GRAND PRIX MOTO D’ITALIE : ROSSI REVE DE BRILLER AVEC LA … DUCATI

Grièvement accidenté il y a tout juste un an lors des essais du Grand Prix d’Italie, le  » héros  » des tifosis, Valentino Rossi est de retour ce week-end sur ce même circuit du Mugello ou il va retrouver ses fans

A la veille de ce rendez-vous avec l’histoire  » Il dottore  » pilotant désormais una  » machina  » rosso, la Ducati, laisse entendre qu’il semble capable de faire bientôt gagner bientôt la Ducati.

Alors, pourquoi pas ce week-end sur le Mugello, son circuit fétiche ?

D’ailleurs tous les tifosis  passionnés de moto et  supporters de Valentino sont tous invités à participer dimanche au Mugello, à l’occasion de ce Grand Prix d’Italie, à une journée qui permettra peut-être au Valentino Rossi -Ducati de fêter en beauté, par une  éventuelle victoire historique, le 150e anniversaire de l’unification italienne.

Le décor est à la hauteur de l’événement. Imaginez ce cadre sublime qu’est ce circuit du Mugello – propriété du Groupe Fiat– niché dans les collines toscanes au coeur des monts du Mugello dans la région de Scarperia au dessus de la superbe ville qu’est Florence.

Du coup, ses vibreurs, dans les courbes rapides que les motards du Continental Circus avalent et dévalent vu la topographie des lieux à 300 km/h, étaient jusqu’à présent peints en rouge et jaune, les couleurs de la fameuse marque italienne.

Et ce, jusqu’à cette année car comme nous l’explique Paolo Poli, le directeur de la piste Toscane qui a succédé au tout premier patron, Remo Cattini nommé lorsque le Mugello a été inauguré au printemps 1975:

« Après 20 ans de ces couleurs traditionnelles, nous avons décidé de rendre hommage à notre pays à l’occasion de cet anniversaire très significatif ».


En effet  effectivement les vibreurs sont désormais verts, blancs ou rouges, les couleurs traditionnelles de l’Italie

« afin de représenter notre nation dans le monde entier, c’est un hommage à notre identité nationale », enchaine Paolo Poli.

Dans cette arène, devenu en Italie, le  » temple  » de la moto car il attire annuellement plus de 150.000 fans, l es acteurs vont tous vouloir briller.

A commencer par au moins trois d’entre eux, ceux qui constituent  » l’élite » de la discipline.

Lesquels s’aligneront au départ avec l’espoir de faire vibrer les fans italiens, avec également tous trois d’excellentes raisons de l’emporter et de triompher au Mugello.

A commencer, à tout Seigneur, tout honneur  par… Valentino Rossi bien évidemment. Neuf  fois Champion du monde  – toutes catégories confondues -Valentino a déjà gagné neuf fois ici au Mugello, dont sept d’affilée en MotoGP, de 2002 à 2008 !

Excusez du peu !!!

Voilà ce que  » Il Dottore  » déclarait il y a quelque temps à propos de la piste Toscane:

. « Le Mugello, c’est une histoire à part. C’est un circuit fantastique. Ceux qui comprennent ce que signifie le plaisir du pilotage le devinent car c’est vraiment ici que ce sentiment est le plus fort. Par la nature du tracé, mais aussi par la ferveur populaire. Le Mugello est magique ».


Mais c’est aussi ici au Mugello que Valentino Rossi s’est cassé la jambe, l’an passé en 2010. Cabriole de sinistre mémoire…

Depuis, il est revenu aussi fort qu’avant et a regagné avec sa Yamaha en Malaisie à la fin de la saison 2010.

Puis au cours de l’hiver et de l’inter-saison , Valentino  a changé de moto, troquant sa Yamaha pour une Ducati.

Bien évidemment,  l’Italie toute entière rêve d’une victoire 100% italienne en MotoGP

Pourquoi pas ce dimanche, avec Valentino au guidon d’une Desmosedici rouge et blanc portant le célèbre numéro 46?

