GP DE VITESSE MOTO AU QATAR : C’EST PARTI ! …. C’ETAIT ECRIT : STONER DEJA DEVANT

C’était écrit !

Les trois pilotes qui ont fait les pole- positions des trois catégories de ce Championnat du Monde de Vitesse, première épreuve au Qatar à Losail, ont gagné les courses qui ont suivi.

Peu de suspense donc mais du spectacle à couper le souffle.
Comme d’habitude, nous vivrons une saison phénoménale en ne comprenant pas comment les ténors (les autres non plus d’ailleurs…) font pour rester sur les motos…

125 : LA NOCHE DE ESPANA…

On se souvient que l’an dernier, les trois titres de GP Moto de Vitesse ont tous été remportés par des pilotes espagnols. 

On se souvient aussi que le pilote officiel Aprilia, Nicola Terol, a raté le titre d’un cheveu, derrière son compatriote Marquez, qui est monté cette année en catégorie Moto 2.

Cette année, Terol n’a clairement pas l’intention de se faire avoir une deuxième fois, il est vrai aussi que Marquez absent, c’est une motivation de plus pour le pilote Aprilia.

Il a commencé le week-end par la pole. Le dimanche soir venu, il a gagné. Il a triomphé.

A Losail, au Qatar, on roule de nuit, c’est joli à la TV, il fait moins chaud que la journée et ça permet aux émirs de claquer quelques milliards de plus,Losail se prononce « Loseille » en se fichant éperdument du politiquement correct européen qui consiste à faire des économies d’électricité et de vivre idéalement dans le noir !. 

Terol n’a pas fait de détail.

Parti en tête, il fait la course sans vraiment d’adversaire au point qu’en fin de GP, histoire sûrement d’économiser du carburant !!!), il a rendu la main, tout en collant plus de dix secondes au suivant, Sandro Cortese (qui est allemand comme son nom ne l’indique pas vraiment…)

Le troisième, Sergio Gadea, est espagnol, il est descendu d’une marche puisqu’il était l’an dernier en Moto 2, et son Team est parrainé par Paris Hilton (il voit donc la vie en rose ?) il est également pilote Aprilia ce qui fait qu’à défaut de pilote, l’Italie fait gagner ses motos.

Les français ont plutôt bien commencé l’année, Zarco est sixième et Rossi a attrapé le dernier point à prendre, avec sa quinzième place.

Comme la prochaine manche aura lieu le 3 avril en Espagne, à Jerez, il est à prévoir que devant son public,Terol va être un vrai tueur. Pour les autres, la saison risque de se dérouler avec des bagarres au couteau, mais derrière l’épouvantail Terol…

 

MOTO 2 : DEUTSCH NACHT 


Stefan Bradl est allemand, il roule pour le team allemand Wiessmann Kiefer Racing. Il a décroché aux essais chronos la première pole de sa carrière et elle était « meu-meu » la pole, contre du monde incroyablement doué.

Par exemple contre Marc Marquez, Champion du Monde 125 l’an dernier et qui a failli rafler la mise pour son premier GP en Moto 2.
Bradl l’a donc fait à la Terol, échappée comprise (il met sept secondes à la concurrence…).

Parti en tête, il est  arrivé tout seul en tête. L’italien Andrea Iannone est second, le Suisse Tom Lüthi est troisième.

La catégorie est intéressante, c’est celle où l’on trouve le plus de pilotes, ce qui est logique, les coûts sont volontairement diminués par les règlements (moteur unique pour toutes les écuries par exemple), elle a offert l’an dernier des bagarres d’une violence rare, mais bien sûr, les grands constructeurs étant absents, le public a du mal à se reconnaître dans  une course sans marques…

Cela dit, les pilotes offrent en spectacle largement de quoi oublier l’incognito relatif des constructeurs de cette catégorie. Il ya quand même des noms de team qui parlent, Gresini ou Tech 3 par exemple, qui participent au Championnat du Monde de Vitesse  dans d’autres cylindrées.

Côté français, belle journée pour Jules Cluzel, qui est septième. Beau résultat aussi pour le Team français Tech 3 qui prend une jolie 9ème place avec son pilote (…anglais !) Bradley Smith, dont c’est la première course en Moto2.

Dans le genre découvreur et accompagnateur de talents, Hervé Poncharal a encore fait fort !

Pour les autres pilotes français, c’est plus mitigé.  Mike di Meglio est 19ème et Valentin Debise 23 ème.

MOTO  GP: IT WAS WRITTEN ! …. STONER EST BIEN DEVANT

 
On se souviendra éventuellement de ce passage, le plus beau peut-être du livre de Lawrence (d’Arabie) « Les  Sept Piliers de la Sagesse ».
 

Le sort d’un homme en perdition est en jeu. Pour les bédouins, sa mort est évidente. « Mektoub ! » autrement dit « c’est écrit ». Lawrence sauve l’homme, le ramène triomphalement au camp, et écrira ensuite « Nothing is written », « Rien n’est écrit… ».

Et bien cher Lawrence, vous auriez fait un très mauvais pronostiqueur dans le MotoGP… ce qui se passe est écrit. Nous l’avons écrit.

Nous avons prédit dans ces lignes, et ce depuis des mois, que s’il ne se fait pas mal, Stoner sera Champion du Monde sur une Honda qui est un missile. 

Nous avons failli douter. Presque un tour quand la Yamaha de Lorenzo a fait semblant de lutter… Stoner a pris les commandes, il est le plus fort (quand il n’est pas à plat ventre…) et sa Honda est meilleure partout. En accélération, en ligne droite, en courbes rapides, en virages lents.

