TOUR DE CORSE : THIERRY NEUVILLE OFFRE LA VICTOIRE A PEUGEOT

Déjà victorieuse en janvier dernier avec Bryan Bouffier du très réputé Rallye Monte Carlo, l’équipe Peugeot, a ajouté un nouveau succès de prestige à son prestigieux palmarès, en remportant ce samedi soir grâce au jeune espoir Belge, Thierry Neuville, le non moins légendaire Tour de Corse, troisième manche du Championnat IRC

Il l’attendait depuis longtemps ce triomphe.

Thierry Neuville, au volant de sa Peugeot 207 S2000  engagée par l’équipe Kronos de Marc Van Dalen a donc au terme d’une bagarre de trois jours, remporté samedi en début de soirée, la 54e édition du Tour de Corse, son tout premier succès en IRC (Intercontinental Rally Challenge).

A l’arrivée jugée à Ajaccio, le Belge précède les Skoda Fabia du Tchèque Jan Kopecky et de son compatriote Freddy Loix

Comme on l’imagine, ce triomphe était à la hauteur de l’attente qu’il suscitait ces derniers mois.

En grimpant sur le toit de son bolide dès l’arrivée franchie, Thierry Neuville après trois jours d’enfer sur des routes piégeuses et sinueuses à souhait, pouvait enfin lever les bras au ciel pour saluer cette victoire de prestige.

Pour la toute première fois de sa jeune carrière en IRC, le jeune espoir Belge remporte l’épreuve, le Tour de Corse, un mois après une troisième place aux Canaries.

« Je suis très heureux. Ça a été très dur tout le week-end. On a attaqué très fort, comme des fous. On a fait un bon travail. C’est quelque chose de phénoménale de remporter une manche d’IRC. Surtout la Corse. C’est comme un rêve. Il faut que ça continue comme ça. »

En tête dès la première spéciale, le pilote du Team Kronos a contrôlé ses adversaires jusqu’au bout pour s’imposer avec une marge de 15’’5 sur la Skoda Fabia de Jan Kopecky.

Le Tchèque a pourtant passé sa journée à l’attaque et à tout essayé.

La preuve ?

Jan signe le meilleur temps dans deux spéciales.

Hélas en vain.

Thierry Neuville n’a pas commis la moindre faute et était très fort.
Oui, il était assurément le plus fort tout simplement.

LOIX SUR LE PODIUM ET BRYAN BOUFFIER SORT

 

Derrière ces deux hommes, le podium est complété par une autre Skoda Fabias, celle du Belge Freddy Loix

Lequel décroche ainsi un nouveau podium après avoir remporté le duel l’opposant à un autre pilote Skoda,  Andreas Mikkelsen.

Malheureusement, le Norvégien a été victime d’une crevaison lors de l’ES12, mettant ainsi hélas définitivement fin, à un beau parcours dans ce Tour de Corse 2011.

Dans l’autre bataille  que se sont livrés les deux pilotes Peugeot, Bryan Bouffier et Pierre Campana pour la quatrième place, c’est au final, le pilote Corse natif de Corte qui a eu le dernier mot.

Mais quel suspense !!!

L’issue s’est incroyablement jouée au bout d’une dernière spéciale plus que mouvementée au cours de laquelle, Bouffier est sorti de la route alors que Campana crevait !

Malgré cette inattendu coup du sort, Campana qui lâche dans l’affaire 2’43’’ parvient néanmoins a conservé son rang, avec une trentaine de secondes d’avance sur une autre Peugeot, celle du Portugais Bruno Magalhaes.

Déjà à l’honneur ai dernier Monte Carlo, le pilote de Corte, protégé d’Ange Pasquali venait sur cette épreuve pour confirmer et faire ses preuves.

Parfaitement navigué par Sabrina de Castelli, Campana nous a ravis et a parfaitement réussi cet « examen » de passage.

Radieux de rallier l’arrivée et de surcroit en bonne place, le jeune homme racontait :

« Pour notre première participation, on s’est battu avec les meilleurs. On a progressé au fil des kilomètres, la voiture aussi. Je suis très satisfait de mon parcours ».

