GP D’ALLEMAGNE DE VITESSE MOTO : SURPRISES ! SURPRISES !

Signe que l’on s’est battu comme des chiffonniers sur ce circuit du Sachsenring, les écarts sont en dixièmes, voire en millièmes de seconde aux arrivées .

On verra que Zarco est arrivé en même temps que Faubel , que Marquez gagne en Moto2 après une bagarre totale et avec huit dixièmes d’avance sur Bradl, et qu’enfin Stoner est le cocu d’un ménage à trois où il s’est battu pendant tout le GP pour finir… derrière ses camarades.

 

125 : ZARCO ENCORE B…

J’ai écrit ici même ; hier après les essais chronos, que Zarco avait un joli coup à jouer, partant sixième derrière cinq Aprilia qui allaient forcément se friter grave…

 

Dont celle de Terol juste devant lui, pouvant lui servir de lièvre. Comme prévu, la bataille a été une mêlée digne de- merci Francis Blanche et Pierre Dac-

« La prise de la Smalah d’Abd-El Kader par les troupes du duc d’Aumale en février 1843 ».

C’est Gadea qui part en tête, alors que derrière, Terol est six et Vinales 10 !

Bref, les deux Aprilia les plus rapides font gouffre !

Bon, il ya 29 tours…

A dix tours de l’arrivée, il ya carrément six pilotes de front, avec victoire possible au bout. On sort donc les baïonnettes, comme dans tout combat désespéré…

Terol et Gadea lâchent la lutte en tête, restent Vinales (vainqueur au Mans), Faubel et Zarco.

Vinales quitte le trio, et les deux restants se battent jusqu’à la photofinish, comme dans les courses de chevaux, qui les donne à égalité parfaite. L’une des photos que nous publions n’est pas dans l’axe, elle donne tout de même une idée de cette bataille.

Mais en sport, il n’y a pas deux vainqueurs… (ça aurait l’air de quoi? Non mais franchement… ). Faubel ayant fait le meilleur tour en course, il est déclaré vainqueur!!!!

 

Le pauvre Zarco vient de battre une sorte de record du monde :

Se faire voler deux fois la victoire la même année !

Il raconte à l’arrivée :

« J’ai passé la ligne et je croyais vraiment avoir gagné, en regardant les écrans. C’était génial, et après on m’a annoncé dans le parc fermé que ce n’était pas moi, parce qu’on était arrivés en même temps et qu’il avait fait un meilleur tour en course. Je ne vais pas pleurer, parce que c’est génial d’être sur le podium. Ça va me donner encore plus d’agressivité et de motivation pour le reste de la saison. Encore une fois, il ne faut jamais se croire arrivé ».

Bon, il reprend quelques points à Terol qui finit quatrième, il est toujours second au classement général, sa moto Derbi est très seule au milieu d’une marée d’Aprilia mais elle est là !

Les autres français : Louis Rossi est dix-huitième et Alexis Masbou vingt-six.

 

Positions au Championnat du Monde 125.

1.  Nicola Terol, (Espagne) Aprilia, 166 points. 2 Johann Zarco (France) Derbi, 134 pts. 3. Maverick Vinales (Espagne) Aprilia 122 pts. 4. Jonas Folger (Allemagne) Aprilia 110 pts. 5. Sandro Cortese (Allemagne) Aprilia, 106 pts. 6. Hector Faubel (Espagne) Aprilia 90 pts. 7. Efren Vasquez (Espagne) Derbi, 90 pts. Ensuite, on ne trouve que des Aprilia jusqu’à la dix-septième position, la Mahindra de Schrotter ! Louis Rossi (Aprilia) est dix neuvième avec 13 points, Masbou (KTM) vingt deuxième avec dix points.

 

MOTO2 : BRADL ENCORE BATTU !

L’allemand Stefan Bradl était parti en début de saison pour une sorte de quasi grand schlem, il tournait vraiment autour des autres.

Et puis, la révolte est venue de Marc Marquez, qui récolte en Allemagne, suprême humiliation pour le leader allemand, sa troisième victoire successive dans cette catégorie toujours belle en images car l’on s’y bat de bout en bout et de la première à la dernière place…

Bradl finit second, perd un peu de points au classement général, il n’en a plus que quarante-sept d’avance ce qui représente presque deux DNF (did not finish, c’est à dire abandon) possibles alors que Marquez l’emporterait.

Autrement dit, Bradl se fait vraiment énerver, il est d’ailleurs tombé aux essais, mais il a encore grosse marge avant de voir arriver la cavalerie espagnole !

 

MOTOGP : MEKTOUB ! (C’EST ÉCRIT !)

