F1: ENCORE ET TOUJOURS VETTEL ET LES RED BULL-RENAULT

Souverain en début de saison, où il avait accumulé pas moins de six victoires, le Champion du monde en titre, l’Allemand Sebastian Vettel, avait ensuite curieusement marqué le pas.

Devant laisser les succès lors des trois derniers GP disputés.

Mais, tout d’abord en juin au Canada, ou poussé et harcelé par Jenson Button, il avait commis l’irréparable un tête à queue, et ce à quelques encablures de l’arrivée.

Laissant ainsi triompher la McLaren …

Par la suite, il avait à nouveau du s’effacer et laisser la plus haute marche du podium et les honneurs successivement à Silverstone à la Ferrari d’Alonso. Puis en Allemagne chez lui, à la McLaren, d’Hamilton puis ensuite en Hongrie, à nouveau, à celle de Button !!!

Il faut croire que les quatre semaines de pause estivale en ce mois d’aout, lui auront fait le plus grand bien, puisque ce week-end, le leader du Championnat, a retrouvé toute l’étendue de son jeune talent, empochant, et la pôle samedi, et la victoire ce dimanche, dans le GP de Belgique, disputé sur le circuit de Francorchamps


Sebastian Vettel et son irrésistible Red Bull-Renault, ont en effet dominé cette douzième manche des dix- neuf manches du Championnat du monde 2011, ce dimanche à Spa.

Le n°1 mondial remporte donc sa septième victoire cette année mais sa toute 1ère sur le toboggan ardennais , en devançant son coéquipier Mark Webber et la McLaren du britannique, Jenson Button.

A retenir la quatrième place seulement de la meilleure des deux Ferrari, celle de Fernando Alonso, cependant que Lewis Hamilton, a malheureusement du abandonner, suite à une touchette avec la Sauber du Japonais Kobayashi.

Laquelle l’a violemment expédié vers les rails ou sa monoplace, s’est écrasé. Fort heureusement, Lewis quelques secondes KO dans son baquet, sortait rapidement sans bobos…

Parti comme il en a l’habitude de la pôle position, le leader du Championnat du monde, a toutefois pourtant dû composer, avec une dégradation accélérée de ses pneumatiques « tendre », qu’il lui a fallu  changer dès le 7ème des 44 tours que comportait cette course.

Il occupait alors la tête devant la Mercedes de l’inattendu et surprenant Nico Rosberg, auteur d’un départ canon et fulgurant qui l’avait vu s’emparer du commandement, subtilisant la première place, sitôt le départ donné.

Quatre tours plus tard, il signalait par radio à nouveau à ses techniciens, une nouvelle usure prématurée de ses gommes Pirelli.

Dans son malheur, Vettel allait profiter du violent accident survenu à Lewis Hamilton, au cours du  13ème  tour, pour en chausser des neuves.

Après ce second arrêt, une fois reparti en piste, au 3ème rang derrière la Ferrari de Fernando Alonso et la Red Bull-Renault de son équipier Mark Webber, qui eux, ne s’étaient pas encore arrêtés et n’en avaient pas encore changé, il parvenait à les déborder facilement .

D’abord, son équipier Australien puis ensuite l’Espagnol

Ce qui lui permettait de récupérer sa position fétiche, sa place préférée, la 1ère  au 18e tour.

Repassé à son stand, une troisième fois, au 31ème  tour, Vettel finissait finalement  le GP  en « medium ».

Ses deux adversaires directs, à leur tour passés par les stands, il ne restait plus alors à Vettel qu’à reprendre et avec une facilité déconcertante, le leader provisoire, Jenson Button.

Il faut dire que ce dimanche, le DRS proposait un avantage évident dans la très longue ligne droite de Kemmel, située immédiatement après le raidillon de l’Eau rouge.

En fin de course, les carences  de Ferrari  se sont révélées aux yeux de tous, Alonso s’éloignant du podium, doublé successivement par Webber au 37ème  tour puis par Button au 40ème .

