24 HEURES DU MANS. BENOIT TRELUYER OFFRE LA POLE A AUDI


La pole pour Audi.

Après quatre années de domination des 908 Peugeot, lesquelles se sont offertes la pole avec successivement Stéphane Sarrazin à trois reprises en 2007, 2008 et 2009 puis grâce au manceau Sébastien Bourdais l’an passé en 2010,l’équipe Audi s’empare enfin en ce jeudi 9 juin de la pole

Le Français Benoit Treluyer a en effet réalisé le meilleur chrono absolu des séances chronométrées confondues ce jeudi soir et ainsi offert a Audi la pole en prévision des 79émes 24 Heures du Mans dont le départ sera donné ce samedi à 15 Heures.

Après quatre années de domination des Peugeot 908, Audi s’élancera enfin depuis la première ligne, deux de ses R18+ occupant les deux premières places.

 

Benoît Tréluyer au volant de l’Audi, n° 2 qu’il partage avec Marcel Fassler et André Lotterer signe le meilleur chrono des deux séances qualificatives cumulées avec un chrono de 3’25’’738.

L’Audi R18 TDI, n°1 celle de l’équipage victorieux des 24 Heures 2010 – Dumas-Bernhard- Rockenfeller – est deuxième à 0’’061 avec un temps de 3’25’’799 et partagera donc la 1ére ligne ce samedi à 15 Heures.

 

La première des Peugeot 908, la n°9 du trio Bourdais-Pagenaud-Lamy occupera la 3éme place avec un chrono de 3’26″010 à 0’’272 devant la voiture sœur, la 908 n°8 classée quatrième en 3’26’’156 et que se partagent Sarrazin-Montagny-Minassian.

L’Oreca 03-Nissan, n°26 de l’équipe Berrichonne Signatech s’élancera elle en tête de la catégorie LMP2.

La Voiture de Philippe Sinault et Didier Calmels confiée au trio Ayari-Mailleux-Ordonez précède en 3’41’’458, la HPD ARX 01, n°42 du Strakka Racing, créditée de  et une autre Oreca 03-Nissan, la n°48 du Team Oreca aux mains de Premat-Hallyday-.

 

AVANTAGE AUDI

 

Cela faisait cinq ans qu’Audi n’avait plus décroché la pole au Mans, devant à chaque fois ces dernières années laisser l’avantage de s’élancer en tête aux Peugeot 908

Si mercredi soir c’est bien une 908 qui s’était montrée la plus rapide (3’27’’033 ) avec à nouveau un très incisif Stéphane Sarrazin, renversement de situation ce jeudi soir !

A toi, à moi ! Un partout.

La firme d’Ingolstadt parvenant non seulement à subtiliser la pole à son eternel rival Peugeot grâce on l’a dit à l’un de ses pilotes Français Benoit Treluyer, auteur d’un excellent 3’25’’738

Mais également à placer une seconde R18+ sur la première ligne

Repoussant ainsi la meilleure de ses rivales, la Peugeot n°9 en seconde ligne

Le constructeur Allemand avait clairement laissé entendre et annoncé en début d’année vouloir renouveler son triomphe de 2010 et regagner les 24 Heures du Mans

 

Audi n’a certes ce soir à l’issu des essais qualificatifs  pas encore remporté la 79e édition de la mythique épreuve d’endurance, mais l’équipe cher à ce bon Docteur Ullrich, a déjà démontré que sur un tour de qualifications, ses R18 étaient toujours aussi rapides et plus véloces que les nouvelles Peugeot 908.

Bien sur nous sommes au Mans et par conséquent la course dure 24 Heures, donc la pole n’a que peu d’incidence sur le déroulement de l’épreuve

Mais néanmoins si y décrocher la pole n’est pas primordial, cet avantage permet cependant toutefois d’affirmer sa présence et son prestige

Et de s’offrir un formidable coup de projecteur toujours très bon sur le plan purement médiatique.

Ce samedi ce sont donc deux R18 – la n°2 devant la n°1 – qui entameront la longue ronde de 24 Heures au commandement lorsque le Président de la FIA, libérera la meute des 56 concurrents à 15 Heures et ce aux côtés du directeur de course Daniel Poissenot

 

DES CHRONOS SERRES …

 

Mais si Audi a remporté la 1ére manche en s’octroyant la pole et les deux places sur la 1ére ligne, il ne faut pas en déduire que le plus dur est fait.

Effectivement, il est bon et pas inutile de préciser que les six premiers se tiennent en…. cinq dixièmes !!!!

Ecart insignifiant sur les 13,629 km que compte un tour du circuit manceau

Jeudi soir, dans la nuit mancelle, ce fut chez les Allemands, la saga des polemen provisoire.

