GP DU CANADA DE F1. GRAND PRIX ?

 

C’est probablement la voiture de sécurité qui a fait le plus de tours en tête de ce GP, qui a duré au total, arrêts compris, plus de quatre heures. Victoire dans le dernier tour de Jenson Button, après six arrêts aux stands… Récit…forcément décousu !

 

LA PLUIE ET LES MARSHALLS JOUENT VETTEL

Une heure avant le départ du GP, gros orage sur Montréal. Il faut rappeler que nous sommes ici dans un endroit où le climat est dit continental, et donc capable de violences extrêmes. Mais du coup, les organisateurs décident de donner le départ derrière le Pace Car. Nul. La piste a séché, il n’y a plus de flaques.

Vettel étant en pole, il part donc le premier, derrière le Pace Car on roule à la queue leu-leu, et un vrai départ sur piste mouillée aurait pu donner une superbe chance aux Ferrari, seconde et troisième sur la grille, de passer Vettel et de donner le rythme.

Parce que les perfs des voitures rouges aux essais qualifs laissaient justement imaginer qu’elles puissent battre le vendeur de canettes. Bref, les organisateurs canadiens massacrent le départ et donnent un formidable avantage à Vettel. Quand cette connerie de Pace Car laisse enfin la piste ouverte, Vettel part devant et fait le rythme.

On imagine qu’à ce moment, la course est déjà finie. Car derrière, Hamilton et Webber s’accrochent, ils repartent mais ils ont perdu des places. Hamilton dont les réglages « piste humide » eussent pu gêner les Red Bull réglées elles pour la vitesse pure en lignes droites.

D’ailleurs, Hamilton s’accroche avec son coéquipier Button, course terminée pour Lewis…   Non seulement la course est déjà jouée mais cela va être d’un ch… pas vraiment, on va le voir. En attendant, re-Pace Car !

 

Felipe Massa sur Ferrari lors des derniers essais libres de samedi matin

 

VRAIE COURSE ?

Button a profité du Pace Car pour passer les pneus intermédiaires, les autres sont toujours en pluie. Bon choix assurément, mais il repart quinzième ! Il remonte sept, Vettel est leader, absolument pas menacé par un Alonso d’ailleurs lent au point de ralentir Massa, juste derrière.

Cela dit, la pluie recommence à tomber, tout le monde passe aux stands changer de pneus, c’est un b… nucléaire et re-re-pace car ! Jacques Lafitte rappelle sur TF1 que lui a gagné ici avec des conditions bien pires que ça et qu’il n’y avait pas eu de Pace Car…

Il a raison, mais on est en Amérique du Nord où à part la F1, on ne roule pas sous la pluie. Ce qui est dommage en revanche, c’est que l’on sent que c’est le plus main qui va gagner ! A ce moment, vers le 22èmetour, Kobayashi est second derrière Vettel et devant Massa ! pas fini mais pour l’instant, c’est n’importnawak.

D’ailleurs, on finit par passer le drapeau rouge, la course s’arrête. On a réussi à faire 25 tours ! Evidemment, Vettel déclare que c’est vachement dangereux de courir dans ces conditions… Il faudrait être très mauvaise langue pour penser que  le jeune allemand ait pu imaginer une seconde que gagner une course après 25 tours dont la moitié sous pace-car, c’est toujours ça de gagné… Pendant plus d’une heure, l’organisation ne sait quoi faire !  On l’a dit en début de reportage, quand il pleut ici, ça ne fait pas semblant ! Bon, on attend.

Au fait, il faut saluer ici l’énormité de TF1, qui annonce à ses téléspectateurs que le sacrosaint film du dimanche soir ne sera pas sacrifié à la glorieuse incertitude du sport. On renvoie les téléspectateurs amateurs de F1 sur Eurosport, chaîne qui n’est pas accessible pour ceux qui n’y sont pas abonnés. Décidément, c’est un beau soir de foutage de gueule mondial !

