8 HEURES DE SUZUKA: Article 16, chapitre 3 !

 

Les premiers essais libres des 8 heures de Suzuka ont été perturbés par une invitée, pas toujours désirable : la pluie, qui s’est abattue en abondance à quelques minutes du début de la première des deux séances d’essais libres prévues aujourd’hui.

 

Cette épreuve du championnat du Monde d’endurance moto ne comporte seulement que trois parties de ce type d’entraînements qui permettent aux équipages d’établir le bon choix de gommes en vue de la course disputée ce Dimanche.

 

Cependant, l’article 16  » Type quantity limitations  » du chapitre 3 du règlement particulier de l’organisation Japonaise complique tout !
Le patron du SERT, Dominique Méliand, n’apprécie guère ce point spécifique :

 » Les deux premiers pilotes de chaque moto disposent chacun de trois trains de pneus alors que le remplaçant n’a qu’un train à consacrer aux deux séances d’essais chronométrées. Il peut néanmoins  » bénéficier » des pneus déjà usagés de ses équipiers. C’est très difficile de gérer cela puisqu’il faut marquer les pneus choisis à l’issue des séances d’essais libres. Là, il va nous en manquer une car la première séance est annulée à cause de l’orage et de la pluie. Je suis vraiment contre ce marquage car on se retrouve face à un choix de pneus et l’impossibilité d’établir le moindre choix compte tenu de cette annulation.

Le plan de travail est carrément bouleversé. En course, le choix est libre mais Suzuka c’est un peu le poker car le revêtement permet de rouler avec un pneu slick même lorsque c’est légèrement humide. Le problème c’est qu’entre le légèrement humide et l’humide, la marge est très petite… L’erreur est vite faite. Cette histoire de pneus reste quand même une grosse prise de tête sur le circuit de Suzuka sachant que nous avons des courbes très rapides, des reprises de chicanes qui , elles, se font très lentement et qui mettent en difficulté le pneumatique sur une piste incertaine. »

 

Dominique Méliand fait les cents pas entre le devant et l’arrière de son stand :

 » le soleil revient ici mais derrière nous avons une nouvelle averse qui est en train de se préparer. Nous allons nous adapter de minute en minute. J’imagine un temps pareil Dimanche ! « 

Finalement, l’organisateur décidera d’organiser une seule séance d’essais libres ce Jeudi, mais d’une durée d’une heure et cinquante minutes.

 

Ainsi, cela a permis aux 53 équipages de déterminer, selon l’article 16, un choix de pneumatiques à utiliser aux essais chronos de demain Vendredi .

 

Le soleil revenu repoussera les nuages d’encre. La piste s’asséchera à vue d’oeil lors de cette unique séance allongée d’essais libres et une première hiérarchie s’établira dans les ultimes minutes avant le gong final de 17h30.

 

Nous retrouvons en tête de liste la Suzuki Yoshimura N°12 ( 2.10.336 ) devant la Honda N°11 du team FCC ( 2.10.352 ) et la Honda usine N°634 victorieuse l’an passé ( 2.10.789 ). D’infimes écarts dignes de courses de vitesse séparent ce trio de furieux.

 

La première  » Européenne « , la Yamaha N°7 du team Autrichien Yart, se classe neuvième ( 2.12.917 ) . Ce chrono a été établi par son  » pigiste local « le japonais Katsuyuki Nakasuga alors que son compatriote Daïsaku Sakaï amène la Suzuki N°1 du SERT ( 2.14.430 ) en treizième position juste devant Matthieu Lagrive sur la Yamaha-france GMT N°94 ( 2.14.757 ) et Sébastien Gimbert au guidon de la BMW Motorrad-France N°99 ( 2.14.902 ).

 

Demain matin , tout ce  » beau monde  » se retrouvera en bagarre pour arracher un billet dans le Top 10 afin de pouvoir disputer Samedi l’ultime pole position réservée aux seuls dix meilleurs équipages.

 

Une course dans la course avant l’heure et là, Benzaï et adieu chapitre 3 !

Texte et photos Michel Picard

 

 

 

 

Sport

About Author

admin