F1: ESSAIS QUALIFS DU GP D’ESPAGNE DE F1 : WEBBER MENE LE GP DES RED BULL

 


Comme lors des quatre premiers Grands Prix de la saison, c’est à nouveau une Red Bull-Renault qui s’élancera en tête du peloton du GP d’Espagne, ce dimanche à 14 heures.

Mais une fois n’est pas coutume le poleman ne sera pas Sebastian Vettel mais son équipier Mark Webber, toujours très à l’aise sur le tracé de Montmélo depuis plusieurs saisons
Bon. Jolie démonstration de force  une nouvelle fois des Red Bull-Renault.

Justement parce que l’on a l’impression qu’en plus, ils n’ont jamais forcé, sauf pour se piquer la pole entre eux.

Pole intéressante d’ailleurs, pour Mark Webber, dont on sait que son écurie n’a aucune envie de le voir gêner ‘’son poulain’’ Vettel dans sa course à un deuxième titre mondial et consécutif.

Drame annoncé en revanche, sur les pneumatiques ! Entre les tendres et les durs, c’est deux secondes au tour…

BAD NEWS, GOOD NEWS…

Cela avait commencé très fort. Pour la dernière séance d’essais libres du samedi matin, Vettel est d’abord invisible.

Problèmes techniques sur la voiture.

Pendant ce temps, Webber, décidément très fort ce week-end, tape le meilleur chrono.

Et Vettel sort, une minute avant la fin. Un seul tour.

Et PAF !

Meilleur temps. Histoire de bien mettre le moral en bas aux autres. Et à Webber ?

C’était la première mauvaise nouvelle de la journée.  A part pour Vettel, qui est toujours à part en fait…

Deuxième mauvaise nouvelle.

Ferrari se voit refuser son bel aileron tout neuf par Charlie Whiting, responsable technique des Grands Prix.

C’était une des nouveautés sur lesquelles l’écurie rouge comptait, c’est raté…

Troisième mauvaise nouvelle.

Pirelli, le manufacturier Italien qui clairement depuis le début de la saison, fournit de … ‘’ la m…‘’, avait promis de nouveaux pneus durs.

Ils sont là mais… selon Hamilton, deux secondes moins rapides au tour que les tendres !!!

Donc, il va falloir taper dans les tendres pour les trois séances de qualifs.

Sauf que pendant la course, les écuries sont obligées d’utiliser durs et tendres.

Alors, ils vont faire quoi au moment des tendres, devant leurs pneus usés jusqu’à la jante ?

Accessoirement, on va faire la course plutôt en durs, qui, on l’a dit, sont lents et en plus tiennent moins longtemps que les tendres ?

Merci au fabricant de pneumatiques et aussi aux règlements de la FIA qui imposent la même marque de pneus à toutes les écuries…

Si l’on ajoute que ces gommes sont fabriqués dans une usine Pirelli ‘’ low coast ‘’ et basée en … Turquie !!!

Quatrième mauvaise nouvelle mais seulement pour Massa.
Domenicali, le patron de Ferrari, a dit qu’il verrait très bien au sein de la même écurie  le duo Alonso – Hamilton.

Pas sûr qu’Alonso apprécie vraiment non plus d’ailleurs.
Bon, question moral, tout le monde a pris un pain dans la tronche.

On peut commencer les essais qualifs.

SUSPENSE ZERO

Et voilà !

Le GP se scinde déjà en deux GP.

Un pour les Red Bull-Renault, un pour les autres.

Les Red Bull-Renault ont fait la première séance de qualif en pneus durs, établissant un temps ignoble mais il suffit alors d’être dans les dix sept premiers.

Les autres ont déjà passé un train de pneus tendres. En qualif 2 , dit Q2, les Red Bull-Renault sortent en tendres, n’utilisent même pas leur KERS (récupération d’énergie emmagasinée au freinage, un truc qui augmente quand même la puissance de 80 cv !), font UN SEUL tour et PAF !

Les deux meilleurs temps.

Les deux Red Bull-Renault sont devant les Mc Laren-Mercedes, elles mêmes devant les Mercedes des duettistes  Rosberg et Schum.

C’est bien pour les « Mercos », même si cela se passe dans le cadre du deuxième GP, le premier étant réservé aux voitures autrichiennes à moteur Renault…

Les Ferrari sont dans les choux, aileron interdit et réglages à refaire, un vrai drame.

Alonso pointe au septième rang.

En Q3, ce sont les dix meilleurs temps de Q2 que l’on retrouve.

MARK WEBBER SAUVE L’AMBIANCE

Bon.

Sachez d’abord que tout ceci se passe à plus d’une seconde devant la concurrence.

Les deux Red Bull-Renault sortent pour UN tour, il faut économiser les pneus tendres, et Webber sauve l’ambiance qui était carrément plombée depuis le matin dans les gradins, il pique la pole à Vettel.

Inutile de dire que dans le stand Red Bull, on fait pourtant incroyablement … la gueule.

Le « patron des canettes » Dieter Matchitz est là, avec l’un des hommes du miracle autrichien, l’ancien pilote Gerhard Berger, et ce meilleur temps de l’Australien ne les met pas en joie.