Dans le passé, après avoir fait gagner Honda, il a quitté cette marque pour filer chez l’adversaire Yamaha! Firme qu’il a une fois la découverte de cette machine, à nouveau fait gagner des GP et puis ensuite le Championnat du monde

Sa venue chez Ducati outre le fait qu’il n’a qu’un désir, qu’un souhait, faire gagner l’Italienne est aussi à sa façon une manière de prouver et démontrer qu’il est véritablement un pilote  » hors norme  » capable de l’emporter avec n’importe quelle moto.


 

Vendredi, l’idole des foules transalpines a donc entamé  en douceur sa découverte de son … circuir fétiche au guidon de sa nouvelle monture.

Débuts difficiles marqués par deux pannes électriques et un 13e chrono seulement le matin. Puis à l’heure de la sieste, sur une piste ni sèche ni mouillée, Valentino a fait partie des quelques  rares courageux qui sont montés en piste pour – respect du public – boucler trois petits tours, pour voir.

Ce samedi il va poursuivre l’apprentissage afin de peaufiner ses réglages en vu du GP dimanche

 » Il Dottore  » n’est pas favori, et il le sait.

Mais, il n’empêche, au fil des GP, il commence tout doucement à faire progresser la Ducati. Et avec  » Dame Chance  » vas savoir ce qui peut arriver, surtout si la pluie venait à s’en méler…

Quoiqu’il en soit si le binôme Rossi – Ducati ne peut pas gagner dimanche, deux autres pilotes italiens seront  eux à l’affût, prêt à tout pour triompher

Aux commandes de leur Honda, Andrea Dovizioso et Marco Simoncelli n’ont eux aussi en tant que  » régionaux  » de cette étape transalpine, qu’un but, qu’un souhait, qu’un objectif, qu’un… RÊVE :

Gagner

Et comme  par hasard,  eux disposent de motos parfaitement au point et bien réglés

Du coup, ils  ont brillé ce vendredi, dès les premiers essais libres.

« Dovi » a déjà connu deux podiums au Mugello. D’abord  en 2006 (3e en 250 cc). Puis, en 2010 (3e en MotoGP).

Mais à ce jour, lui n’a gagné qu’un seul et unique Grand Prix en MotoGP (Donington 2009).

Quant à celui que le paddock nomme « Supersic » alias Marco Simoncelli, lui  il n’est encore jamais monté sur un podium en MotoGP

Certes mais  ce garçon vient de signer deux pole positions  successives,  coup sur coup, à Barcelone d’abord puis à  Assen.

Le scénario idéal pour les tifosis italiens, et assurément la  grosse, très grosse  cote pour les bookmakers et les parieurs.

Mais au fond si au Mugello ce dimanche, on assistait tout simplement à un  » Evénement  » !!!!

Un podium 100% italien.

Avec réunis ensembles et Rossi, et Dovizioso et Simoncelli.

Un truc complétement dingue…

Mais au fond pas si dingue que cela.

Même si ce serait franchement un résultat totalement historique : Trois Italiens sur le podium de ce GP d’Italie dans la catégorie Reine

Reste que pour cela, il faudra battre et devancer trois, voire quatre lascars qui ne l’entendent surement pas ainsi

A commencer par le leader du Championnat, l’australien Casey Stoner. Sans oublier bien sûr les deux Champions espagnols, Jorge Lorenzo – le Champion du monde en titre – et son compatriote Dani Pedrosa

Lequel effectue lui son  » come back » aprés une absence de trois GP suite à sa cabriole et son accrochage justement avec le  » sieur  » … Simoncelli, lors du GP de France au Mans, le 15 mai dernier

Et puis, comment ne pas citer, un certain… Ben Spies. Le jeune espoir yankee, justement victorieux du dernier GP, à Assen en Hollande ???

Comme on le constate, Valentino Rossi et ses compères italiens ont du pain sur la planche s’ils veulent voler la vedette aux  » estrangers  » !!!!

Cela nous laisse imaginer que nous allons assister à un formidable GP d’Italie

Christian Colinet

Photos : MotoGP

 

Moto Sport

About Author

gilles