ANTHONY DAVIDSON OFFRE LA POLE A PEUGEOT A IMOLA

Comme au Mans, la lutte pour la pole position a été acharnée entre les principaux protagonistes de l’ILMC.

Auteur du meilleur chrono du week-end, Anthony Davidson (n°7) offre à la Peugeot 908,  la deuxième pôle position de sa jeune carrière. Stéphane Sarrazin qualifie lui la seconde lionne, la n°8 en troisième position.

 

Une bagarre à coups de dixièmes de seconde

 

Avec les trois premiers groupés en moins de 2/10e, les essais libres laissaient présager une lutte pour la pôle position des plus âpres. Le public italien a été enthousiasmé par le spectacle offert par les prototypes, lâchées dans une séance intense de 20 minutes dont la clé consistait à associer le pic de performance des pneumatiques et la gestion du trafic.

En piste dès le drapeau vert, Anthony Davidson sur la 908 n°7,  consacrait les premiers tours à mettre ses gommes en température. Sentant l’efficacité grandissante de sa Peugeot 908, le jeune Britannique attendait le bon moment pour attaquer.

Après 12 minutes, il signait un retentissant chrono en 1’31’’736 et repoussait la première Audi, celle du suisse Marcel Fassler, à plus de 7/10e !

Descendu de son bolide, Anthony racontait:

« La voiture était fantastique à piloter. Nous avons fait du bon boulot lors des trois séances d’essais libres et nous sommes arrivés à un bon niveau de performance

Et de lâcher:

«Ce n’était pas un tour parfait, car j’ai dû ralentir dans un secteur sous drapeaux jaunes. »

Parti un peu plus tard que son équipier, Stéphane Sarrazin s’intercalait entre les deux voitures allemandes quelques minutes plus tard. Le pilote de la Peugeot 908 n°8 poursuivait son effort, mais le trafic ne lui permettait pas d’améliorer.

En qualifiant ses voitures aux première et troisième positions, le Team Peugeot  se place dans les meilleures dispositions en vue d’une course qui s’annonce très difficile.

Olivier Quesnel, le patron semblait satisfait:

« Anthony a réalisé un tour extraordinaire qui lui permet de signer la pole position avec une avance impressionnante. C’est une performance d’autant plus stupéfiante qu’il a ralenti dans un secteur sous drapeaux jaunes ! Cela ne laisse rien présager pour la course, mais il vaut mieux partir devant. Après avoir confié l’exercice des qualifications à Anthony et Stéphane, nous laisserons Sébastien Bourdais et Franck Montagny prendre le départ. Face à notre adversaire, je crois qu’il n’y aura pas d’autre stratégie que d’attaquer du début à la fin. »

A ses côtés, l’heureux poleman expliquait:

« Je suis très fier de décrocher une nouvelle pôle position pour Peugeot, après celle de Petit Le Mans l’an passé. La bagarre était à nouveau très serrée entre Peugeot et Audi. Afin de bénéficier d’une piste claire en début de séance, je m’étais positionné en premier à la sortie de la pitlane. Mais la session a débuté avec cinq minutes de retard et mes pneumatiques ont refroidi de quelques degrés. Comme j’avais suffisamment de carburant, j’ai consacré les premiers tours de mon run à remettre mes gommes à la bonne température. L’équipe a parfaitement géré cet exercice. Après Le Mans, c’est bien de prouver aujourd’hui à quel point la 908 est rapide. Il faut maintenant penser à la course. La situation sera très différente et nous nous attendons à six heures difficiles, avec beaucoup de voitures en piste et dans la pitlane pour les ravitaillements. Ce sera un réel problème. Le plus dur reste à venir. »

Quant à Stéphane Sarrazin, lui il concluait:

« Je me suis rapidement retrouvé derrière un groupe de voitures et je n’ai pas pu exploiter les pneus et la voiture. Troisième, ce n’est pas un mauvais résultat pour autant. Nous allons encore travailler sur la voiture, changer quelques détails pour améliorer l’équilibre. Depuis le début du week-end, nous voyons que les Peugeot sont performantes et nous allons tout faire pour que cela se confirme en course. »


Exception faite des 24 Heures du Mans (2009 et 2010) les 908 Peugeot ont remportées toutes les autres épreuves auxquelles elles ont participés : Spa à deux reprises, Silverstone, Petit Le Mans, Zhuhai, Sebring.

Chez Peugeot, on aimerait poursuivre cette impressionnante série.

Car, n’oublions pas que le 12 juin dernier, la meilleure des  Peugeot n’a été devancée et battue que de … Treize infimes et petites secondes !!!

Et ce après 24 Heures de lutte…

Preuve que la 908 est bien l’égale des Audi

Le grand patron de la firme d’Ingolstadt, le Docteur Wolfgang Ullrich, n’avait d’ailleurs  t’il pas prédit cet écart, nous expliquant à plusieurs reprises au cours du printemps, que la différence entre les deux bolides était infime.

