MARC ROY : UNE PASSION ET UN PARCOURS AU SERVICE DU SPORT AUTOMOBILE

MARC ROY EN COMPAGNIE DE DOMINIQUE MELIAND ET ALAIN MONNOT

Le choc de l’annonce  de la disparition de Marc Roy nous a fait  écrire  qu’il était pied noir, nous devons avant  toute  chose, reprendre  nos esprits  et  préciser que notre ami  est né  le 22 avril 1944 à Lignières (18), a passé  son  permis de  conduire en août 1962 à Bourges et a  servi en coopération en Algérie de 1967 à 1971.

Ses débuts en sport automobile en tant  que pilote, datent de  cette  période : il est  champion d’Algérie  en 1970 et déjà son talent d’organisateur se fait  jour, puisqu’il organise  7 épreuves entre 1969 et 1971.

De retour en France et  installé  à Orléans  en tant que  technicien  des Télécommunications, Marc Roy  reprend  sans tarder  ses activités  sportives. Le commissaire technique Jean-Claude Painchault  nous rappelle avoir assisté Marc pour  le Tour de la Nièvre   en 1973.

L’Alpine Berlinette  blanche est souvent à la fête  en gymkhana, rallyes  ou  courses de côte et pourtant,  très  vite, la  forte personnalité  de Marc le pousse à prendre  des responsabilités. On  le  voit donc arriver à la Présidence de l’Ecurie d’Orléans. Cela  durera  de 1973 à 1989. Durant cette période, le Président  veut  que l’Ecurie  d’Orléans rayonne. Il fait  tout  pour  attirer  des  licenciés et  ses talents  de  communicant  ( poste qu’il va d’ailleurs occuper aux télécoms), ont un  impact   certain.

 

Ainsi  le salon  des sports mécaniques d’Orléans s’inscrit  pendant une  quinzaine d’années dans  le calendrier  des  grandes  vitrines nationales  que  les  plus  grands noms des  sports mécaniques honorent  de  leur présence, avec  beaucoup d’enthousiasme : Prost,Ragnotti, Darniche, Beltoise, Arnoux, diront combien  ils ont aimé la chaleur de l’accueil de l’Ecurie d’Orléans et la qualité  de l’organisation.

La politique de l’Ecurie   veille  à licencier  des pilotes régionaux dont  les résultats flatteurs servent  de  vitrine  et de  locomotive pour les autres  pratiquants. C’est ainsi que Philippe Alliot ou Joël Gouhier sont  membres  de l’Ecurie d’Orléans. L’activité  de l’Ecurie est  intense et le bénévolat de  tous  fort efficace.

Marc se comporte  toujours en  patron éclairé et son entregent aide  à  trouver    les financements souhaités. Son action en faveur du développement du sport automobile ne passe  pas inaperçu et en 1984, le Président de l’Ecurie d’Orléans  est sollicité pour  occuper  la Présidence  de l’Automobile club du Loiret, poste qu’il occupera  jusqu’en 2001.

 

Parallèlement à  ces  responsabilités associatives  locales éminentes, Marc Roy participera également  à la  vie  municipale  en tant que  conseiller  lors  du  mandat  du Maire Jean Pierre Sueur, mais trouve  encore  le  temps à partir de 1987 et jusqu’à sa disparition, d’occuper  les fonctions  de Directeur de course  sur  11 Dakar  et de  nombreuses  épreuves comptant  pour la coupe du mondes rallyes tout terrain  comme : Paris-Pékin,les rallyes du Maroc, de Tunisie, d’Egypte ou encore de Dubaï.

On sentait  à chacun de ses retours de ces horizons  lointains,  combien   il aimait tenir  ces  fonctions exigeantes et  parfois délicates. On savait aussi  par  les  concurrents, combien  son sens de l’équité, sa connaissance  pointue  des règlements et leur application  intelligente et  réaliste étaient unanimement appréciés.  Avec  toutes  les personnes rencontrées son carnet d’adresses était devenu impressionnant.

