1000 KM DE SPA : PEUGEOT EN ORBITE AVANT LE MANS

Franchement on l’a déjà dit, ils étaient peu nombreix à croire à une nouvelle victoire des 908 Peugeot après la domination, sans partage des trois nouvelles Audi R18 lors des différentes séances d’essais libres, confirmée aux qualifs !

Et ce d’autant plus qu’il y a deux semaines, ces Audi R 18 avaient déjà surclassées ces nouvelles 908…

Las, il n’en a rien été et de façon spectaculaire c’est bel et bien une … 908 qui l’a emporté triomphant encore une fois sur cette piste Ardennaise son circuit fétiche, la firme Française accumulant les succès dans cette épreuve au fil des ans

L’équipe Audi Sport Team Joest a en effet connu des hauts et des bas à l’occasion des débuts en course de la nouvelle Audi R18 TDI et ce après avoir réalisé une parfaite séance de qualification et un bon de début de course, les trois Audi R18 TDI se sont finalement classées troisième, quatrième et cinquième.

C’est donc la 908 de l’équipage ‘’ étranger ‘’ de Peugeot qui gagne avec l’Autrichien Alexander Wurz; l’Espagnol Marc Gene et l’Anglais Anthony Davidson

Audi s’est donc accroché derrière Peugeot, auteur d’un inattendu mais néanmoins  retentissant doublé

Les trente-quatre mille six cents spectateurs ceinturant le circuit de Spa-Francorchamps, en ce samedi bien ensoleillé, ont pu assister à du tout grand spectacle lors de cette édition 2011 où incroyablement  – vu les multiples accrochages aux essais – on a eu droit qu’à une seule neutralisation de la « safety car », la distance de 1000 km a été pulvérisée au total des 6 Heures.

Dominées aux essais par des nouvelles Audi R18, trustant les premières places, piégées par un drapeau rouge en qualifications, les reléguant aux 13e, 18e et 50e places, les Peugeot ont pris une cinglante, et répétons-le, tout à fait inattendue revanche – sauf pour Olivier Quesnel le boss des Lionnes –  en signant un magnifique doublé.

« Les entraînements ce n’est pas la course » fanfaronnait d’ailleurs un Olivier Quesnel, rassuré mais radieux, pouvant être à juste titre, plus que satisfait et content de ses troupes.

Car si les nouvelles R18 ont accumulé les petits soucis et contrariétés (tête-à-queue pour McNish, petit bac pour Tréluyer, accrochage puis crevaison lente pour Kristensen, changement de capot suite à un autre accrochage pour Bernhard, limiteur enclenché par erreur par Capello, un tour de perdu en raison de la safety car par Fassler…), on peut écrire qu’Audi a été battu à la régulière.

Mais cette accumulation d’incidents mineurs est là, et bien là pour nous rappeler que c’est cela la course avec sa succession d’inattendus petits soucis mineurs…

Mais de légers pépins qui peuvent, on le voit, chambouler la physionomie et le déroulement d’une course et par conséquent le classement final !

Après un début de course emmené par l’Audi d’André Lotterer, les « Lionnes » sont formidablement revenues au grand galop, le toujours aussi incisif et rapide Autrichien Alexander Wurz, prenant la tête au prix de gros risques dans le trafic à l’issue de son premier relais.

Plus fiables, un peu moins gourmandes mais surtout plus habiles dans les dépassements d’attardés (seul Pedro Lamy s’est rendu coupable d’un bac dans le virage de Bruxelles), les 908 Peugeot ont parfaitement renversé la vapeur, la marque Française, ne ratant le triplé, qu’à la suite d’un bris de suspension de la Numéro 8, à trente-cinq minutes de l’arrivée.

« A la fin de mon relais, je sentais qu’il y avait encore du jus dans mes Michelin et j’ai pu attaquer » nous expliquait l’un des pilotes vainqueur Alexander Wurz.

Et son équipier Anthony Davidson, d’ajouter :

« On a pris des risques calculés dans le trafic »

La conclusion de cette première confrontation de la saison 2011 entre Audi et Peugeot, revenait à Marc Gene :

« Ici, les Audi étaient certainement plus rapides que nous sur un tour, mais nous avons bien rectifié le tir en course. Ce succès va nous donner beaucoup de confiance pour Le Mans qui s’annonce une des vingt-quatre heures les plus serrées de la dernière décennie. »

De l’autre côté, à l’opposé et tout en haut des stands, le bon Docteur Ullrich, patron d’Audi, reconnaissait humblement en bon perdant:

« Nous avons encore pas mal de travail. Nous avons un peu plus de mal dans le trafic. Nos pilotes doivent encore s’habituer au manque de visibilité de notre nouveau proto fermé. »

Il est vrai que déjà lors de la Journée des tests Préliminaires des 24 Heures du Mans, la totalité des pilotes Audi, s’était plaint du manque évident de visibilité à bord de ces nouvelles Audi… ‘’ fermé’’ et notamment à cause du très haut passage des roues à l’avant !!!

Derrière, les cinq premières « diesel », la Pescarolo de l’excellent trio, Tinseau-Collard-Jousse, sixième à cinq tours, remporte le classement officieux des protos à essence.

La voiture d’Henri Pescarolo (photo) précède la Lola Rebellion du duo Prost-Jani et la troisième… 908, celle de l’équipage Lamy-Bourdais-Pagenaud, mal classé à la suite de deux bévues du Portugais Pedro Lamy.

Ce qui est rare chez lui !

Suivie de la seconde Lola Rebellion de Belicchi-Boullion
Pas de chance cette fois pour la 908 HDI FAP Oreca des lauréats des récentes 12Heures de Sebring, ralentie dès la première heure de course, par des soucis de moteur.

