F1 : SEBASTIEN VETTEL ET RED BULL SURVOLENT LE GRAND PRIX DE MALAISIE…

  

Sebastian Vettel et sa Red Bull-Renault ont comme il y a deux semaines en Australie, survolé ce dimanche le GP de Malaisie.

A nouveau poleman comme à Melbourne, le Champion du monde en titre, n’a laissé aucune chance à ses adversaires, écrasant la course, remportant avec une facilité déconcertante, sa douzième victoire en Grand Prix.

Et la quatrième d’ affilée, ayant gagné les deux dernières courses de la saison 2010 au Brésil et à Abu Dhabi.

Derrière le jeune Allemand, le podium est complété par Jenson Button et Nick Heidfeld.

Et ce suite à l’infime touchette ayant impliqué la McLaren de Lewis Hamilton et la Ferrari de Fernando Alonso, lesquels entrevoyaient une possible chance sur ce podium

Mais leur touchette, aussi légère fut –t’elle, a malheureusement pour les deux anciens Champions du monde, causé des dégâts, capot avant à changer pour le pilote Espagnol et une crevaison lente pour le Britannique, le contraignant lui aussi à repasser par son stand, les éliminant de la course à ce podium.

Du coup, de ce fait et comme en Australie, on retrouve malgré tout une Red Bull-Renault, une McLaren-Mercedes et une Lotus-Renault

Preuve qu’en ce début de saison 2011, ces trois équipes sont actuellement bien supérieures aux autres monoplaces.

A commencer par les Ferrari car seul le talent et l’incroyable détermination de Fernando Alonso, ont un moment pendant cette course, fait illusion et surtout fait croire à un rétablissement de la Scuderia, la rapprochant des meilleures que sont Red Bull-Renault, McLaren-Mercedes et Lotus-Renault

Hélas, l’accrochage avec Hamilton, l’a privé d’un possible accessit !!!

Mais revenons à Sebastian Vettel

Le tenant du titre réalise un début de Championnat tout simplement parfait.

Qu’on en juge:

Avec deux pôles et deux victoires, Seb s’offre le grand chelem. Après les deux premières épreuves, le pur produit Red Bull, compte déjà deux victoires au volant de sa RB7, incontestablement la monoplace la plus rapide du plateau.

Une fois la ligne d’arrivée franchie et ce nouveau succès assuré, il lâchait par radio à ses techniciens, lors du tour de décélération :

« Bien joué les gars ! »

Et il enchainait:

« Mais il faut garder la tête froide car tout n’est pas encore parfait » 

Allusion faite à sa course faite sans ce sacro saint KERS qui procure un réel avantage à ceux qui en disposent.

Mais revenons au déroulement de ce GP de Malaisie
Seb Vettel s’élançait depuis la pole en pneus "tendre"

Immédiatement, le Champion du monde creusait déjà l’écart sur son premier poursuivant.

Lequel n’était autre que son compatriote, l’étonnant Nick Heidfeld qui remplace on le sait l’infortuné polonais Robert Kubica  – en longue convalescence suite à son accident en rallye en février dernier –  et auteur d’une sensationnelle envolée au volant de sa très performante Litus-Renault. Suivaient les McLaren ‘ boys, Hamilton et Button

Après la première vague des arrêts aux stands, la hiérarchie donnait Vettel suivi au rythme des stops par les pilotes McLaren, Lotus-Renault et Ferrari.

Et Webber, direz-vous ?

Ne disposant pas du KERS, il s’est trouvé englué au milieu du peloton  et a connu un GP des plus difficiles

Au commandement, à l’avant Vettel continuait de caracoler, Lewis Hamilton accusant quatre à cinq secondes de retard.
Mais le Champion du monde s’inquiétait par radio s’étant vu signifier l’interdiction d’utiliser le système de récupération d’énergie (KERS) et les 80 chevaux supplémentaires, allant avec.
Manifestement, Seb aurait bien aimé  pouvoir en disposer pour se tranquilliser  mais il recevait confirmation qu’il ne pourrait plus l’actionner jusqu’à l’arrivée.

Cela ne l’empêchait pas au fil des tours d’accentuer son avance car il haussait même le très haut niveau de son pilotage, démontrant qu’il avait la haute main sur ce GP, s’envolant ainsi vers sa douzième victoire en Formule 1.

 LA TOUCHETTE ALONSO-HAMILTON

Débarrassé de Nick Heidfeld car passé plus tôt au stand changer de pneumatiques, Lewis semblait renouveler sa performance de Melbourne et viser la seconde place.

Hélas le Champion du monde 2008 allait été pénalisé par un arrêt à son stand  plus long que d’ordinaire pour monter des gommes neuves (38éme des 56 tours) . De ce fait, il ressortait derrière son propre  coéquipier Jenson Button.

A ce moment, les positions étaient les suivantes :

En tête, Vettel.

