24 HEURES DU MANS : STEPHANE SARRAZIN OFFRE LA POLE PROVISOIRE A PEUGEOT

 

La Pole provisoire ce mercredi soir à l’issue de la 1ére séance qualificative a été obtenue par la 908 Peugeot Numéro 8 que pilotait Stéphane Sarrazin, lequel a bouclé le meilleur tour de cette soirée chronométrée inaugurale en prélude aux 79émes 24 Heures du Mans en 3’27″033.

 

L’Alésois devance les trois Audi avec dans l’ordre la 2 (3’27″939), la 1 (3’27″949) et la 3 (3’28″301).

 

Suivent les deux autres 908 ‘’ officielles‘’ de Marc Géne et Simon Pagenaud, la 7 et la 9, créditées elles de 3’28″796 et 3’29″466.

Derrière, la meute des voitures ‘’ usine ‘’ on pointe fort logiquement la 908 ‘’version 2010’’ aux couleurs Oreca que se partagent le trio Panis-Lapierre-Duval, auteur du septième temps en 3’30″084.

 

Arrive en suite et premier des bolides ‘’ essence ‘’ la fameuse Numéro 16, voiture célèbre en Sarthe, la Pescarolo qui obtient le huitième rang avec l’équipage Collard –Tinseau-Jousse dont le meilleur temps est pour cette première soirée de 3’35″456

Grâce à la gnaque habituelle et à la très grande expérience du circuit manceau de Stéphane Sarrazin, Peugeot est parvenu en toute fin de séance peu avant 23 Heures 30 – les essais stoppant à minuit – à placer l’une de ses trois 908 en pôle provisoire – il reste deux séances jeudi soir – au terme des deux heures de cette toute première séance d’essais qualificatifs, ce mercredi soir au Mans.

Mais si la firme Française a remporté cette première manche, son homologue Allemand n’est pas en reste étant parvenu a positionner avec son habituelle homogénéité, son trio de R18 que la firme d’Ingolstadt place de la seconde à la quatrième postions sur la grille provisoire, la n°2 devançant la n°1 et la n°3.

La séance qualificative débutait à 22 Heures. Dès les premières minutes, les trois Audi R18, s’installaient immédiatement  aux premières places, creusant d’ailleurs un petit écart avec les trois Peugeot 908.

La n°1 alors confiée à Mike Rockenfeller était la première à se retrouver tout en haut de la feuille des temps. Assez vite une autre Audi, la n°2 alors aux mains d’André Lotterer  prenait le relais Et s’installait à son tour au commandement (3’27″39).

Tout se présentait donc pour le mieux  pour le constructeur allemand, lorsqu’à qu’à 22 Heures 54, la troisième des Audi, la n°1 était victime d’un accident avec l’Aston Martin n°60  de l’équipe Gulf ou se trouve le Français Fabien Giroix.

Au freinage du célèbre virage de Mulsanne tout au bout de la non moins prestigieuse ligne droite des Hunaudiéres, Romain Dumas, surpris par la présence de la GT qui partait alors subitement sous ses roues, en tête à queue dans ce virage très lent.

 

Au volant de l’Audi, Romain, l’un des pilotes vainqueurs des 24 Heures 2010, ne pouvait éviter.

Rien de grave pour le pilote mais le proto allemand paraissait sérieusement endommagé et ne pouvait finir la séance.

Laquelle était immédiatement interrompue par le Directeur de course, Daniel Poissenot qui brandissait le drapeau rouge.

L’interruption allait se poursuivre pendant une petite dizaine de minutes, le temps nécessaire pour les commissaires toujours très actifs, de bien nettoyer la piste.

 

Pescarolo premier proto essence

 

Les affaires de l’équipe Audi ne se sont ensuite pas améliorées car une fois la séance repartie et alors qu’il ne restait que trente minutes, Stéphane Sarrazin, spécialiste du tour rapide – il compte déjà trois poles ici aux 24 Heures en 2007 -2008 et 2009 – subtilisait la pole provisoire aux Audi tout simplement plus de neuf dixièmes à la meilleure Audi, ayant bouclé les 13,629 Km en 3’27″033 contre 3’27’’939 à la n°2 celle de l’équipage Fassler-Lotterer-Treluyer.

Un chrono qui n’allait plus être battu, ni approché au cours de la dernière demi heure par la suite.

Au baisser du drapeau à damiers, le Français de Peugeot devançait de 906 millièmes la R18 n°2, Marcel Fässler le Suisse ayant tourné en 3’27″939.

