GT TOUR : WEEK -END… PORSCHE AU VAL DE VIENNE

  

Après Lédenon, Nogaro et Dijon, le Championnat de France GT dénommé ‘’ GT Tour ‘’ poursuivait ce week-end, sa tournée hexagonale sur le circuit du Val de Vienne au Vigeant.

Arrivés dans le Poitou, en leaders du classement général provisoire, la paire Anthony Beltoise – Laurent Pasquali, y a conforté cette position et ce après avoir remporté leur seconde victoire de la saison !

Pour Anthony et Laurent, ce quatrième rendez-vous de la saison était particulièrement important. Comme le reconnaissait bien volontiers, le fils de l’ancien vainqueur du GP de Monaco de F1 (1972) :

« Le Val de Vienne est un circuit qui convient plutôt bien aux Porsche. Il était donc impératif de faire le plein de points »

Lequel quelques heures plus tard, ajoutait :

« Dès les essais libres, nous avons pu vérifier les performances de la voiture en signant de très bons chronos. »

Samedi matin, Laurent Pasquali confirmait cette bonne forme, en signant le meilleur temps de la première séance de qualifications.

En Super Pole, il manquait d’un rien la première position face à l’Audi d’un étincelant David Hallyday.

Au départ, le pilote de la Porsche 997 GT3 R de l’équipe ProGT, tentait de prendre le dessus sur le ‘’pilote-chanteur’’.

L’affrontement était viril, avec quelques contacts entre les deux voitures !

Profitant de sa pole position, Hallyday qui au fil des ans est devenu un véritable et brillant pilote automobile, virait en tête devant Pasquali.

Instantanément en action, Laurent mettait la pression sur le pilote de l’Audi R8. Mais après quelques tours, la température moteur le contraignait à lever le pied :

« J’étais plus rapide, mais je n’arrivais pas à trouver l’ouverture. Quand le voyant ‘check engine’ s’est allumé, je n’ai pas tenté le diable. Je tenais à rendre à Anthony une voiture aussi fraiche que possible. »

Reparti avec deux pneus neufs, Anthony se remettait rapidement dans le rythme.

Mais dans les derniers tours, il était confronté à une importante dégradation du comportement de sa Porsche :

« Avec une piste affichant plus de 55°C, les pneus ont beaucoup souffert. J’ai terminé la course avec beaucoup de survirage et je voyais l’Audi d’Ortelli, grossir dans mes rétroviseurs. Il termine à 3/10e, autant dire que j’ai eu très chaud ! Cette deuxième place était le meilleur résultat possible. »

Mais revenons avec précision sur le déroulement de la course

C’est sous un soleil de plomb que les 22 concurrents du Championnat de France rejoignent leur place sur la Grille de départ sous les yeux d’un public venu en nombre.

Logiquement, David Hallyday bénéficie de sa meilleure performance en qualification en venant s’installer en pole position avec son Audi R8 LMS.

Un peu plus loin, Laurent Pasquali se place en embuscade avec sa Porsche 997 GT3 R.

Dans ses échappements, Gérard Tonelli s’installe avec une idée derrière la tête qu’il dévoile dès la fin du premier tour.

Si le départ se passe sans encombre et sans

 faits marquants… tous les observateurs et téléspectateurs sont surpris de voir plonger dans la voie des stands, les Mercedes SLS du Graff Racing dès la fin du premier tour !

Les deux sociétaires du Graff Racing créent ainsi la surprise et dévoilent alors leur stratégie en optant pour un …refuelling anticipé et une stratégie décalée.

Les voitures sœurs reprennent donc la piste avec un tour de retard mais en profitant d’une piste totalement dégagée et sans concurrent.

Dans ces conditions, bien logiquement, les deux étoiles d’argent, pointent en tête de la feuille des chronos.

Partis depuis la première ligne, David Hallyday et Laurent Pasquali, s’affronteront une bonne partie de la course pour finalement finir respectivement sur la troisième et la deuxième marche du podium. 

Et ce devancés par le duo … ‘’ Champion de France ‘’  en titre et composé de Patrick Bornhauser et de Laurent Groppi, lesquels s’imposent à domicile, leur Team l’équipe Larbre étant installé sur le circuit du Val de Vienne.

