PIERRE LANDEREAU EST MORT

Les obsèques de Pierre LANDEREAU seront célébrés ce jeudi18 aout, à 15 heures à Saint Etienne la Thillaye entre Deauville et Cabourg, dans le Calvados.

Encore une bien triste nouvelle.

Pierre Landereau, n’est plus.

Celui que le milieu de la compétition automobile surnommait affectueusement ‘’ Pierrot ‘’ ou aussi  » Le Parrain  » nous a quitté en ce dimanche 14 aout,  et ce alors qu’il faisait son jogging en Normandie, à Deauville.

Agé de 69 ans,  »Pierrot », comme l’appelaient affectueusement ses proches, est décédé au cours de sa sortie quotidienne pour courir ses 10 kilomètres habituels dans les parages de son domicile normand, situé à Saint-Etienne-la-Thillaye, un petit village du Calvados.

Longtemps homme de confiance de son ami Jacques Laffite, Pierre Landereau était un vrai passionné de la course automobile.

Depuis les débuts à Montlhéry, à la fin des années 60, avec les magasins, les 1000 Miles de Jean Pierre Beltoise et Stand 14, tous deux situés sur la RN 20, jusqu’à ces dernières années où il s’était reconverti dans le commerce des belles automobiles

Notamment avec son célèbre  Show Room de la Rue La Fontaine puis du Bld Raspail

C’est Pierre Landereau aussi qui avait racheté la quasi-totalité de toutes les monoplaces Ligier de GP et d’abord toutes celles que pilota Jacques Laffite, dont il était très proche.

Et qui sont exposées dans le Musée Ligier situé dans l’enceinte du circuit de Magny cours.

A bientôt 70 ans, il aimait encore participer à quelques belles épreuves comme le Rallye du Maroc, navigué par son pote, Stephane Roux.

Après avoir disputé tout plein d’épreuves, dont de nombreux Dakar avec ses potes Jacques Laffite, Raphaël de Montremy et autres Philippe Bermudes, en autos comme en motos

Justement pour les vingt ans du Dakar, Éric Vargiolu, Jean Louis Bernardelli et une tripotée d’amis, avaient écrit un livre retraçant les meilleures anecdotes de leurs potes sur le Rallye.

Voici ce qu’avait raconté Pierre Landereau pour l’année 1980. C’est totalement le type d’humour qu’il adorait et que ses amis adoraient.

 » Je tombe en panne au milieu de nulle part en Haute Volta et je rate le camion balai. Je reste trois jours dans une tribu de Peuhls, sans possibilité de communiquer à part des signes et des sons. Quand j’ai eu bien faim, j’ai mangé un genre de fromage blanc avec de la pisse! Et puis j’ai trouvé un mec avec une mob et on s’est tapé 150 bornes, à deux sur la mob, par la piste, jusqu’à Ougadougou! je suis revenu en taxi brousse avec treize moutons et dix mecs, j’ai pu repartir à Bamako où j’ai vendu ma moto. Le tout a pris 10 jours! La vraie aventure, c’est quand tu sors de l’organisation du rallye ».

On pense évidemment très fort à VAVA, Françoise sa femme.

Voilà. Pierrot n’est pas mort… car il restera toujours bien présent dans nos mémoires, tant il était attachant

 

Gilles Gaignault

Photos : Bernard Bakalian

 

Stephane Roux, son pote, rend hommage au disparu.

 » Son amour pour le Maroc date pas d’hier ou des multiples Paris Dakar qu’il a disputé avec ses potes. En effet en 1970, suite à un coup de tel (il y avait pas le portable…) de son pote Dutronc qui avait vu un Lambo orange dans un magazine, il est parti aussitôt de nuit à l’usine en Italie pour acheter et livrer à Jacques Dutronc, 72 h plus tard, une Miura…orange devant l’hôtel de la Mamounia car à l’époque, le chanteur vivait un mois par an dans le Palace à Marrakech !!!

il y a 2 mois à peine, nous sommes partis en rando moto (enduro) et après 4h de balade musclée pour des vieux, Pierrot qui m’avait bluffé par sa condition physique…souhaitait se poser 5mn !!! A un point stop et après avoir bu une gorgée d’eau, mon Pierrot en regagnant sa moto, s’est pris les pieds dans son pantalon pluie trop large et c’est cassé le petit doigt !!!!!! Qu’importe, après avoir redressé son petit doigt qui était à 90° , il est reparti pour 4h d’enduro…..
Enfin l’an passé, durant le rallye du Maroc Historique d’Yves Loubet, nous partagions le volant d’une 911, achetée 8 jours avant par Pierrot pour l’événement. Après avoir débuté l’épreuve très prudemment mais surement , Pierrot me propose de prendre le volant pour la spéciale suivante. Après un début en fanfare (durant 20km…) ou je veux montrer …au vieux que je suis le double de Loeb, je pulvérise le carter de boite de notre vénérable Porsche dans une saignée, passée 50km/h trop vite ! Très flegmatique, Pierrot me lance: » t’inquiètes on va pouvoir aller boire une bière fraiche, il fait vraiment trop chaud dans cette auto !!!!! » Dernier détail, à peine rapatrier à l’étape à Ouarzazate, notre 911 est dépouillée de son moteur afin de secourir un pilote qui vient de casser le sien ..Un seigneur vous dis je ce Pierrot….
Tu vas vraiment me manquer
Stephane Roux

LE MUSEE LIGIER DE MAGNY COURS

 

Nécrologie

About Author

gilles