 

DEUX HEURES PLUS TARD…

C’est reparti ! Enfin c’est reparti, ça roule…derrière le Pace Car ! Il pleut encore un peu. Il ya quelques règles en F1, en particulier qu’un GP ne peut durer plus de deux heures. Comme on s’est arrêté après 45 minutes, le petit jeu de c…peut durer encore une heure et quart ! On fait encore dix tours comme ça…

Et puis on repart. On n’étonnera personne en disant que Vettel lâche facilement Kobayashi…

En fait donc deux tours sans voiture de sécurité, ce qui est formidable, jusqu’à ce qu’Alonso, qui est d’ailleurs dans les profondeurs du classement parce qu’avant l’arrêt, il a changé deux fois de pneus,  casse sa belle voiture. Et qui repart en tête de la course ? La voiture de sécurité ! Pendant encore quatre tours.

A la reprise, Vettel fait péter un chrono, meilleur tour en course. Oui mais, tout à l’heure, il disait que c’était dangereux de courir comme ça… Kolossal Rikolateu ! Et le plus drôle est que Kobayashi est toujours second.

Au 46ème tour, Schumacher fait le meilleur tour en course.

On sait que le « Cordonnier » a de beaux restes, qu’il adore les situations difficiles, que son expérience paie forcément dans ce genre de situation. Il est passé quatrième au général, ce qui serait son meilleur résultat de la saison. Et devant, qui trouve t’on? Vettel, Kobayashi et Massa.  On essaie de s’y repérer un peu.

On a quand même réussi à faire 50 tours sur les 70 prévus… Et là, enfin, il se passe vraiment quelque chose. Schumacher passe d’un seul coup les deux voitures qui sont devant lui, il est donc second. On est d’accord, c’est assez…surnaturel ! Schumacher change de pneus. Il repart deux, à 9 secondes de Vettel. C’est Webber qui est passé troisième. Puis c’est Heidfeld qui abandonne, et retour en tête de la voiture de sécurité !

 

FIN …OUF !

Bon comme dit le cheval affamé, ça sent l’écurie. Ça fait quand même quatre heures que le GP a commencé, on va peut être quand même en voir la fin… On passe donc le soixantième tour sous voiture de sécurité. Mais la bagarre se fera donc jusqu’à la fin ? Webber et Schum se piquent la deuxième place comme si c’était une vraie course !

Et Button qui vient y mettre son grain de sel ! Il passe Webber, il est second…  Et il va chatouiller Vettel ! Et le truc incroyable.

Dans le dernier tour, Vettel se viande. Button gagne. On avait dit que ce serait pour le plus malin. C’est fait…avec six arrêts aux stands !  Il gagne ce que certains considèreront comme le GP le plus étrange de toute l’histoire de la F1. On pourra aussi penser que c’était le GP le plus nul. Vivement le prochain !

 

Résultats GP de F1 du Canada.

1.  Jenson Button, Angleterre, McLaren. 2. Sebastian Vettel, Allemagne, Red Bull, à 2’’709. 3. Mark Webber, Australie, Red Bull, à 13’’828. 4. Mickael Schumacher, Allemagne,  Mercedes, à 14’’219. 5.  Vitaly Petrov, Russie, Renault, à 20’’395. 6. Felipe Massa, Brésil, Ferrari, à 33’’225. 7. Kamui Kobayashi, Japon, Sauber, à 33’’270. 8. Jaime Alguersuari, Espagne, ToroRosso, à 35’’964 . 9. Rubens Barricchello, Brésil,  Williams, à 45’’117. 10. Sebastien Buemi, Suisse, Toro Rosso, à 47’’056. 11, Nico Rosberg. 12. Pedro de la Rosa. De la Rosa, Liuzzi, Khartikeyan, d’Ambrosio, Glock, Trulli sont à un tour. Di resta à 3 tours.

 

Classement Championnat du Monde 2011.

1.  Vettel, 161 points. 2. Button, 101 pts. 3. Webber, 94 pts. 4. Hamilton, 85 pts. 5. Alonso, 69 pts. 6. Massa, 32 pts. 7. Petrov, 31 pts. 8. Heidfeld, 28 pts. 9. Rosberg et Schumacher, 26 pts. 11. Kobayashi, 25 pts. 12. Buemi et Sutil 8 pts. 14. Alguersuari et Barrichello, 4 pts. Di resta et Perez, 2 pts.

 

Article : Jean-Louis Bernardelli

Photos : Team – RedBull

F1 Sport

About Author

admin