MOTOGP: ROLLING STONER

Grand frisson d’un bout à l’autre de la course des MotoGP, avec une réalisation TV d’exception qui a non seulement suivi la démonstration de pilotage de Stoner mais aussi toutes les bagarres (et toutes les misères!) de cette course absolument phénoménale.

En Moto2, Marc Marquez grignote encore un peu Bradl et en 125, Zarco a clairement raté sa course, finissant cinquième seulement !

LE ROI S’AMUSE…

J’ai enfin compris le secret de Stoner.

Ce mec s’amuse.

Là, où les meilleurs pilotes du monde se sortent les tripes pour rester en piste et aller vite.

Là, où les autres se rentrent dedans car ce circuit d’Indianapolis, décidément très amerlo, rend la touchette quasiment obligatoire pour doubler.

Là, où les meilleurs se font chaleur sur chaleur…

Casey Stoner, lui, s’amuse sur sa moto, qu’il martyrise d’ailleurs joyeusement…

Laurent Corric et Bernard Garcia, excellents commentateurs pour NT1, dont on  sentait l’extase à la vue des images embarquées, ont aussi reconnu (et déploré avec beaucoup d’admiration…) que Stoner n’ait ainsi aucun respect pour sa bécane à quelques millions de dolls… (Dollars, pardon, je me laisse emporter…)

Mais quel pilote!

On croirait l’entendre rigoler sous le casque, presque crier des « Waoooh! ». C’est simple.

Sortie de courbe, à plus de 200, Stoner vise le vibreur extérieur, qui est énorme d’ailleurs.

Il est encore sur l’angle, en pleine dérive de l’arrière, en glissade en somme, et pour éviter que la roue avant ne se mette à faire la danse de Saint Gui sur le vibreur, et bien, il lève la roue avant!

A 250 KM/H, STONER SE MARRE...

J’avais vu ça en motocross. Spécialité US d’ailleurs, avec des calibres du genre McGrath.

Mais sur le goudron… Il s’amuse comme un môme.

Comme Mozart en fait, un môme de génie!

Il me rappelle aussi Keith Richards, le guitariste des Stones. Sur scène, quand il est bon, il rigole carrément.

D’où le titre de notre article.  »Rolling Stoner »…

Derrière?

Ah oui au fait, il ya eu une autre course, entre tous les autres…

EXCUSEZ MOI DU PNEU…

SIMONCELLI A FINI SUR LES JANTES

Les essais avaient clairement établi qu’au delà du dixième tour, les pneus seraient du chewing-gum. (Quelqu’un de la F1 a dû passer dans le coin…).

Ce qui donne Hayden déchaîné dans les premiers tours, juste derrière Simoncelli qui va passer Lorenzo pour la troisième place, deux super pilotes qui finissent aux pelotes, quatorze pour Simoncelli, « derjo » pour Hayden,  pelotes complètes, parce que plus de gomme!!!

Du chewing gomme en sorte…

Oui, elle est bonne, merci d’applaudir…

Cela donne aussi  des abandons pour Abraham et Capirossi. Cela donne aussi que Rossi, parti pour se ridiculiser, s’arrêtant et repartant à dix tours de la fin, avec une moto inconduisible, finit quand même dixième!

Cela donne aussi des pilotes heureux. Randy de Puniet par exemple.

ENFIN RANDY!

Nous avions laissé De Puniet souffrant physiquement,  terriblement de sa chute à Laguna Seca.

Souffrant aussi  moralement de tenter de faire rouler une moto horriblement difficile.

Cela donne que ce « dur au mal » comme dit mon ami Vassard, va au bout et finit meilleure Ducati, devant les autres privées et les officielles!

Et il s’est battu tout du long le Randy, avec Barbera, avec Crutchlow, avec Aoyama.

Il voulait entrer dans les dix premiers (les « branchés disent le « Top ten ») et il termine à une superbe  huitième place !

Il fait partie, avec Bautista et Edwards, des héros de cette course impitoyable.

Indianapolis a encore mérité sa célébrité… C’est aussi à ce moment de l’année qu’il faut faire des résultats…

Bravo Randy.

DERRIERE STONER…

BEN SPIES

Mais vraiment derrière alors!

Pedrosa est parti en tête, suivi par Lorenzo et Stoner. Spies a totalement raté son départ, il se fait passer par la terre entière en deux virages…

Stoner mange Lorenzo comme s’il n’existait pas, limite mépris quoi…

Puis, il met deux tours à remettre ce crâneur de Pedrosa, à sa place.

Après, ils ne le verront plus, mais vraiment plus, Pedrosa finit à cinq secondes, Spies à dix, Lorenzo à seize!

Car Spies a remonté tous ceux qui l’avaient humilié au départ, et il a fini par se faire Lorenzo.

J’ai vraiment cru que « Radio-Yamaha » allait lui faire comprendre qu’il ne pouvait pas passer Lorenzo mais la radio n’a pas dû marcher!

