F1 : ALONSO GAGNE LE  » BRITISH GP  » AUX FORCEPS, REDBULL PERD AUX STANDS

FERRARI GAGNE AUX STANDS !

 

 

 

Bon.

Ne gâchons pas notre plaisir, ce  » British GP  » n’a pas été la triste répétition des précédents, même si Fernando Alonso, vainqueur de cette course, a doublé Vettel … dans les stands!

Le pilote espagnol a aussi mérité cette victoire parce qu’il a mis gaz quand il fallait. On n’est pas …  deux fois Champion du monde, par hasard !!!

Bref, il s’est passé plein de trucs et surtout, les voitures de tête se sont vues tout le temps et se sont même dépassées…

Un vrai GP !

 GP1 : 50 METRES !

C’est la distance qu’il a fallu à Vettel pour passer Mark Webber, l’australien était en pole. Il s’est fait avaler !

En un éclair…

Ce mome a du talent mais aussi du metier et du culot à revendre…

 

On était donc parti pour un GP planplan… enfin le premier, celui des Red Bull, et un autre, celui de toutes-les-voitures-en-courses-à-l’exception-des-Red-Bul, qui pouvait être intéressant parce que Hamilton fait un sublime début de GP, parti dixième et remonte un paquet de mecs sur une piste sèche à certains endroits et trempée à d’autres.

Devant, Vettel colle une seconde au tour à Webber, on se concentre donc sur le deuxième GP, toujours le plus intéressant d’ailleurs…

Celui des Hamilton, Button, Alonso…. Bref, un Grand Prix qui regorge de Champions du monde…Sans oublier non plus, un certain  » Schumi  » !

 

On a donc vers le dixième tour, les positions suivantes :

1. Vettel  2. Webber. 3. Alonso. 4 .Massa. 5.Hamilton. Schumacher fait aussi une course superbe, on sait qu’il aime les pistes pourries, il est 9, parti 13.

Il fera d’ailleurs mieux que ça mais accroche Kobayashi et écope d’une pénalité dégueulasse, passage aux stands et 10 secondes d’arrêt.  

Hamilton continue de rouler comme un fêlé, c’est magnifique, il passe même Alonso.

On en est là, Vettel continue devant, mais, c’est nouveau, Hamilton et Alonso voient toujours les Red Bull, les écarts ne sont pas abyssaux.

C’est alors qu’Alonso va enfiler une série de tours impressionnants, façon qualif. C’est là qu’il gagne la légitimité de ce GP.

Mais il est derrière les Red Bull. Et puis…

 

GP BIS : LE STAND RED BULL PERD LA COURSE

Ce n’est pas un grand jour pour les mécanos Red Bull. Ils vont successivement louper le ravito de Webber, un peu, et surtout celui de Vettel, beaucoup, 11 secondes.

Jolie situation, en direct, car Alonso est rentré aux stands en même temps que Vettel. Et ses mécanos ne ratent pas eux, le ravito, il repart devant.

En plus, deuxième fée penchée sur le berceau d’Alonso, Hamilton passe aussi Vettel ! Dans les tours suivants, Hamilton va ralentir Vettel, Alonso continue de mettre du très lourd et il fait le trou.

Encore une fois, c’est grâce aux conneries du stand Red Bull et à la lenteur d’Hamilton sur ce relais qu’Alonso prend le large. Il ya encore un élément en sa faveur.

 

Comme les voitures sont parties en pneus intermédiaires, elles n’ont plus l’obligation de passer les durs et les tendres, elles ont le choix !

Magnifique F1 où l’on n’a pas le droit de rouler avec les pneus que l’on veut… sauf dans ce cas très précis. Ferrari, et les autres, vont donc rouler en tendres dès que cela sèche, et il se trouve que la Ferrari est géniale en tendres.

