SILK WAY : LA MINI DE PETERHANSEL SUPER STAR EN RUSSIE CENTRALE

  

Peterhansel se relance, Holowczyc et Kabirov prennent le pouvoir !

Après avoir perdu 2h24, hier dimanche lors de la première étape entre Moscou et Lipetsk, le Français Stéphane Peterhansel a remis les pendules à l’heure, ce lundi, lors de la seconde journée, en survolant la spéciale aujourd’hui, signant ainsi sa première victoire d’étape sur le Silk Way Rally.

Grâce à sa superbe prestation du jour, Peter effectue par la même occasion une excellente opération au classement général provisoire, et ce tout comme son coéquipier, le Polonais Krzysztof Holowczyc, auteur du second chrono du jour.

Lequel profite des soucis mécaniques du Russe Aleksandre Zheludov pour s’emparer de la tête du Silk Way, cependant que Peterhansel regagne de nombreuses positions, passant de la 49ème dimanche soir, à la dixième, vingt quatre heures plus tard ! 

C’est dire si l’ami Steph, n’a pas chomé en route…

Comme nous avons pu le constater depuis l’hélicoptére de la direction de course, à bord duquel nous avons eu le privilége s’il en est, de suivre la totalité de l’étape, guidé par les patrons du Silk Way, le Russe Semen Yakubov et son bras droit, un ancien d’ASO, Fred Lequien.

A l’arrivée, il nous explique:

 « Toute la journée, nous avons essayé de rattraper les concurrents partis devant nous ce matin. Nous avons eu du mal à doubler Kabirov, mais finalement c’est passé en prenant des risques. A part ça, tout s’est bien passé, la voiture a parfaitement fonctionné sur une spéciale assez variée, avec notamment des petites dunes qui n’étaient pas faciles à franchir car le sable est très peu porteur. Une spéciale intéressante, mais quand même une grosse journée, presque 500 km de spéciales, et ça ne va pas être facile pour les amateurs. Enfin, pour nous, ça s’est bien passé, même si on doit encore travailler un peu sur les réglages de suspensions. »

Chez les camions, la journée a elle été marquée par l’abandon du leader, le Kamaz du jeune Russe Eduard Nikolaev, victorieux du Rallye l’an passé et qui victime de soucis mécaniques, a malheureusement été contraint à l’abandon des le km 145 de la spéciale laquelle en comptait 483 !!!

Conséquence, c’est son propre coéquipier et compatriote, Firdaus Kabirov, vainqueur aujourd’hui, qui pointe désormais en tête du général, avec 35’10’’ d’avance sur un autre Kamaz, celui de son compatriote Andrey Karginov.  

Le Tatra du Tchèque Ales Loprais, pointant à 43’25’’ et l’Iveco du Hollandais Hans Stacey, à 54’45’’

DU GRAND, DU TRES GRAND PETERHANSEL

Les jours se suivent et ne se ressemblent pas pour Stéphane Peterhansel et la Mini All4 !

Terriblement malchanceux la veille et ce suite à des problèmes électroniques, lesquels lui avaient fait perdre la bagatelle de… 2h24 sur la tête de course lors de cette 1ère étape, en réalité des problèmes d’arrivée de diesel, – que les mécaniciens X-Raid n’ont finalement détecté que très tôt ce matin entraînant d’ailleurs un pointage en retard de l’équipage –  le Champion Français a littéralement survolé le parcours du jour, pour signer son tout premier scratch sur le Silk Way Rally.

Huitième des autos, à s’élancer à l’assaut des 484 km chronométrés du jour mais en fait onzième, trois Kamaz figurant dans le Top 10 du classement, « Peter » a dû au fil des kilomètres sur des pistes et chemins difficilement praticables à deux de front, dépasser tous ses rivaux en piste, avant de pouvoir, une fois un à un, tous ses rivaux dépasser « lâcher » les chevaux.

Avec à la clé donc, le meilleur chrono du jour : 5h32’46’’ pour les 483 km. Soit 14’09 devant son propre coéquipier au sein du Team X-Raid, Krzysztof Holowczyc, sur qui, il compte désormais encore toujours 2h07’31 de retard au général.