Suivaient Button, Hamilton, Alonso, Heidfeld, Massa, Webber, Petrov, Kobayashi et Michael Schumacher

Mais alors qu’il ne restait que dix tours à boucler, une formidable lutte mettait aux prises Hamilton et Alonso

Mais l’ancien double Champion du monde, impatient d’en découdre et de dépasser la McLaren, dans un déboîtement audacieux pour doubler Lewis, heurtait avec son capot, son pneu arrière droit.

Et ce qui devait arriva…

Les deux hommes allaient hélas pour eux devoir repasser par leurs stands respectifs.

Arrêts qui inévitablement les condamner à ne viser qu’une place dans les points (les dix premiers) ne pouvant plus espérer monter sur le podium, Button, Heidfeld, Massa étant passés…

Cet accrochage permettait donc à Button de finir second et offrait à Heidfeld une occasion inespérée de remonter sur un podium. Ce qui ne lui était plus arrivé depuis … Sepang lors du GP 2009 !!!

L’Allemand, digne remplaçant de Kubica avait auparavant réalisé une magnifique course, se permettant plusieurs dépassements audacieux dont un sur Hamilton.

Débarrassé de la menace Hamilton, Nick résistait ensuite en fin de GP, au retour de la seconde Red Bull –Renault de Mark Webber, d’une part très mal parti sans le KERS et ensuite contraint de stopper à quatre reprises contre trois à la majorité des pilotes

Un ultime coup de théâtre survenait en toure fin du GP lorsque le jeune Russe, Vitaly Petrov, superbe troisième en Australie et qui après une bonne course, semblait s’acheminer vers une belle huitième place, lorsque soudain sa monoplace décollait sur une bordure.

Dans le vol plané et son retour avec la piste, cela avait pour effet de briser sa direction lors de l’atterrissage.

Petrov privé de direction et son volant s’avérant inutile, sa monoplace incontrôlable, finissait par heurter un panneau en mousse annonçant ‘’freinage à 150 mètres’’

Dommage car Vitaly avait été jusqu’alors brillant, confirmant que son podium de Melbourne, n’était pas du qu’aux circonstances et au hasard !!! 

Finalement, Vettel l’emportait devant Button et Heidfeld. Suivaient dans l’ordre, Webber, Massa et Alonso.

Puis Hamilton, Kobayashi, Michael Schumacher neuvième et Paul Di Resta, le petit nouveau, le ‘’ rookie’’ qui débarque du DTM

Redescendu du podium, il expliquait:

« Le départ a été crucial. J’ai pensé qu’il avait été bon, et j’ai vu Lewis surgir à côté de moi. Au premier virage, ce fut une surprise de voir du noir dans mes retro. J’ai pensé que c’était une Renault. Pour le premier relais, c’était une bonne affaire car j’ai pu creuser l’écart, tour après tour. La course a été complètement différente d’il y a deux semaines. Ici, c’était bien plus serré, avec plus de pit stops à cause des pneumatiques. Quand on s’arrête, on ne veut pas être le premier, on veut en faire le moins possible et on redoute qu’une autre personne ne prenne un avantage avec de nouvelles gommes et vous couper l’herbe sous le pied. Ce ne fut pas une course facile mais dans le final Lewis a eu un problème et Jenson était derrière.»

Et l’heureux vainqueur d’ajouter:

« Je suis ravi car j’adore ce que je fais et je ne pouvais imaginer être plus heureux aussi tot dans la saison. C’était tout de même serré ici. Il faut rester calme et continuer nos efforts, mais tous les gars savent comment procéder et poursuivre leur superbe job »

Si le Champion du monde affichait une mine réjouie, que dire de son équipier Australien, bien moins satisfait de son GP:

« Ma course a été dure. Je ne suis pas bien parti et j’ai eu en même temps une défaillance du KERS. J’étais largué dans le premier virage. Au cours des trois ou quatre premiers tours, j’ai bien tenter de dépasser plusieurs pilotes mais ils me revenaient toujours dessus dans les lignes droites. C’est dur de détacher quand on n’a pas le KERS. Néanmoins, je suis revenu grâce à une bonne stratégie pour prendre de bons points, c’est déjà ça. Ce n’était pas mon jour et je suis vraiment trop déçu de ne pas monter sur le podium. »

Quant à Jenson Button, ravi de sa course, lui il poursuivait:

« D’une certaine manière c’était une course très confuse.Il fallait comprendre, ou plutôt essayer de comprendre ce que changeait les arrêts aux stands, et s’il fallait faire attention aux pneus ou pas. C’était tout de même assez piégeux !»

Et, il enchainait:

« Lors du dernier relais en pneus durs, la voiture est revenue à son vrai niveau, j’avais beaucoup plus de grip. L’équipe me disait de surveiller mes gommes et de ne pas trop attaquer. Mais dans l’esprit d’un pilote, tu veux toujours aller le plus vite possible et essayer de rattraper le leader, même si tu sais que c’est difficile. Mais je suis heureux de cette deuxième place et des 18 points qui vont avec. Nous avons beaucoup progressé récemment, et j’ai hâte d’être en Chine, je pense que nous pouvons y défier Red Bull.»

