L’ÉVENEMENT MOTO AU RICARD, JOLI SUCCÈS…

Le retour de la moto au Paul Ricard se devait d’être un succès.

Avec 17 000 spectateurs sur deux jours, l’opération séduction est  franchement réussie.

Cette organisation née dans l’imagination de Stéphane Clair, est une première. Ce qui prouve que les nouvelles idées dans le monde de la moto sont bien suivies.

Après le triomphe du Scorpion Masters d’Alès, et ses 20 000 spectateurs sur un seul jour, voici les deux belles journées de Pâques au Ricard.

La moto, ça roule !

UN CONCEPT MULTIPLE

Il s’agit donc d’un rassemblement, où l’on propose dans un cadre tout à fait exceptionnel et idyllique, aux spectateurs, un éventail important d’animations.

Traditionnelles avec la visite de pilotes historiques, le GRAND, l’immense « Ago », sa majesté Giacomo Agostini lui-même est venu, avec le cuir et surtout son inoubliable et légendaire MV Agusta.

Moto avec laquelle il a décroché quelques unes de ses … 122 victoires en GP et ses 15 titres de Champion du monde qui font qu’il ne sera surement jamais rattrapé

Tradition encore avec une belle expo de motos stars du vintage.

Et on n’y est pas allé de main morte !

260 motos en expo, qui ont quasiment toutes pris la piste !  A ces ‘’ bijoux ‘’ Il faut y ajouter une cinquantaine de motos de GP.

C’est dire si pour le plaisir des yeux et des oreilles, cet événement au Ricard aura été exceptionnel

Mais un rassemblement signifie aussi que les motards font leur propre animation. Autrement dit, ces deux journées de Pâques dans le cadre magnifique du tracé provençal situé sur le plateau du Castellet, étaient dédiées aux essais, sur route, sur piste, sur les chemins autour du circuit pour les adeptes du quad.

Et là encore, on a fait fort.

On pouvait bien sûr rouler au guidon de sa propre moto mais on pouvait aussi tester les nouveaux modèles du marché.
Inédit…Neuf constructeurs ont amené 140 motos en essai !

Aprilia, BMW, Ducati, Moto Guzzi, Honda, Kawasaki, KTM, Suzuki, Yamaha.

Au total, 1000 personnes ont pu ainsi monter sur les motos proposées, et même, sur le circuit, rouler accompagnées de Champions comme Philippe Monneret ou Hervé Moineau.

PUBLIC HEUREUX, ORGANISATEURS COMBLÉS…

La « Sunday Ride Classic », qui propose à ses adhérents de rouler pendant deux jours sur leurs motos de collection, s’est évidemment associée à cet évènement symbolisant le retour de la moto au Ricard.

Son créateur, Jean Pierre Bonato, résume les deux jours qui viennent d’avoir lieu.

«  Nous avons inventé un concept qui n’existait pas : réunir la moto dans toutes ses formes d’expression dans un même lieu – et pas n’importe lequel, le circuit Paul Ricard – c’est une idée qui fonctionne et qui plait, j’en veux pour preuve le succès de cette première édition. Si les opérations, rendez-vous et courses automobiles ont de plus en plus de succès depuis la réouverture du circuit, je suis tenté de dire que le circuit Paul Ricard restera toujours un peu la maison de la moto ».

Mais la conclusion que nous avons adorée est celle de la responsable de la presse du circuit, Marie Pierre Dupasquier.

Car, pour avoir été membre de l’organisation du Bol d’Or pendant des années et lorsque la prestigieuse compétition se déroulait ici en Provence après avoir quitté Le Mans et avant de filer à la fermeture du Ricard sur Magny cours, je le sais plus que quiconque, l’ennemie du circuit Paul Ricard, c’est… la mer !

La mer Méditerranée qui se trouve à un saut de puce du Ricard au pied des collines…

Quand nous avons papoté avec Marie Pierre en lui demandant son analyse sur cette grande première moto et ce depuis la réouverture du circuit, voici sa réponse.

« Il n’a pas fait aussi beau que nous l’aurions voulu, mais du coup, au lieu d’aller à la plage, ils sont tous montés au circuit » !!!

Bien vu. Historiquement bien vu.

Partout ailleurs dans le monde, le succès d’un évènement de sports mécaniques est d’abord conditionné par le beau temps.

Ici, c’est encore une exclusivité mondiale, c’est le contraire.

C’est pour cela que les motards sont chez eux au Paul Ricard.

Et personne, parmi les non initiés, ne peut comprendre cet aspect des choses.

Tant mieux !


Jean Louis Bernardelli
Photos : Eric Damagnez – Raymond Papanti – Jean-Claude Blanc – Florence Virgaux

Moto

About Author

admin

Leave a Reply