Holowczyc qui raconte: « Une longue spéciale, compliquée pour nous qui ouvrions la route, mais au final c’était presque plus facile pour moi qu’hier car j’ai trouvé un bon rythme de course, et même si nous avons eu quelques petits soucis, de liquide lave-glace notamment, tout le monde en a, donc nous sommes content. Nous aurions sans doute pu aller un peu plus vite, mais la course est encore longue et ce n’est pas le moment de prendre des risques. D’autant plus que j’ai une avance assez confortable en tête, et donc même si Stéphane Peterhansel gagne toutes les spéciales qui restent, si je conserve ce rythme, je devrais rester quand même devant. Mais bon… en rallye-raid, on ne sait jamais, demain ce sera peut-être mon tour d’avoir des problèmes, même si ce n’est pas tellement courant chez BMW… donc on va essayé de continuer comme ça et surtout de continuer à travailler sur la voiture, pour encore gagner quelques secondes… »

En effet, malgré l’écrasante supériorité de Peter sur ce parcours redoutable de la Russie centrale, c’est néanmoins le Polonais qui s’empare du commandement, bien aidé par les soucis rencontrés par le Russe Aleksander Zheladov (Nissan Frontier), vainqueur hier mais qui a perdu près de 50 minutes à faire de la mécanique en piste aujourd’hui, et pointe désormais à la quatrième place, à 59’31 du pilote BMW au général.

La bonne surprise du jour vient, outre la perf de Peter, d’un autre Français, Christian Lavieille, qui signe le 3ème meilleur chrono du jour au volant de son buggy 2 roues motrices, made by Dessoude, pile 50 minutes derrière le vainqueur.

L’ancien multiple lauréat du Bol d’Or et Champion du monde d’endurance moto avec l’équipe SERT de Dom Meilland, pointe désormais à 53’53 d’Holowczyc au général, dont il occupe la seconde position devant le BMW du Russe Alexander Mironenko.

Ravi, le père Lavieille qui nous lâche :

 « C’était assez varié, avec de la pluie, de la boue, des petits passages de gués, du sable très mou, de la végétation et des points pas simples à aller chercher, mais Jean-Michel a fait une bonne navigation. De mon côté, pour ma première au volant d’un buggy deux roues motrices dans le sable, c’était une découverte intéressante. Mais la voiture est encore en évolution et nous avons encore pas mal de petits trucs à faire évoluer. On est content parce que le moteur marche super bien, le châssis est bien aussi… Il faut qu’on travaille encore sur les suspensions et sur le refroidissement, mais globalement on est content ».

Une journée également marquée par les malheurs du Russe Boris Gadasin (Proto G-Force), grand animateur de l’édition 2010, mais qui a dû rejoindre le bivouac par la route en raisons de soucis techniques.

Et les concurrents Russes n’ont décidément pas été chanceux sur la route de Volgograd, puisqu’on la dit, chez les camions, la spéciale du jour a vu l’abandon du leader du général, Eduard Nikolaev, victime de soucis mécaniques (casse moteur)

Incident rare que dis-je, rarissime pour un Kamaz…

Mais un Kamaz – ils étaient sept en lice au départ de Moscou – peut en cacher un autre !

Et donc un Kamaz en remplace un autre, et c’est désormais son compatriote Firdaus Kabirov qui mène ce 3ème Silk Way Rally, dont il a déjà remporté la 1ère édition.

Vainqueur de la spéciale du jour, au terme d’une splendide bagarre avec l’impressionnant Iveco du Néerlandais Hans Stacey, lancé lui dans une folle remontée après avoir perdu gros hier, le double vainqueur du Dakar compte désormais 35’10 d’avance en tête du général sur son coéquipier Andrey Karginov , et 43’25 sur le Tchèque Alès Loprais.

Un Russe dimanche. Un Polonais, lundi. En autos. Un Kamaz dimanche, de nouveau un Kamaz lundi mais pas celui qu’on attendait !

Comme on le constate, le Silk Way, millésime 2011, est bien lancé, parti sur les chapeaux de roue…

Que de surprises en deux étapes!!!

Ce mardi, nous nous dirigerons plein sud vers Astrakhan au bord de la Mer Caspienne. L’étape comportera une liaison matinale de 148 km au lever du jour.

Ensuite, les concurrents se lanceront dans une spéciale longue de 432 km

Gilles Gaignault

Photos : Pep Cifre – Judith Tomaselli – Valeria Powell

Sport

About Author

gilles