WRC – RALLYE D’ARGENTINE : LOEB ‘’ LES PRETENDANSTS SONT NOMBREUX’’

Leader au classement provisoire du Mondial WRC, à la veille du Rallye d’Argentine, sixième manche et prévue du 27 au 29 mai et ce avec sept points d’avance sur Mikko Hirvonen, le pilote Ford, Sébastien Loeb l’homme fort de Citroën, promet une saison disputée ‘’Jusqu’au bout’’.

Cette épreuve sud américaine sera une épreuve mixte composée de 80% de terre et de 20% d’asphalte. Absent du calendrier en 2010, le Rallye d’Argentine fait donc son retour au calendrier mondial.

Si Villa Carlos Paz reste la plaque tournante du Rallye, plusieurs nouveautés apparaissent comme la présence de longues portions asphaltées et ce au milieu d’une manche majoritairement courue sur terre. Parmi les spéciales qui changent de surface, la célèbre spéciale « El Condor ». Laquelle offrira une présence importante de partie bitumée.

L’asphalte représentera d’ailleurs près de 20% de l’ensemble de la manche argentine.

 

L’Alsacien revient par ailleurs sur le Rallye d’Italie qu’il vient de remporter mais en ayant ‘’ Enormément de chance’’.

Retour sur les cinq premiers rallyes de la saison : deux victoires et la première place du championnat, tout semble fonctionner pour le mieux…

« Cette saison promet d’être serrée jusqu’au bout. Tous les rallyes sont incroyablement disputés. En Sardaigne, nous gagnons d’une dizaine de secondes face à Mikko Hirvonen. L’écart ne fut que de deux dixièmes de seconde entre Sébastien Ogier et Jari-Matti Latvala en Jordanie ! Il est difficile de prédire comment vont évoluer les choses au cours des prochains mois. Être en tête est positif mais rien n’est joué ! Les prétendants sont nombreux. A vrai dire, je ne me préoccupe pas trop de ces considérations lorsque je suis au volant. J’essaie de faire de mon mieux…»

Après votre performance lors du Rallye d’Italie, pensez-vous que le balayage est un paramètre toujours aussi important cette année ?

« Les écarts sont peut-être un peu moins prononcés à vitesse égale. Je considère que j’ai eu de la chance en Sardaigne. La première journée n’était pas très pénalisante et j’étais plus rapide que mes rivaux lors de la deuxième étape. Ça s’est mieux passé que ce que nous espérions avant le départ. Mais la situation ne change pas. En ouvrant la route, on reste handicapé par ce phénomène. A choisir, il est préférable de partir derrière.»

Vous avez gagné le Rallye d’Argentine lors des cinq dernières éditions. Est-ce une épreuve que vous attendez particulièrement dans le calendrier ?

« Il y a une ambiance à part. Les spectateurs argentins sont passionnés de rallye. Ils sont extrêmement nombreux, démonstratifs et participent à l’événement. Il y a du monde partout, de l’hôtel jusqu’aux sommets des spéciales. Nous avons entamé une belle série sur ce rallye mais je ne sais pas l’expliquer. Le parcours est très varié. Certaines spéciales alternent les portions techniques et d’autres plus rapides. J’ai peut-être bénéficié de plus de réussite que mes rivaux ces dernières années. Ce qui est certain, c’est que je m’y sens bien.»

Avec quatre victoires (Mexique-Portugal-Jordanie-Sardaigne) en cinq Rallyes, l’équipe Citroën qui n’a concédé que celui de Suède à son adversaire Ford, se présentera donc au départ, avec un léger avantage psychologique.

Mais un avantage certain, tout de même !
Gilles Gaignault

Photos ; Team et Red Bull

 

WRC

About Author

admin