Elle bouge plus que la Yamaha, ce qui fait d’ailleurs qu’elle est plus spectaculaire, mais le fait est là, le duo Stoner-Honda est intouchable.

La preuve de la supériorité de Honda ? la marque place quatre motos dans les cinq premières places ! Stoner, Pedrosa, Dovizioso et Simoncelli (photo)!.  

D’ailleurs, Pedrosa a cru que ça suffisait, une bonne moto, pour aller chercher le Champion du Monde, Lorenzo. Il l’a passé, avec beaucoup de panache d’ailleurs, dans la ligne droite, à près de 330 km/ h, et… dans l’herbe !

Il a même été chercher Stoner pendant quelques tours, Pedrosa a du talent et il a vraiment roulé comme un dingue. Après, les fondamentaux reviennent… Stoner est repassé en tête et, c’est dans les gènes de la soirée qatari, il a lâché tout le monde et on ne l’a plus revu.

Stoner qui raconte :

« Je ne pouvais pas rêver d’un meilleur début de saison, mais il va falloir garder les pieds sur terre et continuer à travailler. J’ai gagné ce GP du Qatar pour la cinquième fois en tirant les leçons du passé, l’an dernier, j’étais parti comme une balle en tête et je m’étais ramassé au 6ème tour ! J’ai donc laissé passer Pedrosa et même Lorenzo. Le premier tour a été très dur, ma moto avec le plein d’essence est difficile. Après, au fil des tours, c’était beaucoup mieux jusqu’à l’arrivée.»

Lorenzo a fini par passer Pedrosa, et c’est encore dans le droit fil de ce que nous avions prédit dès le mois de novembre dernier, le pilote espagnol Champion du Monde se battra fort pour ne pas se faire décrocher.

Bon, au passage, un chiffre effarant sur cette compétition surnaturelle qu’est le MotoGP, ex 500, toujours, même si ce terme est ringard et plus très utilisé, « catégorie Reine ».
Catégorie divine surtout.

Sur la chaîne NT1, où il officie brillamment, Laurent Corric a calculé que sur 17 pilotes inscrits dans cette catégorie…14 sont Champions du monde !!! Et oui.

Alors c’est sûr, chaque seconde de cette course est un moment de légende !

Rossi par exemple, qui (c’était écrit…) peine au guidon de sa Ducati officielle, finit quand même septième, après s’être battu comme un enragé avec la Yamaha de Ben Spies, lutte démentielle où la Yamaha-rail (qui ne bouge pas d’un poil en jargon moto) a tenté plusieurs fois en vain de passer la Ducati-rodéo que Rossi, génial metteur au point, devra dresser (lourde tâche !).

Rossi qui explique à l’arrivée :

« Nous ne sommes pas ici pour aller chercher une septième place mais il y tout de même des choses positives dans cette course. Nos temps au tour étaient corrects. J’ai fait un super départ, et ça c’était un truc génial, parce que la puissance de la moto est un gros plus à ce moment. Puis j’ai fait une erreur, je me suis retrouvé collé derrière Barbera (Ducati privée…) pendant plusieurs tours. Sinon, je pense que j’aurais été proche de Simoncelli et Dovizioso. Cela dit, même en étant avec eux, je ne les aurais pas battus, en fin de course, je n’arrive plus à piloter à fond. J’avais le même problème l’an dernier avec la Yamaha, ce n’est donc ps la Ducati qui est en cause mais moi. Cela dit, on a encore du boulot. Les autres ont fait des pas de géant dans la progression de leurs motos. Nous avons donc trouvé pendant ce GP certaines solutions à long terme qui seront mises en œuvre je pense à la mi-saison. Au court terme, nous allons juste régler la moto et en ce qui me concerne, il faut que je continue à récupérer physiquement pour pouvoir faire un GP entier à fond »

Tout le monde a voulu être digne de ce premier GP de la saison, on s’est battu partout, et jusqu’au bout, à l’exception de trois pilotes malheureux, Randy de Puniet qui est tombé en début de course, Toni Elias qui lui a attendu les derniers tours pour aller mesurer la piste avec les bras, et Bautista qui s’est cassé la jambe aux essais. 

Et il faut imaginer que la Ducati va forcément, un moment dans l’année, rejoindre ceux qui se battent devant, avec un Rossi ayant une envie folle de revanche !

Voilà, c’était un avant goût d’une saison qui sera démentielle. Sur cette prévision là, nous n’avons guère de mérite mais tant mieux, on piaffe d’impatience. Prochain GP en Espagne, à Valence, le 3 avril.

Jean Louis Bernardelli

Photos : MotoGP

Résultats Moto GP

 

1, Casey Stoner, Honda HRC. 2, Jorge Lorenzo, Yamaha Factory à 3,440 secondes. 3, Dani Pedrosa, Honda HRC, à 5 »051. 4, Andrea Dovizioso, Honda HRC, à 5 »942. 5, Marco Simoncelli, Honda Gresini, à 7 »358. 6, Ben Spies, Yamaha Factory, à 10 »468. 7, Valentino Rossi, Ducati MotoGP, à 16 »431. 8, Colin Edwards, Yamaha Tech 3, à 26 »293. 9, Nicky Hayden, Ducati MotoGP, à 27 »416. 10, Hiroshi Aoyama, Honda Gresini, à 28 »920. 11, Cal Crutchlow, Yamaha Tech3. 12, Hector Barbera, Ducati Aspar. 13, Karel Abraham, Ducati Cardion 

Abandons. DNF (Did not finish) : 

Toni Elias Honda LCR, Loris Capirossi Ducati Pramac, Randy de Puniet Ducati Pramac, Alvaro Bautista Suzuki MotoGP

Moto

About Author

admin

Leave a Reply