GP DE VITESSE MOTO : LES DECUS D’ASSEN

Assen, aux Pays Bas, s’est déroulé sur piste mouillée.

Il ya eu un nombre de chutes incalculable. Certaines, comme celles des Honda officielles aux essais, n’ont pas eu de conséquences à part quelques bleus et une grosse vexation.

D’autres ont mis à bas les futurs Champions du monde.

Et enfin, les plus dramatiques coûtent probablement leur saison à certains pilotes.

CHUTES SANS CONSÉQUENCES

Les trois motos d’usine, en catégorie MotoGP, sont allées au tapis pendant les essais.

En ce qui concerne Stoner (photo), on sait la grande capacité de ce garçon à aller mesurer la température de piste avec les mains…

Nous avons d’ailleurs dit ici que s’il restait en selle, il serait Champion du monde, et il a eu le bon goût de choir en essais, donnant sa part au destin, et faisant le samedi une course magnifique qui le propulse loin en tête du classement général provisoire.

Même chose pour Nicolas Terol en 125 et Stefan Bradl en Moto 2 (photo). Terol tombe aux essais, se fracture un doigt et ne court pas le samedi. Il garde cependant encore 27 points d’avance sur Folger, 34 sur Cortese et le français Zarco.

L’avenir est donc encore radieux !

Bradl, lui, a encore 57 points d’avance sur le second, Marc Marquez.

Bien sûr, en sports mécaniques, tout peut arriver, la preuve, ces deux pilotes se sont joyeusement jetés dans le gravier en Hollande, mais enfin il flotte sur ces deux garçons un doux parfum de titre.

CHUTES DRAMATIQUES


Randy de Puniet est tombé, dans le deuxième tour du MotoGP.

Il n’est pas le seul, il ya même de très grands pilotes qui sont tombés avant… mais les chiffres sont terribles.

Cinq « dnf », autrement dit « did not finish », encore autrement dit abandons, et ce sur sept courses depuis le début de la saison !

« Une grosse erreur au freinage » raconte Randy, « d’autant plus bête que Ducati m’a fait une superbe moto, capable de finir dans les dix premiers en MotoGP, voire dans les huit ».

Il est évident, à ce stade, que le résultat chiffré de la saison sera sévère pour Randy.

Il sera donc en mauvaise position pour négocier un guidon.

Dommage, les français ne sont pas nombreux à être parvenus à ce niveau de compétition.

Autre histoire pour Simoncelli et Lorenzo. On sait qu’ils se sont accrochés dans le premier tour de ce GP.

Et le haro sur le baudet recommence.

Simoncelli serait un danger public, agressif, incontrôlé et incontrôlable…

Lorenzo :

« Bien entendu, il ne voulait pas me rentrer dedans de façon volontaire… mais il n’est pas conscient des risques que nous prenons dans cette catégorie ! Je pensais qu’il avait tenu compte des leçons du passé, lors de la polémique après son accrochage avec Pedrosa au GP de France. En fait, il n’a rien appris. J’espère qu’il le fera à l’avenir mais pour l’instant je n’ai aucun respect pour un mec qui fait prendre autant de risques aux autres pilotes… »

Excuse-moi lecteur, je suis pété de rire, même si une chute est toujours potentiellement mortelle.

Les bûches font partie de notre univers de « tarmos », quand on en sort sans dommages, ce qui est fréquemment le cas heureusement, on se traite d’abord de c… !

On note le mépris d’un Lorenzo affirmant que Simoncelli n’est pas à sa place dans la cour des grands de ce MotoGP…

Et bien messieurs les grands pilotes, il n’y a qu’un moyen de laisser Simoncelli là où vous voudriez le mettre.

C’est de rouler plus vite que lui !

Et justement, avec deux pole positions cette année, le vrai problème, c’est qu’il humilie ces messieurs…

Le seul vrai problème de Simoncelli est qu’il a une attaque fabuleuse.

On a adulé Jean Michel Bayle et Jeremy Mc Grath en Motocross pour cette qualité.

En GP de vitesse, ce serait donc un défaut ?

Parlez en à Agostini, aux limbes d’Hailwood, à Read, à Doohan !

Ils vont bien se marrer…

Parce que l’on oublie une chose, quand il ya accrochage, Simoncelli lui aussi risque d’aller bouffer les pissenlits par la racine !

Bilan. Simoncelli n’a toujours pas le moindre podium à son actif et Lorenzo est à dache de Stoner au classement général.

Stoner qui d’ailleurs, il ya plusieurs GP, s’est fait balancer cette année par Rossi… mais qui contrairement à Lorenzo, est leader du Championnat le plus prestigieux de l’histoire de la moto, 28 points devant Lorenzo

Alors, Monsieur l’ex-Champion du Monde qui donne des leçons de morale, une seule réponse… gaz !

On sait que tu sais faire, alors montre nous ça, on en redemande !

Jean Louis Bernardelli

Photos : MotoGP

Moto

About Author

admin