Tout ça montre qu’en F1, on gagne beaucoup avec la stratégie mais aujourd’hui, enfin, le pilotage a aussi droit de cité. Alonso est magnifique devant, Vettel perd un temps de folie derrière Hamilton, qui va en fait avoir une fin de course dramatique, laissant passer Vettel et Webber. (Vettel a dépassé grâce aux stands…).

Pour couronner le tout, le stand d’Hamilton s’est gouré sur la gestion de l’essence et il doit finir en levant le pied. Il pourra quand même au prix d’un truc très acrobatique, garder la quatrième place devant Massa.

 

En tête, Alonso continue de se déchaîner. Il va coller 20 secondes à Vettel, qui, il est vrai, a un peu levé le pied en fin de course, il a quand même 100 points d’avance au classement général sur Alonso, il peut lui en donner un peu!

En fin de course, Webber était beaucoup plus rapide mais il ya eu un coup de radio sévère, alors il est resté sagement derrière son leader…

Dommage !!!

Voilà, c’est fini. Alonso, qui n’avait pas gagné depuis la Corée en 2010, a fait une course superbe. C’est sympa parce que c’est aussi le soixantième anniversaire de la première victoire de Ferrari en GP.

 

Il s’agissait de l’Argentin Florian Gonzales, c’était le 14 juillet 1951 et c’était déjà à Silverstone !

Bravo aussi à Schumi, le vieux, qui reparti dix-sept après ses dix secondes de pénalité, est remonté neuf.  Voilà pour les félos. Maintenant, on cogne.

 

LA HONTE !

Et d’une première baffe.

On sait que Daniel Ricciardo roulait ici pour son premier GP, sur une Toro Rosso. Il est dernier. A 3 tours du vainqueur. D’accord, pas facile, comme premier GP.

Mais on pensera très fort à un autre pilote de la filière Red Bull, en ce moment en tête des WSR Renault, qui devrait très largement être à la place de Ricciardo dans cette voiture. Il s’agit de Jean Eric Vergne.

Deuxième torgnole, pour la FIA.

Qui a dans un premier temps, décidé que les diffuseurs soufflés seraient interdits, puis les a limités à 10% de leur efficacité, puis a autorisé les voitures à moteur Renault à monter ce pourcentage à 50%, puis enfin est redescendue à 10% tout ça en l’espace d’un week-end.

FIA, n’importnawak…

Nous disions ici même qu’il serait bon que la F1 revienne aux fondamentaux des sports mécaniques, à savoir le pilotage.

On a vu aujourd’hui qu’Alonso a fait le trou au forcing, et qu’en plus, l’écurie Ferrari a eu le droit d’utiliser ses pneus comme elle le désirait.

C’est marrant ça, on a eu un GP formidable.

Le tout avec des diffuseurs quasi interdits. On est sur le bon chemin… mais malheureusement pas à l’initiative de la FIA, nullissime.

 

Résultat GP Silverstone

1.  F Alonso (Espagne) Ferrari. 2. S. Vettel (Allemagne) Red Bull. 3. Mark Webber,(Australie) Red Bull. 4. L. Hamilton (Angleterre) Mc Laren. 5. F.Massa (Brésil) Ferrari. 6. N. Rosberg (Allemagne) Mercedes. 7. S. Perez (Mexique) Sauber . 8. N.Heidfeld (Allemagne) Lotus Renault.  9. M. Schumacher (Allemagne) Mercedes. 10. Jaime Alguersuari (Espagne) Toro Rosso.

 

Classement F1 2011

1 S. Vettel, 186 points. 2  M. Webber, 124. 3. Alonso, 112. 4. Hamilton, 109. 5. Button, 109. 6. Massa, 52. 7. Rosberg, 40. 8. Heidfeld, 34. 9. Petrov, 31. 10. Schumacher, 28. 11. Kobayashi, 25. 12. Sutil 10. 13. Alguersuari, 9. 14. Perez et Buemi, 8. 16. Barrichello, 4. 17. Di Resta, 2.

 

Jean Louis Bernardelli

Photos : Teams – Red Bull – Pirelli

F1

About Author

gilles