GP D’ESPAGNE A JEREZ : LE JUGEMENT DE LA PLUIE : DOUBLE ESPAGNOL EN MOTO GP

Le GP a duré 11 tours !

Il en a pourtant bien fait 27 comme prévu mais au bout de 11 tours de folie absolue, disputés sur piste mouillée, le destin a choisi son élu du jour.

Ce serait Lorenzo, qui se faisait carrément tourner autour par les autres du groupe de tête (les aficionados diront qu’il a été sage !), qui prend donc de gros points sans avoir démontré de réel esprit de guerrier…

Mais il reste en piste quand les autres sont à plat ventre.

Vae victis, malheur aux vaincus !

Ainsi va la vie !!!

BATAILLE DE DIEUX

124 000 spectateurs !

Comme d’hab, les pilotes Espagnols savent et parviennent à rassembler et réunir leurs supporters. Heureuse Espagne qui brille sur 2 et 4 roues (Alonso, pardi)

Devant leur public, les pilotes espagnols devaient faire forts et ils ne sont pas passés à côté de leur destin.

Lorenzo vainqueur, Pedrosa second, VIVA Espana !

Et, la pluie ayant fait de gros dégâts, les bonnes places sont à prendre et la Ducati de … Nicky Hayden est sur le podium !

Course démente !

Nous avons dit en fin d’année dernière que Stoner serait Champion du Monde s’il ne finissait pas trop à plat ventre, et fidèle à sa légende, il est en pole position.

Devant  les deux Dieux espagnols soutenus par toutes les tribunes, pleines a craquer :

Pedrosa et Lorenzo.

Rossi a raté ses essais chronos, il est loin, seulement douzième sur la grille de départ.

De Puniet, notre petit Français (photo), en revanche a bien roulé en chronos, il est sept.

Voilà, il pleut sur la grille de départ et l’on ne voudrait pas être à la place des pilotes !

En revanche, on sait que ce sera énorme. Et ça l’est dès le départ. Pedrosa se loupe, Stoner est leader devant Lorenzo, Simoncelli est trois.

C’est parti pour 27 tours de FOLIE !


SIMONCELLI GIGANTE !

 

C’est un Géant dans la vie, plus d’un mètre quatre vingt, c’est un dieu géant sur la piste.

Au guidon de sa Honda privée, Simoncelli roule incroyablement fort. Alors que Lorenzo fait les deux seuls vrais bons tours de son GP, remontant sur Stoner, Simoncelli bat le record du tour.

C’est presque classique mais c’est toujours superbe. Cela va vraiment devenir géant quand l’arrière se met à entrer dans l’histoire.

Rossi fait en effet une course de folie. C’est évidemment sur le mouillé que l’on voit qui sont les très grands.

Autre avantage pour Valentino, sur piste mouillée, les freinages sont moins violents, son épaule le fait donc moins souffrir.

Parti 12, il est vite sixième, puis il passe Spies et Dovizioso et se retrouve quatre !

Et ça bouge aussi devant.

Simoncelli passe Lorenzo, il l’enrhume même (jargon motard, on passe un autre pilote si vite que l’on fait un grand courant d’air et du coup on l’enrhume !), puis il passe Stoner.

Ce génie de la piste qu’est Simoncelli est en tête du GP dans sa configuration la plus dangereuse, sous la pluie.

On roule depuis 5 tours, on est à 22 tours de l’arrivée… 

 

LE (COURT) TRIOMPHE DE ROSSI

Donc, on rappelle que dans l’ordre, on trouve Simoncelli, Stoner, Lorenzo et Rossi ! Un vrai carré d’as, un rêve de fan de GP…

Et Rossi passe Lorenzo, il est podium…virtuel.  Il attaque Stoner par l’intérieur.

C’est ici que le GP chavire. IMMENSE clameur !

Sous les hourras du public espagnol peu sportif certes mais les aficionados sont ainsi, Rossi glisse et entraîne …Stoner.

Disons le tout net : les deux meilleurs pilotes au monde se mettent au tapis ensemble.

Rossi est le fautif, il ira d’ailleurs s’excuser auprès de Stoner à l’arrivée.

On est à 20 tours de la fin.

L’immense histoire est amputée d’un grand bout mais il reste un truc énorme, Simoncelli est en tête, un boulevard devant Lorenzo, ‘’LE’’ Champion du monde !

Chez lui devant son public tout acquis à la cause… de Lorenzo

Derrière ce diable de Simoncelli, on trouve Lorenzo, Hayden, Spies, Pedrosa.

De Puniet, après un mauvais départ est remonté à une belle neuvième place. Il passe d’ailleurs Dovozioso et devient huitième.

C’est encore, vraiment, un beau GP.


NOUVEAU CHAVIRAGE DE L’HISTOIRE

Lorenzo déçoit incroyablement son public car s’il est dans ce qu’il reste du groupe de tête, il n’est vraiment pas dans le coup.

Et puis, l’incroyable se produit ! Nouveau coup de théâtre !!!
Simoncelli largement en tête  se casse la g…, tout seul.

Ne pas avoir de pilote devant et rester concentré est ce qu’il ya de plus dur au monde et Simoncelli vient de passer à côté de son destin.

On est à 16 tours de l’arrivée et Lorenzo qui se faisait tourner autour se retrouve, leader en tête

Le GP est fini ?