Il est vrai qu’on ne vit chez Red Bull que pour … Vettel

En revanche, cela met un peu de piquant pour la course. Ceci est donc la pole du premier GP.

Mark Webber ravi, lâchait:

« C’était une bonne séance. Je pense que c’était assez clair qu’on disposait d’une petite marge. La pole allait être pour Seb Vettel ou pour moi. On savait qu’on avait la possibilité de sa battre pour la position de pointe. Quand nous nous sommes approchés du moment crucial de la qualification, il a juste fallu signer un bon tour en Q3 et c’est ce qui s’est passé. Quand j’ai passé la ligne d’arrivée, j’ai prié pour que mon numéro apparaisse au dessus du numéro un. C’était un beau tour. Nous nous sommes bien battus avec Seb et samedi, c’était mon jour. »

Pour la pole de l’autre GP, nous sommes donc en troisième position sur la grille, c’est Hamilton qui l’emporte.

En se déchirant, il finit à 980 millièmes de la pole, une seconde autrement dit.

Virtuellement, sur un GP entier, ça le met à quarante cinq secondes du vainqueur.  Heureusement qu’existe la « merveilleuse incertitude du sport » !

La bonne surprise, c’est le quatrième temps d’un Alonso, qui s’est arraché la paume des mains, sur une voiture non réglée, pour décrocher une place sur la deuxième ligne.

Schumacher fait le dernier temps. Le Champion allemand est resté en pneus durs, pour économiser un train de tendres. Voilà où l’on est réduit avec des règlements à la noix.

MICHAEL SCHUMACHER SANS TEMPS !!!

Michael Schumacher, qualifié 10e, n’a volontairement pas signé de chrono en Q3, pour choisir ses pneumatiques au départ.

Il explique :

« Malheureusement, mon KERS ne fonctionnait pas en Q3. Mais nous avons bien réagi. Nous avons décidés de sortir faire un run en pneus durs au cas où un autre pilote déciderait de faire la même chose. Comme personne n’a pris cette option, nous sommes rentrés sans avoir signé le moindre temps pour pouvoir choisir notre stratégie dimanche. Je vais essayer de signer un autre bon départ comme j’en ai réussi récemment pour gagner des positions. Avec le KERS et le DRS, il est possible de dépasser, même à Barcelone. »

Et comme prévu, merci Pirelli, il est à deux secondes de Webber.
Quand on sait que Michelin avait fait acte de candidature mais n’a pas été retenu…

Message à ceux qui aimeraient qu’une vraie marque gagne en F1, plutôt qu’une marque de sodas.

Message, le même, à ceux qui n’aiment pas Vettel. Changez de sport favori, on est en train d’en prendre pour des années…

Ou alors devenez fan de Webber mais même là, vous n’êtes pas dans le sens de l’histoire…

Jean Louis Bernardelli
Photos: Team – Bernard Asset – Red Bull

.LE RESULTAT DES ESSAIS

1 Ligne
Mark Webber (Red Bull RB7-Renault) – 1’20″981 – Q3
Sebastian Vettel (Red Bull RB7-Renault) – 1’21″181 – Q3

2. Ligne
Lewis Hamilton (McLaren MP4/26-Mercedes) – 1’21″961 Q3
Fernando Alonso (Ferrari 150) – 1’21″964 – Q3

3. Ligne
Jenson Button (McLaren MP4/26-Mercedes) – 1’21″996 – Q3
Vitaly Petrov (Renault R31) – 1’22″471 – Q3

4. Ligne
Nico Rosberg (Mercedes MGP W02) – 1’22″599 – Q3
Felipe Massa (Ferrari 150) – 1’22″888 – Q3

5. Ligne
Pastor Maldonado (Williams FW33-Cosworth) – 1’22″952 – Q3
Michael Schumacher (Mercedes MGP W02) – pas de temps Q3

6. Ligne
Jaime Alguersuari (Toro Rosso STR6-Ferrari) – 1’23″231 Q2
Sergio Perez (Sauber C30-Ferrari) – 1’23″367 – Q2

7. Ligne
Jaime Alguersuari (Toro Rosso STR6-Ferrari) – 1’23″694 – Q2
Kamui Kobayashi (Sauber C30-Ferrari) – 1’23″702 – Q2

8. Ligne
Heikki Kovalainen (Lotus T129-Renault) – 1’25″403 – Q2
Paul Di Resta (Force India VJM04-Mercedes) – 1’26″126 – Q2

9. Ligne
Adrian Sutil (Force India VJM04-Mercedes) – 1’26″571 Q2
Jarno Trulli (Lotus T129-Renault) – 1’26″521 Q1

10. Ligne
Rubens Barrichello (Williams FW33-Cosworth) – 1’26″910 – Q1
Timo Glock (Virgin VR02-Cosworth) – 1’27″315 – Q1

11. Ligne
Vitantonio Liuzzi (Hispania F111-Cosworth) – 1’27″809 – Q1
Narain Karthikeyan (Hispania F111-Cosworth) – 1’27″908 – Q1

12. ligne
Jerome D’Ambrosio (Virgin VR02-Cosworth) – 1’28″556 – Q1
Nick Heidfeld (Renault R31) – pas de temps – Q1

 

F1

About Author

admin