MOTOGP : CLAIMING RULE TEAMS, OU CRT : LES NOUVEAUX VENUS DE 2012

 

On sait que sur chaque GP, cette catégorie MotoGP appelée « reine » par ceux qui manquent d’imagination, les grilles de départ son tellement faméliques que chaque coureur ou presque est assuré d’arriver dans les points.

C’est que faire une moto d’usine, ou une moto compé-client coûte des fortunes astronomiques. La FIM a donc décidé d’accepter des écuries « pauvres », en leur offrant des clauses particulières :

Les Claiming Rules.

 

 

Pour augmenter la liste des candidats, on garde ce qui existe et on ajoute autre chose. Donc les motos d’usine actuelles sont toujours les bienvenues. Dans la cylindrée 800 qui court exclusivement cette année, et que certaines écuries ont à coeur de continuer à faire rouler, pas de problèmes. Mais la cylindrée pourra être portée à 1000cc.

Ce qui peut en effet intéresser des boîtes comme Aprilia, BMW, pour qui cette cylindrée est synonyme des modèles sportifs phares des deux marques. Il avait été un moment envisagé de proposer que les moteurs de ces motos soient dérivés des motos de série, et ne soient donc pas des protos qui coûtent des fortunes considérables.

Seulement là, il ya avait guerre en vue.

 

 

Avec les Superbike, discipline qui reçoit des publics largement aussi importants que les Grands prix, et dont la règle est justement de faire courir des 1000 cc dont les moteurs sont issus de la série !

La philosophie de ce Superbike est simple, qui consiste à faire courir des modèles de très haut de gamme existant sur le marché. Cette guerre n’aura pas lieu, finalement on autorisera les moteurs prototypes de 1000 cc.

Ce qui fait encore peu de monde à ajouter aux grilles de départ du MotoGP…

Alors, on a invité les CRT, les Claiming Rule Teams…

 

 

CRT ?

Il s’agirait donc de recevoir une troisième catégorie de motos en MotoGP. Cela concerne des teams privés. Qui construiront leurs châssis, comme en Moto2, cette catégorie qui offre aujourd’hui des luttes au couteau avec des pilotes en paquet, c’est très beau mais il en sort peu de pilotes ayant le niveau des MotoGP.

En ce qui concerne les moteurs, les teams utiliseront ce qu’ils veulent mais le principe des claiming rules est que n’importe quel team pourra acquérir le moteur d’une autre écurie pour un prix fixé règlementairement, 20 000 euro.

Face à cette obligation, il ya aura donc des avantages donnés à ces équipes. Elles pourront utiliser 24 litres de carburant par course au lieu de 21 pour les autres. On sait qu’il faut dépenser des fortunes pour qu’un moteur en développement soit également peu gourmand. Voilà qui est réglé, ces moteurs pourront bouffer plus que les moteurs d’usine.

Par ailleurs, on pourra aussi en casser plus. Les claiming rule teams auront droit à douze moteurs par saison au lieu de six pour les usines et compé-clients.

 

 

Il s’agit évidemment d’avantages assez importants et le nombre d’équipes admises a été fixé à six, alors qu’il y avait des demandes à tire-larigot. En fait, c’est normal d’ailleurs, on a privilégié les écuries qui interviennent déjà en Moto2, avec de solides références.. Elles ne pourront engager qu’un seul pilote.

Voici les équipes sélectionnées.

By Queroseno Racing(Esteve Rabat, Yonny Hernandez) – Forward Racing (Jules Cluzel, Alex Baldolini) – Kiefer Racing (Stefan Bradl) – Marc VDS Racing (Scott Redding, Mika Kallio) – Paddock GP Racing (Thomas Luthi) – Speed Master(Andrea Iannone).

On verra donc probablement arriver l’an prochain les pilotes les plus capés de la Moto2, Iannone, Bradl, Luthi, Kallio, Cluzel etc…

 

 

BELLES GRILLES

 

Cette année, il n’y a au départ des GP des MotoGP que dix sept coureurs.

Donc bienvenue aux nouveaux…

Mais… Tony Elias, monté cette année de Moto2 au MotoGP, n’a pas vraiment prouvé de grosses possibilités. Bref, cette nouvelle formule fera du chiffre. Fera t’elle du spectacle ? Mon vécu des sports mécaniques me fait sourire.

Cela n’ira faire grand mal devant. Cela dit, cela formera aussi des pilotes mais le problème fondamental reste. Les usines auront de moins en moins de budgets pour la compétition car les marchés se sont écroulés sévère.

Quand on voit par exemple que Ducati, formidable fabrique de gagne, riche comme Crésus, n’arrive pas, avec le meilleur pilote au monde, à approcher les lignes d’arrivée en tête, on imagine ce qu’il en sera de teams certes très compétents mais aux moyens limités.

Je vous évite les conneries du genre « L’important c’est de participer » ou « Quand on aime on ne compte pas ».

En revanche, il ya toujours eu des miracles dans les sports de haut niveau.

Seul problème, par définition, un miracle c’est rarissime. Et il ya en gros un GP tous les quinze jours…

Ce n’est même pas « On verra bien… », c’est déjà vu. L’idéal chers amis, pour vous qui adorez les sports mécaniques, serait que vous vous mettiez massivement à acheter des motos haut de gamme à coups de 30 000 euros

C’est peut être une idée pour les élections de 2012, puisque cette formule des GP New Look commence justement…en 2012 ! Le mec qui promet des motos à 30 000 gratoches, je vote pour lui, c’est promis !

 

Jean Louis Bernardelli

Photos : MotoGP

Moto

About Author

admin