Gilles Gaignault

Photos : Teams

LE RESULTAT DES ESSAIS QUALIFICATIFS


1 – Bourdais-Davidson (Peugeot 908)  en 1’31″736
2 – Bernhard-Fassler (Audi R18)  en 1’32″354
3 – Montagny-Sarrazin(Peugeot 908) en 1’32″732
4 – Kristensen-McNish (Audi R18) en 1’32″974
5 – Moreau-Ragues (Pescarolo-Judd OAK) en 1’34″746
6 – Jani-Prost (Lola-Toyota Rebellion) en 1’35″047
7 – Belicchi-Boullion (Lola-Toyota Rebellion) en 1’35″700
8 – Collard-Tinseau-Jousse (Pescarolo-Judd) en 1’35″996
9 – Cortes-Geri-Piccini (Zytek 09 Mik Corse) en 1’36″084
10 – Beche-Thitiet-Firth (Oreca-Nissan  TDS ) en 1’37″208
11 – De Crem-Kraihamer (Oreca-Nissan Boutsen Energy) en 1’37″476
12 – Leventis-Watts-Kane (HPD ARX-01D Strakka) en 1’38″118
13 – Ayari-Mailleux-Ordonez (Oreca-Nissan Signatech) en 1’38″351
14 – Ojjeh-Kimber Smith-Lombard (Zytek-Nissan  Greaves) en 1’38″553
15 – Tucker-Bouchut-Barbosa (Lola-Honda Level 5) en  1’38″959
16 – Frey-Meichtry (Lola-Judd BMW Race Performance) en  1’38″991
17 – Nicolet-Prémat (Pescarolo-Judd OAK) en 1’39″130
18 – Perez Companc-Russo-Kaffer (Lola-Judd BMW Pecom) en 1’39″198
19 – Rosier-Basso (Norma-Judd BMW Ex. Limite) en 1’39″848
20 – Barlesi-Da Rocha-Lafargue (Pescarolo – OAK) en 1’40″146
21 – Gates-Garofall-Philipps (MG Lola EX265-Judd RLR) en 1’40″543
22 – Newton-Erdos-Collins (HPD ARX-01D RML) en 1’40″642
23 – Petersen-Julian-Zugel (FLM Genoa) en 1’42″574
24 – Ducote-Marcelli-Marroc (FLM JMB) en 1’42″755
25 – Schultis-Simon-Schell (FLM Pegasus) en 1’43″285
26 – Farfus-Muller (BMW M3 GT) en 1’44″468
27 – Moro-Shangi-Graves (FLM Hope) en 1’44″550
28 – Werner-Lamy (BMW M3 GT) en  1’44″683
29 – Melo-Vilander (Ferrari F458 AF Corse) en  1’44″691
30 – Ortelli-Makowiecki (Ferrari F458 Luxury) en 1’44″725
31 – Bell-Walker (Ferrari 458 JMW) en  1’44″730
32 – Lieb-Lietz (Porsche 997  Felbermayr) en 1’44″895
33 – Fisichella-Bruni (Ferrari F458 AF Corse) en 1’45″130
34 – Farnbacher-Simonsen (Ferrari F430) en 1’45″384
35 – Pilet-Henzler (Porsche 997 IMSA) en 1’45″467
36 – Long-Roda (Porsche 997 Proton) en 1’45″650
37 – Goossens-Holzer (Porsche 997 Prospeed) en 1’45″767
38 – Beltoise-Thiriet-Firman (Ferrari F458  Luxury) en 1’45″779
39 – Hancock-Dolan (Aston Martin Vantage Jota) en 1’45″841
40 – Cioci-Perazzini-Lémeret (Ferrari F430 AF Corse) en 1’45″906
41 – Krohn-Jonsson-Rugolo (Ferrari F430 Krohn) en 1’46″219
42 – Armindo-Narac (Porsche 997 IMSA) en 1’46″283
43 – Bornhauser-Canal-Gardel (Corvette C6R Larbre Competition) en 1’46″614
44 – Hummel-Christodoulou-Quaife (Ferrari F430 CRS) en 1’46″798
45 – Ehret-Lynn-Wills (Ferrari F430 CRS) en 1’48″176
46 – Ried-Felbermayr(Porsche 997 Felbermayr) en 1’48″197
47 – Slingerland-Rich-Lichtner Hoyer (Lotus Evora Jetalliance) en 1’49″037
48 – Hirschi-Rossiter-Mowlen (Lotus Evora Jetalliance) en  1’50″053

Hartshorne-Keating-Keen (FLM Neil Garner) : Pas de temps

 

Sport

About Author

gilles