24 HEURES DE SPA: LE REMAKE DE « LA BATAILLE DES ARDENNES » PEUT COMMENCER !

 

La météo était comme souvent à Spa, le principal sujet de conversation avant que ne débutent les 4 séances (libres-pré-qualificatives et qualificatives) de la journée du jeudi.

Si les 62 concurrents repris sur la liste des engagés du double tour d’horloge spadois affichaient encore un optimisme relatif dès les petites heures matinales, la suite allait par contre leur donner tort sur toute la ligne.

Au propre comme au figuré, Spa pouvait en effet à nouveau justifier son qualificatif de… Ville d’Eau !

Si la première séance d’essais d’une heure trente permettait encore de tourner sur une piste relativement sèche, la suite allait se révéler être une ‘’jonglerie’’ de haut vol, sur une piste entièrement détrempée voire comme c’est traditionnellement le cas ici sur cette piste tracée au cœur  dans les Ardennes Belges, avec des trajectoires partiellement asséchées en certaines portions du circuit de Francorchamps.

A ce petit jeu, il était donc par conséquent difficile de se faire une idée exacte de la valeur des Teams et pilotes capables d’éviter tous les pièges de la piste ardennaise surtout que la pluie était en permanence présente d’une façon inégale sur certains secteurs du toboggan spadois.

 

SEANCE LIBRE: AUDI-PORSCHE-FERRARI-McLAREN, POINTENT LEUR NEZ.

 

Si la plupart des concurrents entamaient cette première séance libre avec beaucoup de sagesse et en profitaient surtout, soit pour faire connaissance avec le tracé, soit pour peaufiner les derniers réglages, avant le combat pour la Pole, il apparut néanmoins clairement que les toutes nouvelles MC LAREN MP4-12C, homologués récemment et pratiquement sorties de leur habituel « Show Room » pour venir défier la concurrence à Spa, étaient toutefois cependant déjà bien affûtées, surtout en ce qui concerne la voiture de pointe, pilotée par le trio Kirkaldy-Parente-Turvey.

Au vu du nombre d’anciens techniciens du Team Mc Laren F-1 présents à Spa, il ne fait pas l’ombre d’un doute qu’il s’agit bien là d’un vrai Team d’usine et dont l’objectif est de tenter le même coup qu’en 1995, aux 24 Heures du Mans, lorsqu’une nouvelle Mc Laren GT/R sortie en droite ligne du chapeau du génial créateur, l’inoubliable ingénieur Sud-africain, Gordon Murray, était venue cueillir les lauriers pratiquement au nez et à la barbe de tous les grands favoris.

Remportant de façon inattendue ces 24 Heures du Mans avec le trio composé de Yannick Dalmas,Masanori Sekiya et Jj Lehto

Ayant réussi le meilleur temps en début de la séance libre, la Mc Laren ne fut finalement coiffée en fin de séance que par l’Audi R8 LMS de l’équipe Phoenix, pilotée par Bassen-Haase-Stippler, la Porsche 997 GT3 R de l’écurie Prospeed de Goossens-Heylen-Soulet ainsi que par la Ferrari 458 Italia du Team Sofrev, cher à Jérome Policand, de l’équipage composé des Français Badey-Moreau-Morel-Beauliqu.

Avec un meilleur temps de 2’23’’911 (175,2 Km/h de moyenne) estampillé sur le tarmac spadois, l’on pouvait envisager objectivement des temps sous les 2’20’’ pour les séances qualifs en soirée.

 

PASSAGERS DE LA PLUIE

 

La suite allait toutefois être bouleversée, suite à une météo aussi capricieuse qu’imprévisible.

Dès la séance pré-qualificative, la partie la plus élevée des 4 Km du circuit, « Les Combes », était envahie par les premières ondées, obligeant tous les participants à monter les pneus rainurés.