Tout en étant membre du comité Directeur de la Ligue  du Centre de 1973 à 1996, le 15 décembre 1996 à 15 heures, lors de l’assemblée  générale élective  tenue à l’hôtel Escurial à Joué les Tours, Marc Roy  succède  à Lionel Raudet à la Présidence de la Ligue automobile du Centre  qui  deviendra ultérieurement, le Comité régional.

 

Pour le quatrième mandat à la tête de cette instance, notre Président qui a  pris  sa retraite  professionnelle en 2004, ne  levait  pas  le pied tout  comme ses  deux  secrétaires  nous  l’ont  confirmé au téléphone.

Écoutons-les plutôt :

Françoise Martin s’occupe  de la marche administrative : licences, épreuves, assemblées …

« Le 28 juin dernier  nous avons tenu  un  comité directeur à Ardon (45). Nous avons  traité  des  actions  à  venir (remise de prix, prochaines épreuves, poursuite de l’aide  à l’action sport et handicap, examens  officiels. Le Président était fatigué….mais  il partait en vacances. Je travaille  avec  bonheur avec  lui depuis 14 ans. Il était  toujours  plein  de  courage, volontaire et  possédait  une  très  bonne mémoire. Je  garderai  de  lui  une  très  bonne image. »

 

 

Claire Boisquillon suit les questions  de  communication  et les dossiers  de  subvention.

« Jeudi dernier  nous avons travaillé ensemble sur  le suivi  de  notre  dossier  de  contrat d’objectifs  avec  le Conseil régional. Le Président  disait être fatigué. Il avait  passé  des examens  et   tout semblait  normal, mais  vous savez  il avait subi  voici  trois  ans  une rupture d’anévrisme. Vous qui  le connaissez, vous savez  combien il était actif… Là,  il  avait  décidé  de  prendre  quelques  vacances et  je devais  le voir  le 19 juillet….Je  garderai  le souvenir d’une personne agréable, franche  et  honnête, au caractère assez  fort. J’ai beaucoup apprécié  de travailler  avec  lui depuis 2006. »

Parmi  les  engagements forts  qui ont  toujours  motivé Marc Roy,  nous   voulons  souligner  combien la participation  des  jeunes,  des  femmes  et  des  handicapés au sport automobile, lui tenait à cœur. Ne  fut-il  pas  un  des premiers  à  tout  mettre en œuvre  pour permettre à des établissements régionaux  de  participer  à l’opération « Lycées dans la course »  ?

 

L’organisation  des épreuves au  plus  haut  niveau demeurait  une  de  ses spécialités, et  dans  les  cartons  ne  trouve-t-on  pas pour 2012 et 2013 les  courses  de championnat d’Europe de   rallycross prévues à Dreux  et à Châteauroux ? Que  dire  de  ses batailles  incessantes qui furent  les siennes pour l’aide  à la création  et au développement des  structures telles  que  des  pistes auto ou  kart.

Nous  pensons  que le  bout du  tunnel  n’est  pas  très  loin dans cette affaire,  véritable serpent  de   mer orléanais. Il  ne serait  que  justice  de  voir  un   jour, un complexe des sports  mécaniques orléanais porter le  nom d’un  grand Président, toujours  prêt à guerroyer pour faire  triompher  ses  idées  en faveur de la  promotion  du sport automobile.

 

MARC ROY EN ACTION AU PC DU RALLYE COEUR DE FRANCE

Nous  en avions eu  un récent exemple  avec  le Rallye Cœur de France  aux  destinées  duquel Marc Roy  présida jusqu’en 2009 . Il  crut bien  pouvoir décrocher  la  timbale  d’une épreuve  classée en Championnat de France. Son éviction   du Comité  directeur de la Fédération de France où il siégea en 2007, ne  lui a sans doute  pas permis d’aller  jusqu’au  bout de  son  action  de lobying et  il s’en  montra  quelque  peu affecté.

Plus localement Marc  Roy a toujours  veillé à  ce  que  les  champions  des  sports mécaniques soient honorés et  le trophée Fred Leblanc du meilleur  sportif orléanais de l’année, fut  souvent remis par la fille de l’ex  Président de l’Automobile club  Madame Anny Leblanc-Robinet  à  des pilotes locaux comme Cyril Neveu, Gilles Lempereur, Philippe Plisson, Joël Gouhier, Thierry Jandot Guillaume Gomez  ou encore Guillaume Dietrich.

