SUPERSTARS INTERNATIONAL SERIES …OU SPA A LA SAUCE ITALIENNE.

 

 

Le rideau à peine tombé sur de palpitantes 24 HEURES, que le circuit ardennais était déjà au menu de la non moins spectaculaires SUPERSTARS INTERNATIONAL SÉRIES, avec pas moins de cinq compétitions différentes, mais dont les deux manches du Super-tourisme italien tenaient le haut du pavé.

Initiée par l’ancien pilote italien Maurizio Flammini, cette série pour voitures de tourisme et dont l’aspect qualitatif se situe  un cran en dessous du DTM allemand ou du BTCC anglais, semble prendre du galon au fil des ans.

 

SÉRIE MULTI-MARQUES ET RÈGLEMENT TECHNIQUE SIMPLE

 

Grâce à un règlement technique clair et pas trop volumineux, la formule tourisme à l’italienne a pour but, outre de proposer des courses spectaculaires, d’attirer de nombreuses marques et des pilotes confirmés et de renom.

En voici les grandes lignes techniques:

Berlines 2 ou 4 portes, motorisation V8 d’une cylindrée minimale de 3800cc de quelques 500 cv. et éventuellement équipée d’un compresseur volumétrique, d’un poids situé entre 1.305 et 1.470 Kg et déterminé en début de saison en fonction de chaque modèle, équipée d’une boîte 6 en H ou séquentielle, larges appendices » aéro » autorisés, roues de 18 pouces mais « traction control  » interdit  forment les ingrédients de ce cocktail détonant.

Si effectivement , MERCEDES-BMW-AUDI-JAGUAR-CHEVROLET-CHRYSLER-CADILLAC -LEXUS se sont impliqués, il est toutefois regrettable que MASERATI,  soit la seule marque italienne représentative du pays -berceau de la « bella machina ».

Pour cette 6ème  manche  d’un calendrier en comptant huit, LEXUS et CHEVROLET manquaient à l’appel de même que quelques AUDI de pointe.

Avant Spa, les SUPERSTARS INTERNATIONAL SÉRIES,  s’étaient déjà exportées à Valence en Espagne, puis à Portimao au Portugal avant de se déplacer outre-manche, à Donington en Grande Bretagne, pour justifier le caractère international de ce Championnat.

 

DEUX SPRINTS DE 25 MINUTES ET UN TOUR

 

Concernant le déroulement des épreuves, celles-ci sont constituées de deux sprints de vingt-cinq minutes plus un tour.

L’attribution des points se faisant de 20 à 1 point pour les dix premiers classés, plus 1 point de bonus attribué au détenteur de la Pole, ainsi que pour le meilleur tour réalisé en course.

Quant aux trois premiers de chaque épreuve, ils sont lestés de poids supplémentaires allant décroissant de 40, 30 à 20 Kg, pour l’épreuve suivante dans un but d’équité.

 

DOUBLE POUR BERTOLINI ET  MASERATI

Quatre pilotes et trois marques ont marqué de leur sceau, l’épreuve spadoise, sixième manche du Championnat INTERNATIONAL SUPERSTARS SÉRIES.

A deux manches du terme et à l’approche des lauriers pour le titre, MERCEDES-MASERATI et BMW ont démontré à Spa-Francorchamps qu’en ce qui concerne le titre « marques », celui-ci, se jouerait entre eux.

L’homme le plus heureux du week-end ardennais fut sans conteste Andrea Bertolini, le pilote maison du groupe FIAT- FERRARI  qui avoue avoir dans sa carrière testé au moins… 250 véhicules différents!

C’est dire si le pilote a de la bouteille comme on dit et aussi une sacrée expérience.

Incontestablement plus chanceux une semaine après que le rideau ne soit tombé sur les 24 HEURES DE SPA, où à bord d’une FERRARI 458 ITALIA du Team VITA4ONE,  il fut contraint à l’abandon, cette fois grâce à sa longue expérience, il fit pour l’occasion, main basse et sur les essais où il s’empara de la Pole et sur les deux sprints de vingt-cinq minutes.

 

Certes, en première manche, l’ancien pilote F1 et victorieux des 24 Heures du Mans, le britannique Johnny Herbert (MERCEDES AMG C63), menait tranquillement les débats devant  Andrea Bertolini (MASERATI QUATROPORTE) et Luigi Ferrara (MERCEDES AMG C63) avant qu’Herbert,  ne soit victime d’une subite baisse de puissance et ce à l’entame de l’avant dernier tour, le reléguant  hélas ainsi malheureusement, au troisième rang final.

A signaler la belle course de la seule amazone présente, Michela Cerruti (MERCEDES AMG C63) qui termine à une excellente quatrième place.

 

Quant à la seconde manche, là aussi Bertolini, ne laissa le soin à personne de venir lui ravir la victoire conquise de haute lutte après un duel serré avec les deux pilotes MERCEDES AMG C63, Max Pigoli et Luigi Ferrara, qui terminent à deux et sept secondes, derrière la belle MASERATI mais devant les deux pilotes BMW M3 E92, Thomas Biagi et Stefano Gabellini, tandis que Johnny Herbert (MERCEDES AMG C63) terminait quant à lui, cette fois, au 9ème rang.

Avec ses deux victoires spadoises, Bertolini se rapproche à dix points de Ferrara, qui avec une 2ème  et une 3ème place à Spa, limite parfaitement la casse et le propulse en tête provisoire du championnat.

A Mugello (25 septembre) puis ensuite à  Vallelunga (9 otobre) le titre devrait en effet se jouer entre ces deux-là.

Petit bémol:

Dommage que seulement,  21 des 39 équipages officiellement inscrits, se soient déplacés à Spa car avec des pilotes de standing, tels Bertolini-Biagi-Herbert-Morbideli-Chiesa-Hernandez-Ascani -Montanari et Bobbi,  cette belle série ne saurait que grandir au fil des années.

 

 

 LE POINT AU CHAMPIONNAT APRES SPA


1.Luigi FERRARA (Mercedes) : 146 points

2.Andrea BERTOLINI (Maserati) : 136 points

3.Thomas BIAGI (BMW) : 110 points

4.Alberto CERQUI (BMW) : 103 points

5.Max PIGOLI (Mercedes) :  91 points

6.Stefano GABELLINI (BMW) :  69 points

7.Johnny HERBERT (GB) (Mercedes) : 68 points

8.Michela CERRUTI (Mercedes) :  54 points

9.Riccardo ROMAGNOLI (Mercedes) : 32 points

10.Francesco SINI (Jaguar) : 28 points

MAXIME JOUSSE DEUX FOIS SUR LE PODIUM EN F3 ITALIENNE

 

A signaler qu’en lever de rideau de l’épreuve SUPERSTARS, la F3 italienne disputait deux manches de son championnat à Spa.

Le Français Maxime Jousse s’y illustra tant dans la première manche sous la pluie que la seconde manche sur le sec.

Le samedi sous la pluie et après une belle remontée, il échoua de peu derrière l’américain Lewis tandis que le dimanche, sur le sec, il termina à nouveau juste derrière le vainqueur italien, Campana et eut ainsi deux fois l’honneur de la seconde marche du podium.

 

Texte et photos : Manfred GIET

 

 

GT Sport

About Author

gilles