Il l’a passé comme un bolide, il l’a même carrément enrhumé!

Spies a quand même raté sa course, car il roulait tellement bien que c’est avec Stoner qu’il aurait pu ferrailler, au moins un moment.

Voià ce que c’est d’aller vérifier l’arrosage du gazon au moment du départ!

Bon, il passe quand même cinquième au général, un point devant Rossi…

LORENZO A LA PEINE

Au bilan, Stoner prend un paquet de points à Lorenzo et se retrouve avec 46 points d’avance au classement général.

Soit l’équivalent de presque deux GP!

Cela dit, une seule mauvaise chute avant la fin de l’année et Lorenzo fera un très contestable Champion du Monde mais Champion quand même!

MOTO2: MARQUEZ …MAIS BRADL PAS CRAMÉ!

MARQUEZ SE PREND POUR STONER!

On a vu que depuis quatre courses, Bradl, l’homme imbattable du début d’année, se fait ratatiner.

Marquez en est à quatre victoires d’affilée!

Et ce coup-ci, Marquez pouvait mettre une sorte de coup de grâce car Bradl est parti vingt-deuxième! Marquez gagne, peut pas faire mieux.

Mais Bradl remonte à la sixième place!

Du coup, s’il perd un paquet de points, il est encore en tête au général avec 28 points d’avance.

Bref, « Nothing is written » « Rien n’est écrit »  pour reprendre la formidable phrase de Lawrence d’Arabie.

En tous cas, si Bradl est titré en fin de saison, c’est ici qu’il aura sauvé les meubles!

125: LE MAUVAIS JOUR DE ZARCO

TERROL LE TERRIBLE

Terol a dû abandonner en République Tchèque et Zarco est remonté à 12 points au général.

On en était là, sur la grille de départ dIndianapolis.

Et Terol a été magistral. Il a la pôle et il part vraiment en tête dès le début. Il a l’habitude de la gagne sur ce circuit, où il a déjà triomphé deux fois.

Et on ne le reverra plus.

Vinales, parti loin derrière, a remonté tout le monde devant lui, jusqu’à Zarco qui est alors troisième à dix tours de la fin.

Mauvais plan, le Français se retrouve septième, il craque. Il se reprend au fil des tours pour aller passer son coéquipier chez Derbi, Efren Vasquez sur la ligne d’arrivée et décrocher une peu passionnante cinquième place.

ZARCO CINQUIEME D'UN CHOUIA...

On reprend alors l’expression de Lawrence.

 » Nothing is written ».

Mais ce que les finnois appellent le « Sissu », cette sensation d’être invincible, c’est pour l’instant du côté de Terol.

Zarco est maintenant à 26 points au général.

Prochain GP à Saint-Marin (Misano) le quatre septembre.

Jean Louis Bernardelli

Photos : MotoGP

Résultat MotoGP

1. Casey Stoner, Honda, Australie. 2. Dani Pedrosa, Honda, Espagne, à 4 »8. 3. Ben Spies, Yamaha, USA, à 10 »6. 4. Jorge Lorenzo, Yamaha, Espagne, à 16 »5. 5. Andrea Dovizioso, Honda, Italie, à 17 »2. 6. Alvaro Bautista, Suzuki, Espagne, à 30 »4. 7. Colin Edwards, Yamaha Tech3, USA, à 39 »6. 8. Randy de Puniet, Ducati Pramac, France, à 53 »4. 9. Hiroshi Aoyama, Honda Gresini, Japon, à 53 »7. 10. Valentino Rossi, Ducati, Italie, à 55 »3. 11. Cal Crutchlow, Yamaha Tech3, USA, à 57 »3. 12. Marco Simoncelli, Honda Gresini, Italie, à 1’01 ». 13. Toni Elias, Honda LCR, Espagne, à 1’02 ». 14. Nicky Hayden, Ducati, USA, à deux tours. Non classés. Hector Barbera, Loris Capirossi, Karel Abraham.

Classement Championnat du Monde MotoGP:

1. Casey Stoner, 243 points.2. Jorge Lorenzo, 199pts. 3. Andrea Dovizioso, 174 pts. 4. Dani Pedrosa, 130 pts. 5. Ben Spies, 125 pts.  6. Valentino Rossi, 124 pts. 7. Nicky Hayden, 105 pts. 8. Colin Edwards, 84 pts. 9. Marco Simoncelli 80 pts. 10. Hiroshi Aoyama, 77 pts. 11. Hector Barbera, 62 pts. 12. Alvaro Bautista, 49 pts. 13. Karel Abraham, 46 pts. 14. Toni Elias, 46 pts. 15. Cal Crutchlow, 49 pts. 16. Loris Capirossi, 29 pts. 17. Randy de Puniet, 27 pts. Viennent enfin John Hopkins avec 6 pts et Kouzouke Akiyoshi avec 3 pts.

Sport

About Author

jeanlouis