GP MOTO A MISANO: ZARCO EN POLE!

Johann Zarco vient de décrocher en Italie, au GP de San Marino,  une pole qui deviendra peut être historique…

Sa catégorie 125 voit une  fin de saison aussi crispante que géante.

On rappelle que  l’officiel Aprilia, Nico Terol a tué les premiers GP avant de voir fondre sur lui le Français Zarco, qui pilote une Derbi  »privée ».

On rappelle qu’après être remonté à quelques points du leader, le Français a raté son GP d’Indianapolis et est du coup à 26 points de Terol. Soit plus d’une victoire de différence.

On rappelle aussi que le jeune Français, est passé à plusieurs reprises à un vrai cheveu de la première victoire de sa carrière.

On rappelle enfin que Zarco est un dieu du guidon en train de naître.

LA STRATEGIA DEL RAGNO 

Cela signifie « la stratégie de l’araignée » et c’est un film phénoménal de Bertolucci (1970). Toutefois, ce qui se passe en ce moment à Misano, n’a heureusement rien à voir avec le « pitch » du film, où les années noires de l’Italie, sont très présentes.

C’est la stratégie de Zarco, qui m’y fait penser.

Tout le monde sait qu’Aprilia, qui possède aussi la marque Derbi, a logiquement investi sur Terol, parce sa marque est très dominante sur le marché des motos clients.

Et que Zarco ne pouvait donc pas imaginer en début d’année, aller se battre avec un géant industriel et technique de cette envergure.

Et puis…

On sait que dans la bataille avec les géants, Gulliver et ses potes Lilliputiens ont fini par l’emporter… à force de stratégie.

Que fait l’araignée pour bouffer des insectes gros, trois ou quatre fois comme elle?

Elle tisse sa toile et en fin de match, elle flingue.

C’est la seule stratégie possible de Johann. Enfermer le géant, le paralyser, et enfin sortir le surin.

 Donc le bouffer par petits bouts.

Il faut donc qu’à chaque GP, Zarco lui en mette un coup. Ensuite, cela deviendra des maths.

 26 points à rattrapper en 6 GP, donc entre quatre et cinq à chaque course. Zarco a fait le boulot pendant les essais chronos.

Reste plus qu’à refermer la toile.

La toile?

Le symbole qui se trouve sur le casque du jeune français peut ressembler au piège mortel de l’araignée

Gaz Johann!

MOTO2: KOLOSSAL BRADL!

Stefan Bradl

Là encore, une histoire de fous. Bradl est un jeune pilote allemand qui a tout ramassé en début de saison, dans une forme de « Blietzkrieg » absolue.

Et puis, le casque à pointe a dû s’émousser… (pardon, blague totalement anti- schpountz  qui ne fait rigoler que moi. Bon, si ça vous fait un peu marrer aussi, on ne dira rien aux fonctionnaires européens qui croient que leur gros salaire suffit à faire avancer le vieux continent vers l’unité).

Bref  l’Espagnol Marc Marquez lui tond la laine sur le dos.

Plusieurs victoires d’affilée pour l’Ibère quand le Germain se  cague un peu aux brailles. Alors, on dit tous « Waaah! Vive le vent d’Ibère! » (Un coup aux teutons, un coup aux latins).

Et puis…Bradl s’est relevé.

Et les luttes avec Marquez se font au millième de seconde!

Ici d’ailleurs, l’Allemand met un boulevard à l’Espagnol en comparaison d’autres GP, il est… 236 millièmes devant. Ce qui doit faire un peu plus d’un pneu.

Pas d’une roue.

D’un pneu.

MARC MARQUEZ

A signaler que Bradley Smith, possible remplaçant d’Edwards l’an prochain sur la Tech3 de MotoGP, Bradley qui est déjà dans le Team Tech3, sort un joli sixième temps, sur une grille de départ démentielle qui compte 39 concurrents!

MOTOGP: STONER L’AS  

Et même le poker d’as? s’il gagne le GP de Saint Marin! (Pour les non- initiés de ce jeu à la con qui vous prend la tronche et le pognon, TOUT le pognon, un poker est la série des quatre mêmes cartes d’un même jeu…)

Il ya un truc marrant.

Avant les essais, Stoner avait dit « Je n’aime pas Misano. Ici je vais rouler tranquille. Il faut qu’on a ssure un peu… »

Et? il fait la pole devant Lorenzo !!!!

Heureusement qu’il a assuré!

Qu’eut ce-été, s’il eut attaqué!

Bon.

Stoner est un formidable pilote et peut être un très mauvais menteur!

CASEY STONER

Derrière viennent donc cinq machines d’usine.

Lorenzo (Yamaha), Pedrosa (Honda), Spies (Yamaha), Simoncelli (Honda Gresini) et Dovizioso (Honda).

Ce qui tendrait à prouver qu’effectivement, les Yamaha sont à l’aise ici et que donc Stoner est encore plus fort que les plus forts.

COLIN EDWARDS

Les « Yam » marchent bien, témoin aussi Edwards, qui apporte au team Tech3 une jolie septième place sur la grille.

L’attachée de presse du Team nous envoie ce mot laconique du pilote ricain, archi-sympa le mec d’ailleurs.

A 37 ans, c’est un excellent pilote et un formidable philosophe.

 « ‘Je suis super heureux de ce septième temps mais j’ai  la honte, avec tout le boulot que le team a fait, je devais aller sur la deuxième ligne de la grille! on a changé toute la géométrie de l’avant de la moto entre hier et aujourd’hui, pour se donner un peu de stabilité dans les courbes rapides ».

Belle « moto-critique » de ce garçon qui arrête la compète à la fin de l’année, et que l’on regrettera…

Puis viennent Bautista et sa Suzuki Usine, Barbera et sa Ducati privée (devant les usines donc…) et la Honda Gresini d’Aoyama, ferment le ban des dix premiers.

Les Ducati d’usine sont toujours en crise, Rossi onzième temps, Hayden quinzième . De Puniet est quatorzième, on n’est pas du tout dans une année Ducati.

Randy peut aussi nous faire un beau GP.

C’est tout ce qu’on lui souhaite!

Jean Louis Bernardelli

Photos : MotoGP

 

Moto Sport

About Author

jeanlouis