Comme nous sommes en Belgique, signalons la principale satisfaction belge

Laquelle venait de l’excellente performance en LMP2 du jeune Nicolas De Crem. Malchanceux au Castellet, où il aurait déjà dû gagner sa catégorie, le Namurois de 20 ans ratait cette fois la victoire de peu (43 secondes) suite à un changement de capot sur l’Oreca-Nissan du Thierry Boutsen Energy Racing au terme d’une très belle course ponctuée au 1er rang absolu, le deuxième de sa catégorie.

« Deuxième c’est pas mal » se réjouissait Nico devant son patron, Thierry Bousen, l’ancien pilote de Grand Prix et qui pointait en tête à deux heures de l’arrivée.

« On a hélas rencontré un souci avec les ailettes du capot. Et puis nous avions un problème de réservoir nous obligeant à raccourcir nos relais. »

Moins de chance par contre pour l’écurie OAK Racing de Jacques Nicolet. Terriblement frappée, samedi au cours de la séance des essais qualificatifs avec le terrible crash de Mathieu Lahaye, l’équipe OAK Alors que sa Pescarolo LMP2  tournait comme une horloge,

Andrea Barlesi, alors au volant était victime d un bris de suspension.

Néanmoins Andréa et ses équipiers Frédéric Da Rocha et Patrice Lafargue et comme à Sebring, finissaient second LMP2 du Championnat ILMC.

De quoi mettre un peu de baume au cœur à cette équipe de passionnés, cruellement frappée par le drame Lahaye.

 

En GTE-Pro où Porsche a subi une nouvelle cuisante défaite (première 997, la Prospeed de Goossens termine 6e de catégorie à 5 tours suite à une touchette de son équipier Holzer), les nouvelles Ferrari 458Italia, n’ont jamais été réellement inquiétées.

Mais la bataille a fait rage entre les différents pilotes, le Team AF Corse l’emportant grâce aux chevronnés Fisichella-Bruni devant le tandem Farnbacher-Simonsen de l’équipe Hankook.

La seconde voiture, celle des polemen Vilander-Melo, renonçant malheureusement en vue du finish, suite à un bris de radiateur.

Du coup c’est le duo Farfus – Priaulx sur la BMW M3 Schnitzer qui complétait le podium.

En décrochant sa première victoire en endurance, Giancarlo Fisichella était aussi heureux qu’au terme d’un succès en F1.

L’Italien, avec un teint framboise dû à la chaleur provoquée par l’effort au volant de la Ferrari 458 Italia de la Scuderia AF Corse, s’est en effet imposé en LM GTE Pro avec son équipier Gianmaria Bruni.

« C’est un grand résultat. C’est fabuleux avec notre nouvelle voiture et très prometteur avant Le Mans. »

Là-bas, les nouvelles Ferrari seront les épouvantails de la catégorie puisqu’elles réalisèrent à Spa le doublé, l’Italienne de Farnbacher-Simonsen terminant deuxième de catégorie devant la voiture victorieuse de la première course, les 12 Heures de Sebring : la BMW de Priaulx et Alzen.

BMW demeure néanmoins en tête du classement ILMC

En GTE-AM, la victoire revient aux auteurs du meilleur temps de la catégorie, la Porsche normande 997 RSR du Team IMSA Performance des Français Narac-Armindo, pourtant vue dans le bac à graviers de Bruxelles en début de course

Stéphane Lémeret, auteur d’un excellent premier relais au volant de sa Ferrari F430, terminait sur la deuxième marche du podium malgré un « Drive Through » infligé à son équipier Ciocci pour ne pas avoir respecté les limites de la piste.

« Cela a été chaud car la température de notre moteur est montée jusqu’à 117 degrés, » confessait le pilote-journaliste.

Dans très exactement … 28 jours débutera le traditionnel pesage au pied de la majestueuse Cathédrale St Julien du Mans.

Quatre petites semaines au cours desquelles toutes les équipes vont finir de préparer le matériel afin d’aborder au mieux la plus belle, la plus connue, la plus célèbre mais surtout la plus prestigieuse du monde, les très illustres 24 Heures du Mans

Le sommet de la saison.

Course qui demeure pour toutes les équipes ‘’ Le grand rendez-vous incontournable LE SOMMET de la saison : ‘’L’OBJECTIF Numéro 1 ‘’

 

Peugeot dont les 908 nous ont épatées ce samedi à Spa s’y présentera avec un réel avantage non seulement sportif mais aussi et surtout psychiligique…

En six Heures à Spa les mines ont changé chez Audi et chez Peugeot

Mais ce sont les Français qui ont quitté le circuit Ardennais les plus sereins

Quatre semaines ou l’ambiance sera détendue dans les ateliers de Velizy

Alors qu’en Allemagne à Ingolstadt, on va douter…après la défaite dans ces 1000 Km de Spa

Et ce, d’autant plus, que depuis le triomphe du 13 juin dernier en Sarthe, Audi n’a plus jamais rebattu Peugeot.

Ni à Silverstone, ni à Petit Le Mans, ni à Zhuhai, ni donc  à Spa ce week-end !!!

Pour mémoire, nous rappellerons encore qu’avant de s’incliner au Mans l’an dernier, Peugeot avait déjà tout gagné en 2010 depuis son doublé aux 24 Heures du Mans 2009

Il y a donc de quoi être inquiet chez Audi…

Mais avec l’expérience qui est sienne, l’équipe Allemande reste un réel danger.

Gilles Gaignault
Photos : Manfred Giet – Patrick Martinoli

Endurance

About Author

admin

Leave a Reply