RETOUR DU GRAND PRIX DE PAU

 

 

Après une année sans son GP, la ville de Pau va fort heureusement renouer avec la tradition le week-end prochain !

Le  célèbre Grand Prix de Pau fait et l’on ne peut qu’en féliciter ceux qui en sont à l’origine – Patrick Peter et Bruno David –  à nouveau faire partie du calendrier annuel de la capitale béarnaise, transformée pour l’occasion en cité de l’automobile.

Pour son grand retour en 2011, le Grand Prix de Pau rassemble en un seul lieu les futurs Champions de demain.

Composé principalement des disciplines de pointe de la filière monoplace, ce rendez-vous est très attendu du monde des professionnels du sport automobile, des amateurs passionnés, ou encore des habitués des courses de berlines.

Pau ?

Ce nom est mondialement connu  grâce à son Grand Prix et ses noms légendaires :

Sa fameuse Terrasse des Pyrénées, le non moins célèbre Pont Oscar, son Parc Beaumont, sa Statue Foch.

Neuf plateaux présents : la Formula Renault 2.0 ALPS, le Championnat de France FFSA F4, la Renault Clio Cup Elf, la Coupe Peugeot 207 THP, la Peugeot THP Spider Cup, la Legends Cars Cup, la F3 Classic, le FIA Formula 3 International Trophy, et le Premier Grand Prix de Pau Electrique

Outre le retour très attendu sur le redoutable tracé palois, des monoplaces avec une épreuve de la F3 internationale à Pau avec le tout nouveau Trophée International FIA, le Championnat de France FFSA F4 y disputera sa troisième manche.

On note également la présence des Formules de promotion des constructeurs avec la Renault Clio Cup ou les Coupes Peugeot.
S’y ajoutent la Legends Cars Cup, la F3 Classic et le Premier Grand Prix Electrique de Pau.

Un programme alléchant  en perspective !

Lequel laisse augurer d’un nouveau départ pour ce 70 éme Grand Prix de Pau, une épreuve qui naguère attirait dans la bonne cité du Roi Henri, tout le gratin des pilotes.

Pour l’heure, l’important était de relancer le GP de Pau, soutenu des années durant par son ancien Maire, le regretté André Labarrére, disparu le 16 mai 2006.

L’actuelle Maire, Madame Martine Lignières-Cassou a accepté l’idée de relance du GP de Pau après une année ‘’ sabbatique ‘’ .

C’est tout à son honneur car ce Grand Prix de Pau fait assurément partie du patrimoine du sport automobile Français
Forces en présence

Pau, pour ce qui sera cette année, l’épreuve majeure, la F3 internationale, véritable réservoir de jeunes talents, la F3 revient donc dans les rues de Pau avec la toute nouvelle série FIA « Formula 3 International Trophy ».

Après Hockenheim, Spa, Zandvoort, Macao, et la Corée, Pau est l’un des rendez-vous incontournables de la F3 internationale et en sera la manche Française.

Cette série composée de six épreuves est ouverte aux voitures des Championnats de F3 britannique et japonais ainsi qu’à la F3 Euroseries.

Elle permettra aux pilotes inscrits pour ces différents Championnats nationaux de marquer des points dans le Trophée international. Le barème de points utilisé sera le même que celui de la Formule 1.

A l’issue de la saison, les trois premiers pilotes du classement final, se verront attribuer la fameuse et sacro sainte Superlicence, le sésame indispensable pour espérer accéder à la prestigieuse F1.

Les voitures sont équipées de châssis Dallara et propulsées par des moteurs 2.0 L, Mercedes Benz, Mugen Honda, Volkswagen ou encore Toyota, développant 210 cv.

Les derniers Champions ayant brillé dans les rues de Pau en F3 ne sont autres que Lewis Hamilton, Romain Grosjean, Benoit Treluyer, Anthony Davidson….