Tout d’abord, Romain Dumas s’emparait de cette pole provisoire, bouclant son meilleur tour en 3’25’799 après seulement vingt minutes lors de la dernière séance d’essais qualificatifs. Tournant ainsi plus vote que la pole établi la veille mercredi soir par la Peugeot de Sarrazin (3’27’’033 )

Vu ce ‘’temps canon’’  chez Peugeot on choisissait alors de ne pas se lancer à la chasse au chrono et à la pole et visiblement on décidait d’en rester là, préférant baisser pavillon

Préférant optimiser les réglages des bolides en mode course.

 

Une heure plus tard et alors que l’ensemble des observateurs estimait que l’équipage vainqueur sortant allait conserver cette pole, Benoît Treluyer, au volant d’une autre Audi, la n°2, améliorait pourtant de 61 millièmes  le chrono établi un peu plus tôt par l’Audi 1, bouclant son tour encore plus vite en 3’25’738 !!!

Mais ce n’était pas fini car si chez Peugeot on avait renoncé à l’obtention de cette pole, au sein de l’écurie Allemande, on tentait  en toute fin de séance de placer la troisième R18, la n°3 devant la meilleure des 908

‘’ Monsieur 24 Heures ‘’ alias Tom Kristensen jouait alors à son tour, son va-tout pour tenter d’offrir à l’équipe Audi , un triplé

 

Mais, malgré de grosses prises de risques, Tom Kristensen, englué dans le trafic pour doubler des concurrents moins rapides devait hélas pour lui, finalement se contenter de la cinquième place avec un chrono de 3’26″165.

Il est vrai que sans chercher coute que coute la pole, les pilotes Peugeot étaient auparavant parvenus tout de même à placer deux des 908 aux troisième et quatrième places, tournant plus vite que la pole provisoire de Sarrazin la veille mercredi

La n°9 de Simon Pagenaud réalisant 3’26″010 cependant que la n°8 de Nicolas Minassian signait un 3’26″156.

Si l’on ajoute que la sixième place détenue par la 908 n°7 aux mains d’Alexander Wurz, en 3’26″272, on constate incroyablement que seulement …534 millièmes séparent le poleman du sixième.

Preuve que et comme nous le répète depuis Spa, le Docteur Wolfgang Ullrich, patron des R18  « l’écart entre les Audi et les Peugeot est mince ».

Et que la course et ses aléas (trafic- météo- accrochage) et le destin aussi, décideront de l’identité du vainqueur final

Un mot encore pour signaler que dans cette catégorie  LMP1, la première place des protos ‘’essence’’ a finalement échappé à la Pescarolo !

Classée neuvième, la célèbre n°16  créditée de 3’33″066 a été devancé par la Lola Toyota de l’écurie Rebellion de Nicolas Prost, auteur d’un 3’32″883

Dans les catégories GTE Pro, c’est la BMW M3 du trio Farfus-Muller-Werner de BMW Motorsport qui s’est montré la plus rapide en 3’57″592.

Alors qu’en GTE Am, c’est l’une des Ferrari de la Scuderia AF Corse qui décroche le meilleur temps en 4’01″282

 

Gilles Gaignault

Photos : Patrick Martinoli – Thierry Coulibaly

 

 

LA GRILLE DE DEPART


1 – Lotterer-Fassler-Treluyer (Audi R18) Team Audi – 3’25″738

2 – Rockenfeller-Bernhard-Dumas (Audi R18) Team Audi – 3’25″799

3 – Bourdais-Lamy-Pagenaud (Peugeot 908) Team Peugeot – 3’26″010

4 – Montagny-Sarrazin-Minassian (Peugeot 908) Team Peugeot – 3’26″156

5 – Kristensen-McNish-Capello (Audi R18) Team Audi – 3’26″165.

6 – Gené-Wurz-Davidson (Peugeot 908) Team Peugeot – 3’26″272

7 – Panis-Lapierre-Duval (Peugeot 908) Team Oreca – 3’30″084

8 – Jani-Prost-Bleekemolen (Lola-Toyota) Team Rebellion – 3’32″883

9 – Collard-Tinseau-Jousse (Pescarolo-Judd) Team Pescarolo – 3’33″066

10 – Belicchi-Boullion-Smith (Lola-Toyota) Team Rebellion – 3’34″573.

11 – Moreau-Ragues-Monteiro (Pescarolo-Judd) Team OAK – 3’34″933

12 – Martin-Leinders-Ickx (Lola Aston Martin) Team Kronos – 3’36″551

13 – Amaral-Pla-Hughes (Zytek) Team Quifel – 3’37″393

14 – Ayari-Mailleux-Ordoez (Oreca-Nissan) Team Signatech – 3’41″458

15 – Nicolet-Hein-Yvon (Pescarolo-Judd) Team OAK – 3’41″908.