 

Nous avions en effet prévu que Stoner aurait un week-end difficile, coincé d’une part par ses soi-disant petits camarades de chez Honda, (soi-disant parce qu’ils ne rêvent que de le bouffer et il n’y a pas de consignes d’équipe) et d’autre part par Jorge Lorenzo, qui avait sur lui pas mal de points de retard qu’il remonte sans coup férir depuis quelques GP.

 

Ce GP est mal parti pour Stoner, dès le début, puisque Pedrosa fait le holeshot (départ en tête) devant Lorenzo, Stoner trois.

La pire des situations pour l’Australien.

Que Pedrosa soit devant à la limite il peut s’en foutre, l’Espagnol est très en retard au classement général. Mais Lorenzo devant en revanche, c’est opération souci.

En fait, les trois pilotes ont attaqué à un moment ou un autre de la course pour prendre la tête, et à ce petit jeu cruel, Pedrosa l’emporte.

Il est leader durant les dix derniers tours. Pzedrosa raconte :

« J’avais de bonnes sensations et la moto, avec moins d’essence, était plus facile à piloter dans les virages, même si on manquait un peu d’adhérence. J’ai trouvé un bon rythme et j’ai réussi à rester devant. C’était une course très difficile, j’ai souffert physiquement à la fin, mais j’ai quand même pu la gagner.Cette année, c’était un peu spécial, parce qu’avec le tracé en sens inverse (des aiguilles d’une montre), et donc une majorité de virages à gauche, ça laissait un peu de répit à mon épaule droite, récemment opérée ».

Lorenzo deux, Stoner trois… L’australien n’a plus que quinze points d’avance au classement général, on est à la moitié du Championnat, autrement dit nada…

Derrière, mais loin, à dix secondes, autre bagarre à trois entre Simoncelli, Dovizioso et Ben Spies.

C’est-à-dire les trois autres motos d’usine. A l’arrivée, les trois pilotes se tiennent sur quatre dixièmes de seconde, Dovizioso est quatre, Spies cinq, Simoncelli six.

 

Nouvelle bagarre à trois encore derrière, mais alors vraiment très loin à plus de 25 secondes, avec la Suzuki de Bautista contre les Ducati de Hayden et Rossi.

Rossi dont on rappellera qu’il est parti avant dernier !

Ici encore  c’est plus que serré. Bautista coupe la ligne avec la septième place, un dixième de seconde devant Hayden, ce dernier battant Rossi de 6 millièmes !

Bon, belle bagarre mais indigne des Ducati de se battre si loin des leaders.

Les Français… disons que c’est assez discret. De Puniet est treize, Guintoli dix sept.

Prochain GP aux USA le 24 juillet.

Jean Louis Bernardell

Photos : MotoGP

 

RESULTATS GP D’Allemagne MotoGP

1.  Dani Pedrosa (Espagne) Honda. 2. Jorge Lorenzo (Espagne) Yamaha à 1’’477. 3. Casey Stoner (Australie) Honda à 1’’568. 4. Andrea Dovizioso (Italie) Honda, à 10’’513. 5. Ben Spies (USA) Yamaha à 10’’719. 6. Marco Simoncelli (Italie) Honda à 10’’923. 7. Alvaro Bautista (Espagne) Suzuki à 27’’451. 8. Nicky Hayden (USA) Ducati, à 27’’510. 9. Valentino Rossi (Italie) Ducati, à 27’’576. 10. Colin Edwards (USA) Yamaha Tech3. 11. Hector Barbera, Ducati Mafpre. 12. Karel Abraham, Ducati Cardion. 13. Randy de Puniet, Ducati Pramac. 14. Cal Crutchlow, Yamaha Tech 3. 15. Hiroshi Aoyama, Honda Gresini. 16. Toni Elias, Honda. 17. Sylvain Guintoli, Ducati Pramac.

Positions au Championnat du Monde

1.  Casey Stoner, 168 points. 2 Jorge Lorenzo, 153. 3. Andrea Dovizioso, 132. 4. Valentino Rossi, 98. 5. Dani Pedrosa, 94. 6. Ben Spies, 85. 7. Nicky Hayden, 85. 8. Marco Simoncelli, 60. 9. Colin Edwards 59. 10. Hiroshi Aoyama, 57. 11. Hector Barbera, 49. 12. Karel Abraham, 41. 13. Alvaro Bautista, 39. 14. Toni Elias, 35. 15 Cal Crutchlow, 34. 16.  Loris Capirossi, 22. 17. Randy De Puniet, 15.

Moto

About Author

admin