A ce petit jeu, ce fut l’étonnante McLaren MP4-12C d’Oliver Turvey qui parvint à mieux se faufiler entre les averses suivie de la Porsche 997 GT3-R Autorlando, de l’Aston Martin Hexis de Roda, de l’Audi R8 LMS United Autosports d’Eddy Cheever et de la FORD GT-VDS d’Antoine Leclerc.

En fin de séance, il n’y eut que quelques téméraires qui osèrent encore braver les éléments tout en risquant inutilement le matériel.

La référence en ce qui concerne « la ligne de flottaison » à adopter pour les qualifs prévus en soirée, était toutefois trouvée pour la plupart!

 

DEUX AUDI EN PREMIERE LIGNE PROVISOIRE

Pour la première séance qualificative (45 minutes) en début de soirée, le premier à inscrire un temps de référence sur les tablettes fut Olivier Panis sur la Mercedes SLS AMG du Graff Racing, en 2’41’’206 (156’4 Km/ de moyenne) sur une piste encore mouillée partout.

Ce temps de référence, le resta d’ailleurs longtemps et ce ne fut qu’en tout de fin de séance, que les Audi R8 LMS du WRT de Mattias Ekström et la voiture sœur du Team Phoenix avec Marcel Fässler, purent enfin déloger le Français de la Pole provisoire, tandis que juste derrière on retrouvait une surprenante Lamborghini Gallardo préparée par Reiter et que pilotait Peter Kox.

Juste devant la première BMW Z4, la « privée » du Team VDS que manage Jean Michel Delporte, avec au volant, un terriblement affûté Maxime Martin à son volant.

 

LORSQUE 2 MAXIME FONT LE MAXIMUM, LA PREMIERE LIGNE EST EN VUE


 

La dernière partie de la séance qualificative, se déroula elle, exclusivement de nuit et si les averses avaient entretemps « squattées » d’autres régions, la fin de la séance de nuit, se déroula malgré tout sur piste humide, avec des trajectoires commençant à sécher par endroits.

Comme certains prenaient des risques de moins en moins calculés pour s’accaparer la  » Pole » , les interruptions au drapeau rouge, se multiplièrent pour permettre le dégagements des voitures, ayant visité les bas-côtés.

A dix minutes du terme des qualifications, c’est la Porsche 997 GT3-R du Team Manthey avec Richard Westbrook qui détenait une Pole aussi surprenante qu’inattendue.

Et lorsque le Portugais Albuquerque, l’inattendu lauréat l’hiver dernier de la course des Champions, « explosa » l’Audi R8 LMS du Team WRT au freinage de la Source, à quelques cinq minutes de la quille, chez les Allemands de Manthey – encore victorieux récemment des 24 Heures du Nurburgring – on commençait déjà à se familiariser avec un départ de ces 24 Heures, depuis la Pole.

Toutefois, après l’interruption d’une dizaine de minutes pour dégager tous les débris laissés par l’Audi, quelques-uns repartirent de plus belle, à l’assaut de la Pole-Position.

Paolo Ruberti sur la Porsche 997 GT3/R du Team italien Autorlando Sport, tira la première salve en s’accaparant un nouveau meilleur temps, inférieur de quelques 0,5 millième, par rapport à celui de Westbrook

Et ce avant que dans les toutes dernières secondes, deux Maxime, ne règlent le compte à tout le monde, sous le baisser du drapeau à damiers.

En effet, Maxime Martin sur la BMW Z4 du Team VDS et dans un dernier sursaut d’orgueil, parvenait à descendre la marque à 2’24’’488 et à s’emparer de la Pole définitive, juste devant son homonyme Maxime Soulet à bord de la Porsche 997 GT3/R de Prospeed Compétition qui échoua à 0’’247 derrière Martin.

Après avoir brillamment qualifié l’Aston Martin aux 24 Heures du MANS et obtenu quelques exploits lors des manches GT, Maxime Martin s’avère devenir une véritable référence en matière de courses d’endurance GT.