Une course stratégique

 

Les deux Mercedes du Graff Racing, en s’arrêtant aux stands pour ce refuelling. Anticipé, ne parviendront pas à remonter, terminant à la cinquième place pour Renaud Derlot et la quinzième pour le duo Olivier Panis-Eric Debard.

Pendant ce temps, Laurent Pasquali tente de remonter sur David Hallyday qui continue de creuser l’écart sur ses poursuivants et le trio de tête s’échappe peu à peu du peloton.

Les changements de pilotes s’enchainent, Olivier Pla succède au volant de la Ferrari F458 Italia de ASP Sofrev, à Gabriel Balthazard, alors à la vingtième place.

Il cravache pendant quarante minutes pour remonter dans le top 5 aux trois quart de la course.

C’est ensuite, Laurent Groppi qui prend le relais sur la Porsche de Larbre Compétition.

Vient alors le tour de David Hallyday, bien installé en tête, de passer le volant de l’Audi du Team WRT, à son coéquipier, Stéphane Ortelli.

Après un peu plus de trente minutes de course, l’ensemble des équipages est passé aux stands pour changement de pilote.

Le tandem Police-Cazenave se retrouve temporairement en tête de la course suivi de de Renaud Derlot-Gérard Tonelli et Laurent Groppi-Patrick Bornhauser. Les deux voitures de tête doivent rentrer une seconde fois pour l’ultime arrêt,  Laurent Groppi en profite pour s’emparer de la première place et la conservera jusqu‘au drapeau à Damier.

Laurent Pasquali et Anthony Beltoise conservent le statut de leader du classement provisoire avec 96,5pts, Patrick Bornhauser et Laurent Groppi passent second devant le tandem David Hallyday-Stéphane Ortelli, 3ème.

Dimanche, Anthony Beltoise se livrait à une démonstration dont il a parfois le secret.

Meilleur temps de la première séance de qualification avec 4/10e de marge, il s’assurait de la pole position à l’issue de la seconde séance.

Au départ, il laissait sur place ses adversaires et se construisait rapidement une belle avance.

« Je me sentais bien au volant et j’ai pu attaquer sans prendre de risques. Je prenais environ 7/10e d’avance à chaque tour, ce qui m’a permis de me constituer rapidement une marge de cinq secondes. »

La suite de la course s’avérait moins limpide, avec un bruit inquiétant au niveau de la boîte de vitesses. Anthony parvenait néanmoins à maintenir son avance, qui permettait à Laurent, à qui il avait cédé le volant, de ressortir des stands en tête malgré la pénalité de 8’’ consécutive, à la deuxième place de la veille.

A l’arrivée, Laurent racontait :

« La voiture était très efficace et je me sentais bien. Malgré le problème de boîte de vitesses, qui m’empêchait d’utiliser le deuxième rapport, j’ai réussi à conserver l’avantage jusqu’au bout »

Et de préciser :

.« Pole, victoire et record du tour, Anthony a fait du super boulot, il m’a impressionné ! Cette victoire s’est passée comme dans un rêve et cela nous permet d’augmenter légèrement notre avance au Championnat. Le bilan du week-end est tout simplement parfait. »

A ses côtés, Anthony Beltoise expliquait:

« Même si nos 7,5 points d’avance, ne nous autorisent aucun répit, nous avons pris un peu d’air au classement général »

Avant de conclure :

« Le Championnat va se jouer entre quatre équipages et rien n’est joué. Dans deux semaines, nous serons à Magny-Cours, un de nos circuits préférés. Notre objectif restera identique : ne pas faire de faute, être réguliers et ne laisser échapper aucun point ! »

En tout cas ce week-end, outre les belles empoignades, nous a offert deux beaux succès Porsche.

Dans le ‘’Gentlemen Trophy’’, le duo Hervé Clément et Emmanuel Brigand, avait déjà brillé samedi en montant sur la deuxième marche du podium.

Cette belle performance s’est concrétisée lors de la deuxième course au travers d’une toute première victoire en Gentlemen Trophy.

La prochaine et cinquième manche du GT Tour se déroulera les 9 et 10 juillet prochain sur le circuit de Magny cours

Christian Colinet

Photos : GT Tour-DPPI-Vision Sportscars

Sport

About Author

gilles