24 HEURES D’ENDURANCE AU MAROC : AND THE (FIRST) WINNER IS…PRO TRUCK!

C’est parti très fort !

L’idée, géniale, de diviser les 24 heures en quatre courses de six heures disputées sur quatre circuits différents, a pour conséquence, un rythme de course ultra- rapide.

Leader au soir du premier jour, où l’on a couru autour de Marrakech, le Pro Truck du quatuor Mazot-Godet-Vergeau-Galland.

QUATRE VRAIS GP…

Le monde des sports mécaniques tout-terrain connaît bien Jean Louis Dronne, ex membre du groupe « Il était une fois », qui s’est reconverti dans le rallye raid (Paris-Dakar, puis le département compétition de Larivière et le formidable Rallye de l’Atlas).

Enfin, il a volé de ses propres ailes en créant les 24 Heures TT de Paris à Chevannes dans l’Essonne.

L’EQUIPE SARTHE DE JEAN MARIE DAVOY

Une course de 24 heures tout-terrain, un vrai must avec un seul problème, et de taille, le terrain, quel qu’il soit, devenait une fondrière ou un champ de ruines au bout de quelques heures.
Totalement épuisant !

Mais bien sûr, il s’agit d’une course très sélective, et donc d’un évènement que les pilotes ont à coeur de courir et de gagner.

Jean Louis Dronne a eu l’idée de créer, parallèlement à cette course, un autre évènement, avec une philosophie différente. 

L’idée est de diviser l’épreuve en quatre tronçons de six heures, en changeant chaque jour de circuit pour retrouver au matin une piste neuve.

L’autre idée, pour donner un sens consensuel à la course, a été de favoriser les relais, en autorisant jusqu’à trois équipes par auto, chaque équipe étant composée d’un pilote et un copi.

Les licences étant les mêmes, on peut même inter changer pilote et copi sur un relais.

Ces deux éléments, piste neuve tous les jours et équipages neufs grâce aux nombreux relais donne des courses où, c’était évidemment le but, le rythme est très élevé.

On peut vraiment parler de quatre GP.

Tout ceci se passe au Maroc. Le premier se déroule à Marrakech, le second à Agadir, le troisième à Ouarzazate puis retour à Marrakech pour un nouveau circuit, différent de celui du premier jour…

Jean Louis Dronne a bien vu le coup, ces endroits sont des paradis du tout terrain.

Et les équipages s’en sont donné à cœur joie.

GP DE MARRAKECH

Vingt trois autos au départ, avec une boucle de 37 km.

On part à neuf heures du matin, et on s’arrête à 15 heures, c’est simple.

Pour des raisons de sécurité, il ya des temps de refueling obligatoires.

L’équipage Schlesser-Guehennec, à bord d’un buggy Chevrolet du Team MD Rallye Sport, prend d’entrée le contrôle de la course, ce qui est logique, on connaît et les capacités d’attaque du grand JL et surtout ses compétences superbes de pilotage à haute vitesse.

Sur ces pistes sinueuses du pied de l’Atlas, on met carrément 45 secondes d’avance à la concurrence, l’équipage espagnol Antonio et Victor Vico, sur une BMW X5.

Dans le deuxième tour, le grand en rajoute encore un peu et l’écart devient vraiment important. Mais un problème au niveau du moyeu arrière, va hélas arrêter la belle histoire.

L’équipage, qui comprend aussi Jean Marie Davoy et Georges Lansac, deux grands habitués de ce genre de course, finira quand même cinquième au général à moins de dix minutes des leaders, joli coup malgré une panne importante qui les a vus repartir dix huitièmes !

Alors devant ?

Bagarre de folie entre les espagnols « Vico y Vico » et le Pro-Truck de Marc Mazot, Philippe Godet, Yorrick Vergeau et Dominique Galland.

Un Pro Truck est un monstre, un Pick Up de course à l’américaine, sur lequel on peut monter plusieurs moteurs mais tous terriblement puissants, avec des suspensions et des débattements capables d’avaler des trous d’obus…

Il faut juste le dompter…

Par le passé Eric Vigouroux est le premier à y être parvenu !

Et dans le genre musclé, c’est une bagarre absolue. Le Pro Truck gagne ce premier GP, les « hermanos » Vico perdront même leur seconde place au profit du buggy SMG de Billaut, Boutron et Barbet.

Jean Louis Bernardelli
Photos : Alain Rossignol


Classement du GP de Marrakech.

1. Mazot-Godet-Vergeau-Galland (Pro Truck) en 5h55’59’’ – 2. Billaut-Boutron-Barbet (Buggy SMG) à 1’33’’ – 3. A. et V. Vico (BMW-X5) à 4’10’’ – 4. Demonceaux-Castan (Bowler) à 7’01’’ – 5. Schlesser-Davoy-Lansac-Guéhennec (Buggy-Chevrolet) à 9’12’’ – 6. Radelet-Kaket (Buggy Oscar) à 12’14’’ – 7. Ghidinelli-Gevrey (Mitsubishi) à 15’31’’ – 8. Arnal-Ascola (Mitsubishi) à 1 tour – 9. Hugounenq-David (Desert Waf) à 1 tour – 10. Diers-Barbry (Bowler) à 1 tour

Rallye-Raid

About Author

admin

Leave a Reply