8 HEURES DE SUZUKA MOTO: LA VICTOIRE MALGRE UNE CHUTE POUR HONDA

.
La 35ème. édition des 8 heures de Suzuka au Japon, comptant pour le Championnat du monde d’endurance, a donné lieu à une bataille fantastique tournant finalement à l’avantage de la Honda n°11 des Japonais Akiyoshi, Ito, Kiyonari.

Lesquels triomphent devant la Suzuki Yoshimura n°12 de Kagayama, Waters et Aoki pour 38 secondes, à l’issue des 217 tours de course.

.

A 90 secondes, nous trouvons l’autre Honda usine, la n°634 emmenée par Takahashi, Tamada et Okada. Ces trois machines qui terminent dans le même tour, ont dominé cette troisième manche du Championnat du Monde d’endurance, après le Bol d’Or et Albacète, disputée sur une piste intégralement sèche , malgré les prévisions catastrophiques de la météo nippone.

.
.

Ce dimanche soir pourtant, c’est une moto européenne qui a pris la tête du Championnat. la BMW Motorrad- France n°99. Ses pilotes totalisant désormais 68 points. L’équipage devance la Suzuki du SERT qui compte 62 points et ce malgré une chute sans conséquence (40 secondes)de Sébastien Gimbert, lors du 41ème tour.

.
La CBR 1000RR victorieuse de la course est elle aussi tombée dans le même virage mais sans devoir repasser également par les stands. La bagarre fut d’une intensité rare, un véritable bras de fer qui a tourné à l’avantage de Honda, à deux heures du but final, grâce à la  » fraîcheur «  des pilotes de la n°11 sur ceux de Yoshimura. La Kawasaki n°01, partie des stands, se classe 5e. après avoir cassé sa chaîne lors du tour de formation. une place qui aurait pu revenir à la Suzuki du SERT qui a connu son lot de soucis mécaniques (changement du boîtier électronique suivi de l’injection et d’une platine cassée de sélecteur de vitesses) entraînant une perte de plus de 9 minutesau stand.

.
.

La n°1 de Vincent Philippe, Anthony Delhalle et Daïsaku Sakaï, termine néanmoins 9ème mais perd la tête du classement provisoire du Championnat.

La moto du YART, la N°7 a connu l’abandon sur fuite d’huile, après 45 minutes de course alors qu’elle briguait la 4ème place depuis le départ.

.
.
Sur la Yamaha Motor France n°94, seuls David Checa et Kenny Foray ont pu rouler et défendre la 7ème place car Matthieu Lagrive n’a fait qu’un petit tour. En effet, lors de sa prise de relais, il effectua une glissade, se tapant très fortement le casque  au point de casser la bulle et de rentrer KO incapable de tenir debout.
Sa course s’arrêta là avec de forts maux de tête sans pouvoir confirmer sa belle prestation des essais.
.
.

La Honda Anglaise du Team TT Legends, a  elle été contrainte, comme le Yart, à l’abandon à cause de la broche de roue arrière qui ne rentrait plus dans le bras oscillant.

Quant à la Kawasaki Bolliger n°8, elle termine mais loin, seulement 38ème après une chute et une fuite d’huile.Hormis les vainqueurs, les plus satisfaits des pilotes sont, bien sûr, ceux de la BMW n°99

.

.

Damian Cudlin , Erwan Nigon et Sébastien Gimbert, tout sourire au moment de ranger son  équipement:

 » Nous sommes arrivés, ici, en sachant qu’il fallait marquer des points et nous pensions faire dans le top 10. En fait , nous finissons 4. C’est un résultat fabuleux qui aurait mérité éventuellement d’accrocher le podium. Les trois motos de tête qui se tiraient la bourre, auraient pu  » finir à plat « , mais en fait pas du tout . Nous avons appris à nous connaître entre coéquipiers aujourd’hui , car nous avons roulé vraiment dans les mêmes chronos en se serrant les coudes . J’ai commis une petite erreur, en tombant tout de suite en début de course, mais, j’ai réussi à vite redémarré. »
Et, il enchainait:
 »  Je tiens à remercier mon équipe qui nous a amené une super moto et Michelin, car si une chose était primordiale, c’était bien sûr la monte pneumatique. C’est un travail d’équipe vraiment complet entre Erwan, Damian ,moi et toute l’équipe technique qui nous aide à rouler à ce haut niveau là. Je suis super content. »
Avant de conclure:
 » A la régulière en tout cas, le podium n’était pas envisageable, même sans mon erreur de ce matin que j’ai faîte heureusement dans la petite épingle à gauche (comme la FCC n°11 gagnante ), sans faire de casse. La course c’est la course et un course d’endurance n’est jamais finie tant que le drapeau à damier n’est pas passé;Nous sommes hyper fiers d’amener la BMW à la place car c’est la première moto européenne à faire un tel résultat au Japon, car le niveau est hyper relevé. Nous aimerions rouler un peu plus sur cette moto car nous n’avons pas fait beaucoup d’essais depuis le début de l’année et en fait on évolue au fur et à mesure des courses. En rentrant en France, il va falloir préparer Ledenon et Albi car j’ai un concurrent redoutable qui est Erwan. Nous roulons pareils tous les deux en endurance ou on peux compter l’un sur l’autre. Là , en championnat de France, nous allons nous tirer un belle bourre, mais sans penser à la chute. Si on pense à la chute, on ne peux plus être pilote. Nous allons nous battre jusqu’au bout . Les 24 heures du Mans qui se déroulent fin Septembre après Albi, ne sont pas pour nous aussi importantes que le titre de Champion du Monde d’Endurance. Nous voulons vraiment le titre en essayant de se battre jusqu’à la fin,même si devant nous , nous avons un concurrent redoutable : Dominique Méliand et son équipe du SERT . Je le connais bien et je sais que c’est un adversaire redoutable . Se battre aujourd’hui avec lui, d’être devant, c’est déjà pour nous un énorme respect. »

 

.

Le petit monde de l’endurance se retrouvera les 24 et 25 Septembre au Mans, chez Dominique Méliand qui aura à cœur de prendre une revanche. D’ici là, il va falloir terminer de tout remballer la logistique dans les caisses pour reprendre l’avion , dès ce lundi matin , vers la France en vacances .

.
Texte et photos : Michel Picard

.

 

 LE PODIUM DES 8 HEURES DE SUZUKA

Moto Moto - Endurance

About Author

gilles