 

Même si certains orléanais  trouvent que la stature  du Président se  montrait  un  peu hégémonique et qu’il aurait  peut être du un  peu passer la main, plutôt que s’engager  dans  un  quatrième mandat  à la tête du comité régional, d’autres  louent l’homme simple  et disponible toujours  prêt  à apporter  un conseil à un pilote, à  une écurie et à faire  profiter de  son immense  expérience  pratiquants et décideurs.

Toujours est-il que les mérites incontestables du Président Roy, ont été reconnus très tôt dans son parcours. En effet,  dès 1982 il se  voit attribuer la médaille de bronze de la Jeunesse et des sports, le 14 juillet 1994 il  décroche la médaille d’argent et  pour  le  nouvel  an  2003 ce sera la médaille d’or ! Il est fait chevalier  des palmes académiques le 1 er octobre 2007 en  reconnaissance  de son action volontariste en faveur des « Lycées dans la course ».

Fidèle en amitié, travailleur infatigable , fin manœuvrier politique, véritable encyclopédie de  tous  les dispositifs, instances, règlements du sport automobile, amoureux  des  grands espaces et des  chevauchées des rallyes raids, bon vivant, notre ami Marc  n’était  pas  un  suiveur  mais  un leader. Il avait vocation  à  bâtir, à innover, à  convaincre, à  entrainer. Il était  tout entier  tourné  vers son idéal  de  promotion -sans partage ni compromission- du sport automobile régional, dont il  restera  une figure marquante et  inoubliable.

 

AVEC JACQUES BOLLE,PRESIDENT DE LA FFM

 

Avant  de terminer  nous avons  tenu  à recueillir les  témoignages  de  deux  champions orléanais dont  le palmarès  dépasse  largement  le cadre  de la région  puisqu’il s’agit  de Patrick Borhnauser  et Cyril Neveu.

Patrick  est sur la  route  entre  Le Mans et Orléans de retour  d’un  debriefing  à l’ACO à  propos  des  dernières  24 heures  du Mans.

Il est  bien entendu  au courant de la disparition  de Marc  et  nous  déclare :

« Marc  je  le connais depuis mes débuts de pilote c’est  à dire depuis 35 ans. On ne s’est  jamais quittés. Avec  moi  comme  avec  tous  les  pilotes de l’Ecurie d’Orléans il s’intéressait  toujours à  ce  que  nous  faisions. Il  suivait  avec attention, nos participations, nos résultats. Il n’avait de cesse d’en  parler, pour  un  pilote c’est top ! La semaine dernière encore il m’avait demandé  où j’en étais  au championnat après  notre  bon résulta au  24 h  du Mans. Je l’avais  également côtoyé quand  il était  directeur de  course sur  les épreuves africaines, il  avait  toujours  cette  même attention aux autres. »

 

 

Cyril  nous répond de Spa où il participe  aux  25 heures de la Fun Cup :

« Marc, c’était l’emblème locale  des sports mécaniques, une  vraie locomotive en la matière. Il appréciait le sport mécanique dans son ensemble. Il adhérait  à tous  les  sports sans exclusive. C’était  un gars adorable qui appréciait beaucoup l’Afrique. Il était à l’écoute de  tout  le  monde. En voila encore  un  qui  a vécu  sa passion  à fond…. Tu sais,  je  préférerai  en parler au présent….Je pense à  Brigitte .. »

Parti sans crier gare, rejoindre  sa  chère fille Valérie, Marc laisse dans la détresse  que l’on imagine, Brigitte l’épouse chérie, celle qui a permis qu’une telle  passion automobile s’assouvisse sans réserve au bénéfice des écuries, des licenciés, des épreuves. Nous l’assurons  de  notre affectueux soutien.

 

Texte :  Alain Monnot

Photos : Michel Picard

 

Nécrologie

About Author

gilles