela. Je ne reviens pas sur la problématique de la balance de performances car là aussi nous n’avons pas eu d’interlocuteurs capables de prendre des décisions cohérentes.

Voilà pourquoi le sport automobile français ne peut pas être pris au sérieux sur les circuits nationaux et le fait que le règlement en championnat de France GT soit appliqué par des bénévoles ne suffit pas à excuser un tel manquement de rigueur et sérieux ».

Olivier Panis

Qu’ajouter ?

Que ces propos courageux d’Olivier Panis, bon nombre de pilotes croisés sur les circuits cette année, y adhérent, ayant rigoureusement le même jugement !

Alors, espérons que les plus hautes instances de la FFSA vont se pencher rapidement sur ce délicat dossier, s’il en est …

Car si des Teams et pilotes venaient à déserter, ce serait dramatique !

Rappelons qu’à Albi… 17 voitures étaient au départ de la 1ère course ce qui avouons-le est plutôt maigrichon !!!

Et que seulement quinze bolides se sont élancés dans la seconde…

La France ne possède déjà plus de courses en Formule Renault, ni en Formule 3, il serait désolant que le plateau du GT Tour 2012 se retrouve à son tour squelettique, avant de disparaitre à son tour !

Gilles Gaignault

Photos : GT Tour – MBM – DPPI

OLIVIER EN COMPAGNIE DE JEAN PHILIPPE GRAND ET GÉRARD TONELLI

Sport

About Author

gilles