WSR A MONZA : KORJUS ET RICCIARDO A L’HONNEUR

SECONDE VICTOIRE POUR LE JEUNE ROOKIE KORJUS ÂGE DE 18 ANS

Le rapide tracé de Monza est souvent propice à des courses d’anthologie.

La première confrontation du week-end en Formula Renault 3.5 Series n’a pas dérogé à la règle.

Malgré une grosse alerte sur un freinage mal négocié, Kevin Korjus du Team Français Tech 1 Racing, faisait preuve d’une grande maturité, à 18 ans seulement, pour aller cueillir son deuxième succès cette saison dans la discipline.

Parti loin au onzième rang, Jean-Eric Vergne de l’équipe Carlin, remontait jusqu’à la deuxième place et prenait la tête du Championnat, tandis que Daniil Move de l’écurie P1 Motorsport, complétait le podium.

Au terme d’une folle séance d’essais qualificatifs, avec dix-sept voitures dans la même seconde, César Ramos qui porte les couleurs de Fortec Motorsports, signait sa deuxième pole position de la saison à plus de 216 km/h de moyenne.

Après avoir glané la pole sur ce circuit en Formula Renault 2.0 Italie en 2009 puis en F3 Italie en 2010, le Brésilien de chez Fortec Motorsports, Champion de Formule 3 Italie la saison dernière, démontrait ainsi une nouvelle fois que ce circuit lui convenait bien !

Initialement deuxième, Daniel Ricciardo (ISR) se faisait déclasser pour un défaut de conformité au niveau de la fixation des jupes du fond plat.

L’Australien se positionnait par conséquent en fond de grille.
César Ramos prenait le meilleur départ et virait en tête devant Kevin Korjus, qui jaillissait bien depuis la deuxième ligne. Troisième, Robert Wickens (Carlin) résistait à Daniil Move et Sergio Canamasas (BVM Target).

Jean-Eric Vergne qui s’était élancé onzième, pointait déjà sixième après deux tours.

César Ramos, bien que leader, ne parvenait pas à se défaire du reste de la meute. Ramos, Korjus, Wickens, Move, Canamasas et Vergne restaient roues dans roues jusqu’à ce que Sergio Canamasas échoue dans le bac à gravier.

Au 5e tour, au prix d’un freinage appuyé, Kevin Korjus dépassait César Ramos et prenait les commandes de la course.

Pour César Ramos, la mission consistait maintenant à résister à Robert Wickens et Jean-Eric Vergne, passé 4e après avoir dépassé Daniil Move.

Dans le peloton, l’ambiance était chaude et les dépassements nombreux. Chris Van der Drift (Mofaz Racing), Brendon Hartley (Gravity-Charouz) et Daniel Ricciardo, remontant du fond de la grille, se faisaient notamment remarquer par plusieurs manœuvres osées.

Au 9e tour, Robert Wickens et César Ramos se touchaient à la première chicane. Le Brésilien dégringolait au classement tandis que le Canadien s’emparait de la deuxième place, devant Jean-Eric Vergne et Daniil Move. Parti huitième, Chris Van der Drift profitait de tous ces événements pour remonter cinquième.

Solide leader, Kevin Korjus se loupait au freinage de la première chicane au 17e passage. Robert Wickens profitait de l’aubaine pour s’emparer ainsi de la tête de la course.

Mais un problème d’embrayage coupait le nouveau leader dans son élan.

Kevin Korjus reprenait alors les commandes de la course, devant Jean-Eric Vergne, Daniil Move, Chris Van der Drift et Stéphane Richelmi.

Les trois premiers restaient dans cet ordre jusqu’à l’arrivée.
La fin de course était marquée par les remontées de Brendon Hartley et Daniel Ricciardo.

Le Néo-Zélandais terminait 5e, derrière son compatriote Chris Van der Drift.

Parti bon dernier, Daniel Ricciardo franchissait finalement la ligne d’arrivée au sixième rang !

Descendu du podium Kevin Korjus, racontait :

« C’était une course difficile. J’ai pris un très bon départ et j’ai réussi à rapidement dépasser César Ramos. Mais ensuite Robert Wickens est remonté très fort et j’ai fait une grosse erreur qui aurait pu me couter très cher. J’ai réussi à me reconcentrer. C’est vraiment bien de gagner ici, après un week-end difficile à Spa.»

De son côté Jean-Eric Vergne, poursuivait :

« Tout le monde était un peu chaud. Je me suis donc dit qu’il fallait rester calme et attendre que les choses se passent. Nous avons presque tout changé sur l’auto après les qualifications ! L’équipe a fait un super boulot pour me préparer une bonne voiture. Je passe premier au championnat, c’est une très bonne opération.»