Peu après l’arrivée, on apprenait que Lewis Hamilton et Fernando Alonso étaient pénalisés de 20’’ !

Le premier nommé pour avoir changé plusieurs fois de trajectoire devant la Ferrari de Fernando Alonso. Cela a pour effet de le rétrograder de la septième à la huitième place.

Le second, étant  lui pénalisé pour avoir touché Hamilton à l’arrière et avoir endommagé son pneu. Mais cette pénalité ne l’empêchait nullement de conserver sa sixième place son avance étant plus importante…

Pour mémoire, rappelons que l’ancien Champion du monde avait bénéficié de la … complaisance de son compatriote, Johnny Herbert, représentant des pilotes dans le collège des commissaires du Grand Prix de Malaisie, ici-même à Sepang, il y a un an !

Le pilote McLaren avait juré que ses zig-zag devant la Renault de Vitaly Petrov, n’étaient pas en soi de volontaires changements de trajectoire.

Sa mauvaise foi  à l’époque était plus qu’évidente mais entre Anglais…

Douze mois se sont écoulés et cette fois l’ancien pilote italien, Emmanuelle Pirro, délégué cette année auprès des stewards à Sepang, a fort heureusement sévi et fort logiquement puni Hamilton

Arrivé septième …18 secondes seulement devant la Sauber de Kamui Kobayash, Lewis Hamilton rétrograde donc au huitième rang au profit du Japonais

Lewis qui racontait:

« Mes pneus ont beaucoup perdu en cours de GP. Nous avons fait notre premier arrêt trop tôt. A chaque fois nous sommes rentrés avant tout le monde et mes pneus étaient très abîmés sur la fin. C’était une de ces journées où il vaut mieux rester calme et faire avec. C’est la course, je n’y peux rien. Je suis parti deuxième et j’ai tout fait pour rester devant, je n’ai rien d’autre à dire.»

Dés dimanche prochain, nouveau GP avec la troisième manche 2011 programmé à Shanghai en Chine.

Christian Colinet
Photos : Bernard Asset- Teams –Red Bull -Pirelli 

 LE CLASSEMENT DU GRAND PRIX DE MALAISIE

1 – Sebastian Vettel (Red Bull RB7-Renault) : 56 tours en 1h37’39"832
2 – Jenson Button (McLaren MP4/26-Mercedes) à 3"261
3 – Nick Heidfeld (Renault R31) à 25"075
4 – Mark Webber (Red Bull RB7-Renault) à 26"384
5 – Felipe Massa (Ferrari 150) à 36"958
6 – Fernando Alonso (Ferrari 150) à 57"248 *
7 – Kamui Kobayashi (Sauber C30-Ferrari) à 1’07"239

8 – Lewis Hamilton (McLaren MP4/26-Mercedes) à 1’09"957 *
9 – Michael Schumacher (Mercedes MGP W02) à 1’24"896
10 – Paul Di Resta (Force India VJM04-Mercedes) à 1’31"563
11 – Adrian Sutil (Force India VJM04-Mercedes) à 1’45"000
12 – Nico Rosberg (Mercedes MGP W02) à 1 tour
13 – Sebastien Buemi (Toro Rosso STR6-Ferrari) à 1 tour
14 – Jaime Alguersuari (Toro Rosso STR6-Ferrari) à 1 tour
15 – Heikki Kovalainen (Lotus T129-Renault) à 1 tour
16 – Timo Glock (Virgin VR02-Cosworth) à 2 tours

* Penalisé de 20"

Meilleur tour : Mark Webber en 1’40"571

ABANDONS
9° tour – Pastor Maldonado
15° tour – Narain Karthikeyan
23° tour – Rubens Barrichello
24° tour – Sergio Perez
32° tour – Jarno Trulli
43° tour – Jerome D’Ambrosio
47° tour – Vitantonio Liuzzi.
52° tour – Vitaly Petrov


LE CLASSEMENT PROVISOIRE DES PILOTES

1 : Vettel (50 points)
2 : Button
(26 pts)
3 : Hamilton
(24 pts)
4 : Webber
(22 pts)
5 : Alonso
(20 pts)
6 : Petrov et Heidfeld
(15 pts)
8 : Massa
(12 pts)
9 : Kobayashi
(6 pts)
10 : Michael Schumacher (2 pts)
11.Buemi et Di Resta (1pt)

LE CLASSEMENT DES CONSTRUCTEURS

1 : Red Bull-Renault (72 points)
2 : McLaren-Mercedes (50 pts)
3 : Ferrari (32 pts)
4 : Renault (30 pts)
5 : Sauber-Ferrari (14 pts)
6 : Mercedes (2 pts)
7 : Toro Rosso-Ferrari et Force India-Mercedes (1pt)

F1

About Author

admin

Leave a Reply