24 HEURES DU MANS : BENOIT TRELUYER EN CONFIANCE CHEZ AUDI

 

 

Après une période hivernale aussi discrète que studieuse, l’heure de la compétition a de nouveau sonné pour Benoît Tréluyer qui dans la foulée d’une première sortie publique des trois nouvelles Audi R18 TDI  lors de la Journée Préliminaire au Mans s’est envolé en ce milieu de semaone pour le Japon et ce afin de participer des ce week-end à la 1ère manche du Championnat Super GT 2011.

Dimanche soir, au terme des essais préliminaires des prochaines 24 Heures du Mans, Benoît Tréluyer affichait un sourire en disant long sur sa joie de retrouver la compétition, ses équipiers André Lotterer et Marcel Fassler et sur les grandes ambitions qu’il nourrit pour la saison 2011.

Après des mois de travail laborieux à tester en privé la dernière née de chez Audi, il n’en pouvait plus d’attendre cette première apparition publique de la toute nouvelle Audi R18 TDI. Et la confrontation avec les 908 Peugeot ‘’ version ‘’ 2011

Ecoutons – le:

« Nous avons fait beaucoup de kilomètres au cours de l’intersaison et c’est une belle récompense de voir que la voiture est en haut des feuilles de temps. Evidemment, il convient de rester prudent car nous ne sommes pas encore totalement au point, mais c’est de bon augure. L’Audi R18 TDI est totalement différente de l’Audi R15 TDI de l’an passé et à Ingolstadt on porte de gros espoirs sur cette R 18. Nouvelle réglementation, voiture fermée et non plus ouverte, désir de montrer que l’on peut être plus fiable que la concurrence tout en étant également plus rapide, avec elle Audi veut frapper un grand coup ! »

Si Benoît tenait à rester discret sur le vrai potentiel de la nouvelle arme d’Ingolstadt, il n’hésitait pas toutefois à insister sur la facilité d’utilisation de l’Audi R18 TDI.

«  Ce qui est certain, c’est que nous avons une voiture agréable à piloter. Dans les esses Porsche, un endroit un peu critique du circuit, on se fait plaisir. On entre dedans sans la moindre appréhension, alors que normalement on serre un peu les fesses. Pour un pilote, avoir une voiture au volant de laquelle on se fait plaisir est vraiment énorme. Cela veut dire que les performances vont suivre. »

Dans la Sarthe, en ce week-end pascal, il s’agissait surtout de travail de fond pour l’écurie allemande.

Benoit précise :

« Déverminage des trois voitures, essais de pas mal de choses différentes… Puis gros débriefing avec tous les ingénieurs maison pour tirer le meilleur des données acquises ! Nous n’avons pas chaumé ! »

Pour Benoît, la préparation de la célèbre épreuve mancelle se poursuivra des son retour du Japon, les 6 et 7 mai prochains dans les Ardennes lors des 1000 km de Spa.

Entre temps, il aura rappelons-le, effectué un autre « kick off », celui du Championnat Super GT au Japon qui débute ce week-end sur le circuit de Fuji.

Meurtri, comme tout l’archipel, par le terrible tremblement de terre de mars dernier et de l’effroyable ras de marée qui s’en suivait, le sport automobile nippon reprend lentement goût à la vie et, pour tous les fans, ce premier rendez-vous de la saison 2011 aura une valeur symbolique forte et sera empreinte d’une grande solennité.

Benoit nous expliquait au Mans dimanche dernier :

« J’étais à Tokyo le jour du tremblement de terre. Ce n’est pas lui qui m’a effrayé, mais le tsunami auquel j’ai assisté en direct à la télévision en ayant du mal à imaginer que c’était à 100 kilomètres seulement. Puis il y a eu Fukushima… Je suis parti peu après pour les essais Audi. Depuis, je ne suis pas retourné là-bas, mais j’ai eu l’équipe pratiquement tous les jours au téléphone ou par courriels. »

Et il concluait avec un brin d’émotion dans la voix:

« Ca me fait plaisir de revoir tout le monde même si j’y vais avec un peu d’appréhension. Cela dit, je ne me suis jamais posé le problème de savoir si je devais poursuivre ou pas à cause des interrogations liées au nucléaire car ce pays m’a tellement offert… »

Dimanche soir, Benoît quittait la ville du Mans pour un rapide passage à son domicile avant de s’envoler pour Tokyo.

Ce vendredi, il retrouvera l’écurie Motul Autech, son équipier Satoshi Motoyama et sa Nissan GT-R pour tenter de décrocher un nouveau titre après celui conquis en 2008.

Assurément sa saison 2011 démarre fort !
Test des 24 Heures, ouverture du Super GT au Mont Fuji puis les Six Heures de Spa , le tout en deux semaines !!!

Gilles Gaignault
Photos : Patrick Martinoli

24 H du Mans Le Mans

About Author

admin

Leave a Reply