16 – Leventis-Watts-Kane (HPD ARX-01D) Team Strakka – 3’42″615

17 – Premat-Hallyday-Kraihamer (Oreca-Nissan) Team Oreca – 3’43″098

18 – Perez Companc-Russo-Kaffer (Lola-Judd BMW) Team Pecom – 3’43″223

19 – Nakano-De Crem-Charouz (Pescarolo – BMW) Team OAK – 3’43″479

20 – Ojjeh-Kimber Smith-Lombard (Zytek-Nissan) Team Greaves – 3’43″802.

21 – Frey-Meichtry-Rostan (Lola-Judd BMW) Team Race Performance – 3’44″294

22 – Mucke-Turner-Klien (Aston Martin Amr-One) Team Aston Martin – 3’45″918

23 – Newton-Erdos-Collins (HPD ARX-01D) Team RML – 3’47″308

24 – Zacchia-Lammers-Elgaard (Oreca Swiss Hybrid) Team Hope- 3’47″691

25 – Primat-Meyrick-Fernandez (Aston Martin Amr-One) Team Aston Martin – 3’48″355

23 – Rosier-Haezebrouck-De Fournoux (Norma-Judd BMW) Team Extreme Limite – 3’48″420

25 – Barlesi-Da Rocha-Lafargue (Pescarolo – Judd BMW) Team OAK – 3’48″665.

28 – Tucker-Bouchut-Barbosa (Lola-Honda) Team Level 5 – 3’48″863

29 – J.Muller-Farfus-Werner (BMW M3 GT) Team BMW – 3’57″592

30 – Fisichella-Bruni-Vilander (Ferrari F458) Team AF Corse – 3’58″040.

31 – Priaulx-D.Muller-Hand (BMW M3 GT) Team BMW – 3’48″426

32 – Gavin-Magnussen-Westbrook (Corvette C6 ZR1) Team Corvette – 3’59″519

33 – Farnbacher-Simonsen-Keen (Ferrari F430) Team Hankook – 3’59″519

34 – Beretta-Milner-Garcia (Corvette C6 ZR1) Team Corvette – 3’59″633

35 – Lieb-Lietz-Henzler (Porsche 997) Team Felbermayr – 3’59″662.

36 – Ortelli-Makowiecki-Melo (Ferrari F458) – Team Luxury – 3’59″901

37 – Goossens-Holzer-Van Lagen (Porsche 997) Team Prospeed – 3’59″962

38 – Hancock-Dolan-Buncombe (Aston Martin Vantage) Team Jota – 4’00″747

39 – Bell-Sugden-Maassen (Ferrari 458) Team JMW – 4’00″890

40 – Bergmeister-Long-Luhr (Porsche 997) Team Flyng Lizard – 4’01″025.

41 – Beltoise-Thiriet-Jakubowski (Ferrari F458) Team Luxury – 4’01″176

42 – Cioci-Perazzini-Breslin (Ferrari F430) Team AF Corse – 4’01″282

43 – Tandy-Al Faisal-Miller (Porsche 997) Team Felbermayr – 4’01″752

44 – Kaufman-Waltrip-Aguas (Ferrari F458) Team AF Corse – 4’02″216

45 – Narac-Pilet-Armindo (Porsche 997) Team IMSA – 4’02”548.

46 – Felbermayr-Felbermayr-Ried (Porsche 997) Team Proton – 4’03″532

47 – Nieminen-Law-Pumpelly (Porsche 997) Team Flyng Lizard – 4’03″648

48 – Bourret-Gibon-Belloc (Porsche 997) Team Larbre Competition – 4’03″918

49 – Rodrigues-Menahem-Marroc (Ferrari F430) Team JMB – 4’04″640

50 – Giroix-Wainwright-Goethe (Aston Martin Vantage) Team Gulf Amr – 4’04″825.

51 – Krohn-Jonsson-Rugolo (Ferrari F430) Team Krohn – 4’05″211

52 – Bornhauser-Canal-Gardel (Corvette C6R) Team Larbre Competition – 4’05″955

53 – Ehret-Wills-Lynn (Ferrari F430) Team CRS – 4’07″236

54 – Hirschi-Rossiter-Mowlen (Lotus Evora) Team Lotus Jetalliance – 4’07”465

55 – Robertson-Robertson-Murry (Ford GT) Team Robertson – 4’08”208

56 – Slingerland-Rich-Poulsen (Lotus Evora) Team Lotus Jetalliance – 4’12″569

 

Sport

About Author

admin