BOL D’OR : VINCENT PHILIPPE PLACE LA BARRE TRES HAUTE ET LA SUZUKI EN POLE

 VINCENT PHILIPPE POLEMAN AVEC SA SUZUKI DU SERT

 

 

 

 

Il l’a fait. Nous l’en savions capable de réaliser cet exploit. Vincent Philippe a explosé la barre des 1’40, en affichant une  » pendule « de 1’39 »740 au guidon de la Suzuki N°1 du SERT.

Ses équipiers Freddy Foray et Anthony Delhalle, ne sont pas en reste car c’est le cumul des trois meilleurs temps de l’équipage qui qualifie la moto en pole de ce 75 ème Bol d’Or .

En 2010, la Superpole du pilote unique avait été attribuée à Matthieu Lagrive (1’40 »513) sur la BMW.

Les verts de chez Kawasaki ont réalisé également un énorme bon en avant en se classant second (1’40  »340 contre 1’41  »910 l’an passé) avec une nouvelle ZX-10R plus légère de 10 kilos. 
La fiabilité sera t-elle au rendez-vous ?
C’est la seule inconnue, mais la question est essentielle et élémentaire pour envisager toute victoire.
La BMW N°99 n’a pu reproduire sa performance de l’an passé . L’équipage, la machine et les pneus Michelin ne sont pas à remettre en cause, mais c’est du côté de l’organisation et de la préparation que le bât blesse avec un nouveau démantèlement de l’équipe, à une semaine de l’épreuve.
Sébastien Gimbert  (photo) se disait pourtant très satisfait du travail des hommes de Pascal Hérisson, le préparateur Manceau, qui lui avait donné une machine victorieuse en Sbkf. Le différent semble à mettre du côté financier.
Toutes proches et loin d’être battues, il faudra compter avec les Yamaha R1 du YART N°7 et du GMT N°94 , la Honda N°77 du team britannique composé des spécialistes du Tourist Trophy ou la National-Motos N°55.

Dans la catégorie Stocksport , beau 10ème temps au général (1’43 »070) de la GSX-R de série du Suzuki Junior Team N°72 qui devance même la Kawasaki Bolliger N°8.
Faisons un retour sur le meilleur temps réalisé par Vincent Philippe qui est le seul champion, susceptible d’égaler le record des 7 victoires de  » Tatave  » Lefèvre et de Dominique Sarron.
Vincent, avec une « vieille «  moto qui n’était pas techniquement la plus performante, comment as-tu réussi cet exploit ?
 » Il y a un an, avec la même machine (chrono 2010:1’41 »000) , je n’aurais pas cru pouvoir passer la barre des 1.40 au tour. Depuis le début de la semaine, je me sens facile sur la moto, capable d’aller très vite. Nous avons trouvé cette petite chose qui nous a permis de passer le cap. Le pneu Dunlop AR. est le même que l’an dernier, par contre l’avant a progressé. J’arrive à utiliser à 100% la GSX-R de tout ce qu’elle peut donner et comme je suis libéré , je me sens en forme . Hier, je sentais que j’avais des tours possibles en 1.39. Il fallait trouver le bon tour clair pour que  tout soit parfait. Mes deux collègues ont fait aussi du bon travail en améliorant ce matin leurs chronos de la veille.
En course, il faudra être très prudent car nous connaissons notre force ( équipe, stand, stratégie ) mais il faudra être conscient de ces points forts et  rester sage dans les dépassements avec les moins rapides (10 » au Tour ).
Par ailleurs, je suis très fier d’avoir été nommé ambassadeur de la ville de Besançon avec des valeurs à transmettre auprès des jeunes pour parler du sport de haut niveau ou de la sécurité routière « .

Le  » Patron «  du SERT, Dominique Méliand, félicité par Mr Driessen patron de BMW Alllemagne, savoure l’instant :
« 
 Deux choses sont essentielles dans un week-end de Bol d’Or. Même si la pole n’a pas d’importance , diront certains, moi je pense que c’est un peu la cerise sur le gâteau, la récompense de toute l’équipe technique. Le plus gros reste à faire. Nous partons conscients de la difficulté car toutes les autres marques sont là pour nous en faire baver.
Un quinzième Bol ? Pourquoi pas mais la course aura sa décision finale et nous verrons cela Dimanche à 15 heures ! « 
Rendez-vous est pris. La bagarre sera intense et le spectacle superbe.
Texte et photos:  Michel Picard

Moto

About Author

admin

Leave a Reply