La 908 précédait également de 916 millièmes la n°1, temps obtenu par Romain Dumas avant son accident (3’27″949) et de 1″268, la n°3 avec à son volant ‘’ Mr Le Mans ‘’ alias Tom Kristensen, auteur lui de 3’28″301.

 

A la cinquième place, on trouve la 908 n°7 de Marc Gené  (3’28″796), à la sixième place, la 908 n°9 de Simon Pagenaud (3’29″466).

 

La quatrième Peugeot, la 908 ‘’ type 2010 ‘’ du Team Oreca, ferme logiquement la marche des protos diesel, avec le septième temps réalisé par l’ancien vainqueur du GP de Monaco, Olivier Panis (3’30″084).

Sans aucune surprise et conformément à ses prévisions et à ses ambitions, derrière les sept ‘’ mazout ‘’ la première place des ‘’essence’’ revient à la voiture 16 de l’équipe d’Henri Pescarolo, pilotée par le toujours aussi rapide Emmanuel Collard (3’35″446).

 

Lequel précède les deux Lola du Team Rebellion avec respectivement celle de Prost-Jani –Bleekemolen et de Belicchi –Boulllion-Smith, crédités de 3’37’’404 et de 3’38’’350

En LMP2, la première place est revenue comme lors des essais libres à la Honda HPD du team Strakka Racing, écurie tenante du titre, avec un chrono de 3’42″615.

Mais  hélas malheureusement, Nick Leventis était victime d’un accident au volant de ce bolide et ce alors qu’on entrait dans les deux dernières minute de la séance.

Dommage car le bolide est sérieusement endommagé et nul ne savait en ce début de nuit si la coque n’avait pas été trop touchée…

 

Derriére en LMP2, on pointe l’Oreca Nissan  de l’écurie Signatech de Philippe Sinault et Didier Calmels en 3’43’’124.

Puis l’Oreca ‘’ officielle‘’ pilotée par un sacré équipagre composé d’Alexandre Prémat, de … David Hallyday et du jeune espoir Autrichien Dominik Kraihamer (3’43’’654)

Enfin, on note la très belle quatrième place de la Zytek du Team Greaves de Karim Ojjeh ou figure le ‘’ Rookie ‘’ et plus jeune pilote Français en piste, Olivier Lombard avec un chrono de 3’43’’814

 

En LMGT, le meilleur temps est à mettre à l’actif de l’équipe BMW Motorsport avec Andy Priaulx – Dirk Muller- John Hand en 3’58’’426.

Suivent la Ferrari F458 AF Corse ‘un certain Giancarlo Fisichella qui a tournée en 3’58’’989.

 

Gilles Gaignault

Photos : Patrick Martinoli – Thierry Coulibaly

 

 

LE CLASSEMENT DE LA PREMIERE SEANCE QUALIFICATIVE

 

1. Sarrazin-Montagny-Minassian (France) Peugeot 908 en 3’27″033

2. Tréluyer-Fassler-Lotterer (France-Suisse-Allemagne) Audi R18 TDI en 3’27″939

3. Dumas-Bernhard-Rockenfeller (France-Allemagne) Audi R18 TDI en 3’27″949

4. Kristensen-McNish-Capello (Danemark-GB- Italie) Audi R18 TDI en 3’28″301

5. Wurz-Gené-Davidson (Autriche-Espagne-GB) Peugeot 908 en 3’28″796

6. Bourdais-Pagenaud-Lamy (France-Portugal) Peugeot 908 en 3’29″466

7. Panis-Lapierre-Duval (France) Peugeot 908 HDi-FAP Oreca en 3’30″084

8. Collard-Tinseau-Jousse (France) Pescarolo-Judd en 3’35″456

9. Prost-Jani-Bleekemolen (France-Suisse-Hillande) Lola-Toyota en 3’37″404

10. Boullion-Belicchi-Smith (France-Italie-GB) Lola-Toyota en 3’38″351

11. Moreau-Ragues-Monteiro (France- Portugal) Pescarolo-Judd en 3’39″672

12. Pla-Amaral-Hughes (France-Portugal-GB) Zytek en 3’41″019

13. Kane-Leventis-Watts (GB) Honda ARX01 en 3’42″615 (1er catégorie LMP2)

14. Ayari-Mailleux-Ordonez (France-Espagne) Oreca-Nissan en 3’43″124

15. Prémat-Hallyday-Kraihamer (France) Oreca- Nissan en 3’43″654

18. Ickx-Leinders-Martin (Belgique) Lola-Aston Martin en 3’44″415

29. Priaulx-Muller-Hand (GB-Allemagne-USA) BMW M3 GT en 3’58″426 (1er catégorie GTE-Pro)

 

Sport

About Author

admin