Pour rappel, les ultimes vainqueurs, lors de la dernière participation de la F3 en 2008, se nommaient James Jakes (Art GP) et Edoardo Mortara (Signature Compétition)

Cinq équipes dont Motorpark Academy, Carlin Motorsport, Double R Racing, Prema Powerteam et Signature (photo), ont engagé quinze pilotes de huit nationalités différentes.

Mais et c’est bien regrettable pour les fans tricolores, il n’y aura qu’un seul et unique pilote Français au départ.

L’un de nos jeunes espoirs, l’Alsacien Tom Dillman, tout récemment victorieux en Turquie en GP3. Ce dernier étant inscrit par le Team Britannique Motorpark

Heureusement, une équipe Française, Signature, l’écurie de Philippe Sinault basée dans le Berry à Bourges et présente dans le Championnat F3 Euroséries, sera elle bien présente en force, alignant quatre monoplaces pour ses pilotes habituels.

Les Allemands Marco Wittman et Daniel Abt, le Colombien Carlos Munoz et le Belge Laurent Vanthoor.

Si Dillman sera le seul représentant tricolore en F3, il y en aura pléthore par contre en Championnat de France F4 – la discipline des espoirs du futur – puisque les trois premiers du classement général actuel sont Pierre Sancinéna, Andréa Pizziola et Mathieu Vaxivière.

Le premier pilote étranger, l’Espagnol Victor Colomé ne pointe en effet qu’au sixième rang.

UNE GRANDE PREMIERE A PAU…

Concernant la course réservée aux véhicules électriques, le plateau réuni par Max Mamers – l’initateur de ce type de voitures dans son très réputé Trophée Andros –  sera d’une très grande qualité de par la participation.

Qu’on en juge !

Seront en piste dans le dédale des rues de Pau plusieurs pilotes au palmarès fourni.

Avec à leur tête, Olivier Panis, l’ancien vainqueur du Grand Prix de Monaco (1997) et tout récemment victorieux des 12 Heures de Sebring

Mais aussi Franck Lagorce, Soheil Ayari, Adrien Tambay et un certain Fabien Barthez qui roule depuis plusieurs saisons en automobile avec une certaine réussite…

Sans oublier une féminine, la revenante Cathy Muller, laquelle brilla des années durant en monoplaces internationale en F3, comme en Formule 3000

Et pour le public local, deux palois, Laurent Cazenave et Mike Parisy

UN PEU D’HISTOIRE

 

Le 5 Décembre 2009, la 1ère course de vitesse sur glace 100% Electrique a vu le jour.

Ces 20 et 22 Mai 2011, les Andros Cars ont de nouveau rendez-vous avec l’histoire pour ce 1er Grand Prix Electrique en ville dans le cadre de la renaissance des courses automobiles à Pau.

Précurseurs de cette technologie propre en compétition, Frédéric Gervozon, Président du groupe Andros et Max Mamers, organisateur du Trophée Andros l’avaient annoncé.

Ils vont le faire…

La première course de vitesse électrique urbaine est née

La première version asphalte a effectué ses premiers tours de roue en démonstration lors des 24 Heures du Mans 2010 et sur la piste d’essais de Versailles-Satory

Des adaptations ont été apportées sur les Andros cars conçues par Exagon l’entreprise dirigée par Luc Marchetti et basée dans la Technopole de Magny Cours (freins, transmissions, suspensions), afin d’assurer les meilleures performances aux douze voitures électriques de compétition.

Sur que cette ‘’ Grande Première ‘’ de bolides électriques alignés en compétition en circuit, sera suivie avec une très grande attention par bien des observateurs !!!

En conclusion, souhaitons un beau succès populaire pour ce Grand Prix de Pau du renouveau, bien remis cette année sur de bons rails par Patrick Peter, Bruno David et la Municipalité paloise.

Gilles Gaignault
Photos : Bernard Bakalian – Teams

F3

About Author

admin

Leave a Reply