Quant à Daniil Move, lui il enchainait :

« Nous avions les moyens de faire de bons résultats à Motorland Aragón puis à Spa, mais nous n’avons pas réussi à concrétiser. Mon ingénieur ma bien boosté avant cette course. J’ai souffert, car mes pneus étaient endommagés, mais je suis heureux. Ma saison commence réellement aujourd’hui j’espère ! »

VERGNE DECLASSE ! RICCIARDO DECLARE VAINQUEUR

 

Annoncé comme grand favori de cette saison,l’Australien Daniel Ricciardo remporte enfin sa première course de l’année, à Monza.

C’était pourtant Jean-Eric Vergne qui avait franchi le premier la ligne d’arrivée, mais le Français recevait dix secondes de pénalité pour non-respect de la ligne de course.

Il terminait donc finalement troisième, derrière Daniel Ricciardo et Alexander Rossi, déjà en vue à Motorland.

Mais malgré cette pénalité, Jean-Eric Vergne quittait Monza en tête du Championnat devant Alexander Rossi

Disputée quelques heures après la première course du week-end, la deuxième séance qualificative, où dix-neuf pilotes pointaient dans la même seconde, tournait en la faveur de Robert Wickens, partenaire de Vergne chez Carlin.

Le Canadien signait le meilleur chrono, mais ne s’installait pas en pole position de cette seconde course suite à une pénalité infligée à l’issue de la première course, conséquence d’une touchette avec César Ramos.

Le pilote Carlin était ainsi rétrogradé de quatre places sur la grille. Daniel Ricciardo et Jean-Eric Vergne se retrouvaient donc en première ligne.

La piste était encore légèrement humide au moment du départ, suite aux pluies nocturnes, mais tous les pilotes se présentaient sur la grille en pneus slicks.

Le passage à la première chicane était mouvementé, mais Jean-Eric Vergne prenait les commandes de la course devant Daniel Ricciardo, Albert Costa, Robert Wickens et Alexander Rossi.
Kevin Korjus, victorieux de la course précédente était une des victimes de ces premiers mètres de course.

Malgré un aileron avant endommagé, Jean-Eric Vergne contenait Daniel Ricciardo, Robert Wickens et Albert Costa.

Cinquième, Alexander Rossi pointait un peu plus loin derrière, avec César Ramos à ses trousses. Les six pilotes restaient ainsi roues dans roues pendant plusieurs tours.

Un contact entre Robert Wickens et Albert Costa éclaircissait la situation en tête. Le Canadien restait sur le carreau et abandonnait pour la deuxième fois du week-end.

Alexander Rossi profitait de la confusion pour s’emparer de la 3e place. Jean-Eric Vergne menait donc les débats devant Daniel Ricciardo, Alexander Rossi, César Ramos et Albert Costa.

Au 10e tour, Daniel Ricciardo tentait de déborder Jean-Eric Vergne. Les deux hommes retardaient au maximum leur freinage, mais le Français conservait l’avantage en coupant la chicane.

L’explication pour la première place entre Vergne, Ricciardo et Rossi était palpitante et animait la course, jusqu’à ce que Jean-Eric Vergne reçoive dix secondes de pénalité pour non-respect de la ligne de course.

Daniel Ricciardo s’emparait ainsi virtuellement de la tête devant Alexander Rossi. Cinquième, Arthur Pic était lui aussi sanctionné par dix secondes de pénalité pour départ anticipé.

Jean-Eric Vergne conservait un rythme élevé jusqu’à l’arrivée afin de se construire une avance de plus de dix secondes sur César Ramos, 4e et ainsi conserver une place sur le podium.

C’était chose faite.

Daniel Ricciardo remportait finalement cette course devant Alexander Rossi et Jean-Eric Vergne.

Un cinquième homme s’imposait ainsi en six courses.

Deuxième samedi et troisième dimanche, Jean-Eric Vergne quittait on l’a dit, Monza en tête du Championnat.

A l’arrivée, Daniel Ricciardo racontait:

« La course a été mouvementée, notamment au départ. Ensuite c’était un peu frustrant, car je n’ai jamais eu une occasion franche de passer. J’ai su que Jean-Eric allait être pénalisé, mais si j’avais eu l’opportunité de le dépasser avant le damier, je l’aurais prise. J’avais besoin des points de cette victoire après un début de saison compliqué. J’ai encore eu des hauts et des bas ce week-end, avec le déclassement en qualifications hier.»

Alexander Rossi expliquait :

« Nous savions après les essais libres que nous étions rapides. Je suis un peu passé à côté de mes qualifications, mais en course tout s’est bien passé. Je marque encore des points importants. Le championnat est très serré et on peut vite passer du haut du classement au bas. Alors, le tout est d’être régulier.»

Enfin, Jean-Eric Vergne concluait :

« Pour moi j’ai gagné la course ! J’ai fait toute la course avec l’aileron avant endommagé et j’ai terminé avec des pneus vraiment détruits. J’ai défendu ma place et j’ai un peu de mal à accepter la pénalité, mais c’est comme ça. L’important aujourd’hui ce sont les points et ce que j’ai prouvé en piste. Avec Carlin, nous sommes là pour le titre. »

Christian Colinet
Photos : Teams

Sport

About Author

admin

Leave a Reply