Finalement, Vettel l’emportait en précédant Webber et Button. Alonso finissant 4ème devant les deux Mercedes de Michael Schumacher et Nico Rosberg

Schumi, particulièrement brillant, se classant à une plus qu’honorable  5ème place, son meilleur résultat cette année, le jour où il fêtait ses vingt ans de présence en GP, ayant couru avec une Jordan, ici à Francorchamps, son tout premier GP, le 25 aout 1991, en lieu et place de Bertrand Gachot, retenu en Angleterre par les autorités et ce pour une sordide histoire de jet de bombe lacrymogène , sur un taxi londonien

Content de retrouver la plus haute marche du podium, le pilote Red Bull, racontait :

‘’ Au sein de l’équipe, nous étions un peu préoccupés par l’état des pneus au moment de nous élancer, à cause de leur usure en qualification. Nous avons donc pris des risques. Nous avions pourtant toutes les raisons d’être confiants mais on ne sait jamais ce qui peut arriver. On s’est arrêté assez tôt et par la suite,  on a attendu de voir comment se comportait les gommes, sans trop se projeter dans la suite de la course. Finalement, mon rythme était le bon. Je me sentais bien dans la voiture. J’étais dans le rythme des pilotes les plus rapides, sans fournir trop d’efforts et j’ai pu repasser en tête. Après la mi-course et l’entrée en piste de la voiture de sécurité, je me suis reconcentré pour reprendre le commandement en dépassant Fernando Alonso et  ensuite creuser l’écart. En toute fin de course, j’étais plus à l’aise et j’ai pu gérer. La voiture fonctionnait parfaitement et par rapport aux précédentes courses, nous étions plus compétitifs. Je suis très, très heureux de ma course et de cette victoire mais aussi de la manière dont celle-ci  s’est déroulé’’

Cette victoire est d’autant plus belle après trois GP ou il n’avait pas gagné que son partenaire,  offre le doublé à l’écurie Red Bull-Renault

MARK WEBBER ET SES PARENTS, ALAN ET DIANE

Au lendemain de ses 35 ans fêtés avec ses parents venus de leur lointaine Australie, et de l’officialisation du renouvellement de son  contrat pour 2012, le grand Mark Webber a réalisé la course parfaite. Et ce malgré un départ plus que chaotique…

C’est la raison pour laquelle, l’Australien affichait une mine réjouie, en rejoignant son jeune équipier sur le podium.


Il explique :

‘’ Quel mauvais départ. Je suis plutôt déçu de la manière dont je me suis élancé. Nous avions décidé de nous arrêter très tôt (4ème tour) à cause de mes pneus, très usés après la séance de qualification. Je me suis ensuite battu avec Fernando  qui visiblement possédait un bon grip avec ses pneus ‘tendre’. Je suis resté à son contact et j’ai effectué un long relais avec les ‘tendre’. Mais, ils étaient détruits sur la fin. Nous avons alors rencontré un souci avec la radio. J’étais sensé ravitailler au moment où Seb est rentré. J’ai demandé à trois reprises si je devais rentrer mais je n’entendais pas la réponse. Il y a eu une légère confusion. Mais au final, c’est tout de même un bon résultat ’’

Si chez Red Bull, on affichait de larges sourires et n les comprend, que dire alors de la mine de Schumi !!!

Michael Schumacher a été l’auteur d’une course  remarquable sur la piste de ses débuts,  en 1991. Parti loin, depuis la 24ème place, après  avoir connu un souci mécanique en Q1, le pilote Mercedes débordait  à quelques encablures de l’arrivée son jeune coéquipier, Nico Rosberg pour intégrer le Top 5.

Et obtenir son second meilleur classement cette saison. Après sa superbe 4ème place à Montréal, au GP du Canada.

 

Schumi raconte :

‘’ J’ai remonté dix-neuf pilotes. Cela m’a procuré un sentiment incroyable. Je me suis fait plaisir en position de chasseur au fil des tours et des pilotes doublés‘’

Quant au revenant Bruno Senna, trop pressé au départ, il a ruiné son GP, en allant tamponner sa Lotus – Renault, contre la Toro Rosso de l’Espagnol ,Jaime Alguersuari.

Sanctionné par les commissaires, cette impétuosité, lui a couté cher…

Du coup, ‘’ l’intérimaire ‘’ de Nick Heidfelf,  ne se classe qu’à une bien modeste 13ème place !

A revoir dans quinze jours à Monza, le temple et l’arène du sport automobile..

Au classement provisoire du Championnat du monde des Pilotes, Vettel compte désormais 259 points, contre 167 à Webber et 157 à Alonso.

Au rythme qui est le sien, Sebastian devrait  renouveler son titre dés le GP du Japon, prévu le 9 octobre prochain.

Et ce alors que six GP resteront encore à courir !!

Côté Championnat des Constructeurs, il en va de même. Red Bull- Renault caracole en tête et totalise 426 points, McLaren 295 et Ferrari 231. Seulement !

C’est dire…

Gilles Gaignault

Photos : Teams-Red Bull -Pirelli

F1

About Author

gilles