DOUBLE PODIUM ŠKODA

Avec deux de ses équipages sur le podium et les cinq Fabia S 2000 engagées par Škoda Motor Sport et ses filiales à l’arrivée, Škoda obtient son meilleur résultat d’ensemble au Tour de Corse.

Cerise sur le gâteau, tandis que Škoda conserve la tête du classement des constructeurs, Freddy Loix prend lui  les rênes chez les pilotes dans le challenge intercontinental des rallyes.

Ce n’est pas faute d’avoir essayé. Jan Kopecký s’est jeté à fond dans la bataille, parvenant à signer deux temps scratch au cours de cette longue, chaude, éprouvante ultime journée.

Après être revenu à 14’’8 du leader ce samedi matin, avec encore cinq longues spéciales au programme, le jeune Tchèque (28 ans) était incapable d’émettre le moindre pronostic :

« Je ne sais pas comment çà va finir entre Thierry Neuville et moi mais il faudrait tout de même rester sur la route »

Pour 15 secondes 5/10e précisément et après 320 km de chronos, Neuville l’emporte face à Kopecký mais c’est le troisième classé, le Belge Freddy Loix – lequel réside depuis plusieurs années en Provence, près de Sainte-Maxime – qui tire les marrons du feu.

Ce podium lui vaut de prendre la tête de l’IRC, devant Thierry Neuville, Jan Kopecký et Juho Hanninen – ce dernier absent sur les routes Corses – soit trois pilotes Škoda dans les quatre premiers!

Au-delà de toutes ces satisfactions, Škoda enregistre également celle de conserver sa position en tête des marques, et de voir toutes les voitures engagées par l’usine ou les filiales rejoindre l’arrivée de ce très difficile rallye.

Retardé par une crevaison à la mi-journée, le Norvégien Andreas Mikkelsen a terminé… en Beauté, en signant un temps scratch qui lui vaut la sixième place finale.

Deux autres Škoda sont classées dans les dix premiers : celles du vétéran Toni Gardemeister (8e) et du Suédois Patrik Sandell, débutant en Corse, 9e.

Parvenu à Ajaccio, Jan Kopecký (2e) expliquait:

« Nous avons beaucoup travaillé sur la mise au point de la voiture tout au long de ce rallye, notamment au niveau des suspensions. Au cours de la dernière journée, j’ai réussi deux temps scratch, et dans deux autres spéciales, j’ai terminé à 3/10e du vainqueur ; je ne pouvais pas faire mieux. J’ai participé à trois Tour de Corse avant celui-ci, mais c’était à l’époque de la Fabia WRC, entre 2005 et 2007, le parcours n’avait rien à voir avec celui de cette année. Après ma seconde place aux Canaries, ce nouveau podium constitue une satisfaction, surtout après un rallye aussi difficile. »

De son côté Freddy Loix (3e) ajoutait:

« Je n’ai toujours pas compris pourquoi je me suis battu pour la victoire à Monte Carlo avec mon vieux moteur, et pourquoi je n’y suis pas arrivé ici avec  un moteur neuf, étrenné aux Canaries quelques semaines auparavant. Mais il y a de quoi être satisfait : je monte sur le podium et je marque les points qui me permettent de prendre la tête de l’IRC. Je ne suis pourtant pas sûr de pouvoir jouer le titre. Mon budget ne me permet pas de participer à la prochaine manche en Ukraine. Je préparerais Ypres, la manche suivante (23-25 juin) en m’engageant juste avant dans un petit rallye en Belgique ».

Reparti huitième après sa crevaison, Andreas Mikkelsen est parvenu à remonter de deux crans dans la hiérarchie aux dépens de Julien Maurin avec sa Ford Fiesta S2000 et Bryan Bouffier.

Toni Gardemeister et Patrik Sandell, tous deux sur une Skoda Fabia et Jean-Mathieu Léandri,  au volant d’une Peugeot 207, ont complété le Top 10.

Au classement général, Freddy Loix prend la tête aux dépens de Juho Hanninen (Skoda Fabia), absent on l’a dit en Corse.

Le Belge possède 45 points, soit cinq de plus que Jan Kopecky et Thierry Neuville.

Le prochain rallye aura à présent lieu en Ukraine avec le Prime Yalta Rally, du 2 au 4 juin

Christian Colinet
Photos : Eric Regouby

 

 

Sport

About Author

admin

Leave a Reply