Pour ce qui concerne la tête oui. Pour le reste, la loterie continue, et elle continue d’être cruelle

De Puniet abandonne à 10 tours de la fin. Crutchlow, du Team Français Tech 3, qui était cinq, chute aussi.

Et, du coup c’est Spies qui  à son tour devient un héros.

Il passe Hayden  mais il apparaît tout de même clairement ici que la Ducati est réglée comme une horloge sur sol glissant… et passe aussi un Pedrosa en perdition, sur des pneus- pluie très usés.

Ben Spies deux, voilà donc un triomphe Yamaha pas vraiment prévu !

Mais à trois tours de l’arrivée, Ben Spies va aussi mesurer la piste avec les bras.

Edwards, l’autre pilote de Tech 3 est un moment troisième mais il va aussi dans le bac à gravier à… un tour de l’arrivée !!!

Il est grand temps que ça se termine, sinon le combat se fera sans combattants !

Finalement le destin offre la victoire à  Jorge Lorenzo, devant Dani Pedrosa et Nicky Hayden.

Ce qui est une très belle performance pour les Ducati officielles si mal en début de saison.

Clin d’œil. Rossi, qui a réussi à repartir après son accrochage avec Stoner, finit sixième.

C’est surnaturel ce GP !

Vivement le prochain, ce sera au Portugal. Ou Stoner (photo) voudra sa revanche

Jorge Lorenzo a réalisé une excellente performance à Jerez pour s’imposer devant son public et pour la première fois de la saison.
Prudent dans des conditions très difficiles, l’Espagnol est resté dans la lutte pour le podium pendant plusieurs tours et s’est retrouvé en tête de la course suite aux chutes de Stoner, Rossi et Simoncelli.

Le Champion du Monde en titre a ensuite filé vers la ligne d’arrivée pour s’imposer pour la première fois de l’année mais aussi prendre la tête du classement MotoGP, avec un total de 45 points et 9 points d’avance sur Pedrosa, qui a terminé deuxième de la course.

Interogé à sa descente du podium, il expliquait :

« J’ai rarement dû être aussi patient dans une course. C’est une grande victoire, dont j’avais besoin et dont je suis très content. C’est la première fois que je gagne sur piste mouillée, c’est une première ! Nous travaillons dur pour améliorer la moto et marquer le maximum de points. Le Roi d’Espagne m’avait dit qu’il me porterait chance lorsque nous nous sommes vus à Madrid en février et c’était vrai ! Avec le niveau de cette année je ne m’imaginais pas être leader au bout de deux courses. Je suis vraiment très heureux d’avoir gagné, surtout que mes amis de Yamaha Indonesia avaient fait le déplacement pour nous soutenir. ‘Semakin di Depan’ signifie ‘Avoir un temps d’avance’ et c’était notre cas aujourd’hui ! »

Son coéquipier Ben Spies a manqué son premier podium MotoGP en tant que pilote Yamaha officiel, en chutant bétement, on l’a dit, à trois tours de l’arrivée alors qu’il occupait la seconde position.

Il raconte :

« Ce n’était pas vraiment une course, ça s’est surtout joué à l’usure. Une fois arrivés en quatrième position derrière Nicky, je savais que je pouvais passer devant et j’ai donc attendu le bon moment. Dani n’avait que quelques secondes d’avance et j’étais sûr de pouvoir lutter pour le podium. J’ai progressivement commencé à le rattraper. Jorge se dirigeait vers la victoire et nous aurions pu faire le doublé. J’ai tout donné et j’ai rattrapé Dani. Une fois devant lui je savais que nous étions assurés d’avoir la seconde place et qu’il ne pouvait plus nous rattraper mais il fallait que je ne fasse aucune erreur. Je suis allé moins vite dans tous les virages, en avançant vraiment tranquillement et je me suis tout à coup retrouvé par terre. C’était évidemment de ma faute mais selon les données enregistrées j’allais moins vite que sur le reste de la course. Je pense que les pneus ont été très sollicités ce qui nous a limité aujourd’hui. Le public a par contre eu le droit à un beau spectacle ! »

Au classement mondial, Lorenzo compte 45 points. Il mène devant Pedrosa (36 pts) et Casey Stoner (25 pts)
Rossi totalise lui 20 points précédé par Nicky Hayden (23 pts)

PREMIER PODIUM POUR LE FRANÇAIS ZARCO EN 125cc

En 125cc, Nicolas Terol sur Aprilia s’est adjugé son deuxième succès de la saison – après sa victoire au Qatar- en devançant  l’Allemand Jonas Folger également sur Aprilia et le tout jeune Français, Johann Zarco qui pilote lui une Derbi et qui décroche le premier podium de sa carrière.

Au classement provisoire du Championnat du monde, Terol, avec ce septième succès depuis le début de sa carrière, conforte sa place de leader, totalisant 50 points

Son actuel dauphin, l’Allemand Jonas Folger pointant à 19 points. Suivent dans l’ordre un autre Allemand, Sandro Cortese (30 pts) et le jeune loup tricolore Johann Zarco (26 pts)

En Moto2, la victoire est revenue à l’Italien Andrea Iannone qui précède le Suisse Thomas Luthi, tous deux sur une Suter.

Côté Français, ni Cluzel, ni Di Miglio ne terminent la course

Jean Louis Bernardelli
Photos : MotoGP

Moto

About Author

admin

Leave a Reply