Rapide, ambitieux et régulier, il a en effet de qui tenir puisque son père Jean-Michel, également présent aux 24 Heures de SPA, sur une FORD Mustang FR500 est un quadruple vainqueur de la classique Spadoise, ayant triomphé aux 24 Heures en 1979-1980-1987et 1992.

Sans oublier une victoire aux 24 Heures du Nürburgring (1992) et également un succès aussi en GTP aux 24 Heures du Mans 1980.

Et comme la pomme ne tombe jamais loin de l’arbre, son fils Maxime, se prépare à suivre ses traces !

 

BMW et Porsche, ayant tirés les premières salves, AUDI-MERCEDES-FERRARI-McLAREN LAMBORGHINI-FORD-ASTON MARTIN-CHEVROLET et NISSAN, n’ont plus qu’à rectifier le tir, avant une fabuleuse « Bataille des Ardennes » qui se profile ce week-end.

Antoine Leclerc, l’un des pilotes du Team VDS ou il conduit une FORD GT, nous expliquait:

Ce fut très positif pour le Team Marc VDS puisque la BMW Z4 partira en pôle position (de bon augure pour 2012) et la Ford GT en 16ème. On a occupé tout au long de la journée le haut de la feuille des temps, réalisant le 5ème temps en pré-qualif, le 10ème en Q1, le 9ème en Q2 et le 2ème temps en Q3 de nuit sous la pluie avant que la piste ne sèche dans le dernier 1/4 d’heure, transformant l’exercice en véritable loterie. Malheureusement, du trafic dans le dernier tour nous repousse en 8ème ligne sur la grille de départ. Néanmoins, on est confiant et pleinement satisfait de ces performances avec une auto qui marche bien mais sans comparaison avec les GT3 de dernière génération (R8, SLS, F458, Z4, Mclaren, etc…). On sera là à n’en pas douter pour la « GRANDE » bagarre

Et le Lorain d’ajouter:

L’ambiance est excellente dans l’équipe, beaucoup de sérénité et on s’entend vraiment très bien avec Markus et Jonathan, on va se battre ensemble pendant ces 24H de folie ! Journée off aujourd’hui, enfin sportivement, car on est déjà tous extrêmement concentré (briefing, stratègie de course, etc…) sur le warm-up de demain matin et la course qui partira à 16h00 …

 

En tout cas, si on attendait les Audi et Ferrari en pôle, c’est bien la surprenante BMW Z4 qui s’élancera  en tête des deux tours d’horloge ce samedi !!!

Car comme aux dernières 24 Heures du Nurburgring, ou une Ferrari celle du Team Hankook avait damé le pion aux favoris s’offrant la pôle, ici à Spa, c’est encore un outsider qui aura le privilège de lancer la course…

 

Texte et photos : Manfred Giet

 

 

 LA GRILLE DE DEPART

 

1.MARTIN-LEINDERS-HENNERICI (BMW Z4 VDS)

2.SOULET-GOOSSENS-HEYLEN (PORSCHE 997 GT3 R PROSPEED)

3.RUBERTI-RODA (PORSCHE 997 GT3 R AutORLANDO Sport)

4.KOX-MENTEN-HAYEK (LAMBORGINI Gallardo REITER Motorsport)

5.WESTBROOK-MENZEL-STURSBERG-RIEGEL (PORSCHE 997 GT3 R-MANTHEY MOTORSPORT)

6.VAN SPLUNTEREN-MILLER-SOUGNEZ-DE CREM (PORSCHE 997 GT3/R PROSPEED COMPETITION)

7.EKSTRÖM-FRANCHI-SCHEIDER (AUDI R8 LMS WRT RACING)

8.GERBER-GRIFFIN-CADEI-CIOCI (FERRARI 458 Italia AF CORSE)

9.VANNELET-PARISY-HAEZEBROUCK-VIGNALL (MERCEDES SLS AMG GRAFF RACING)  

10.FÄSSLER-PICCINI-ROCKENFELLER (AUDI R8 LMS TEAM PHOENIX)

 

Endurance

About Author

gilles