12000 ULTIMATE: DE BUDAPEST A VENISE

 

Journée 10: Budapest – Vienne

Je redécouvre Budapest de jour et ensoleillé, toujours aussi magnifique. Je ne suis pas objectif, j’adore cette ville.
Mais je ne prend pas de risque en pensant que tous les équipages Ultimate vont adorer flâner le soir dans cette capitale ou prendre leur temps le jour suivant pour un petit tour en voiture à travers la ville.

Je me balade dans le centre ville ce matin, aujourd’hui, j’ ai le temps. Et je sens le besoin d’une bonne marche après tous ces kilomètres dans la Porsche, abattus jour après jour.

J’ai pris l’appareil photo, il y a tellement de beaux clichés à réaliser. Et finalement, jouer un peu le touriste dans un tour d’Europe, me parait une chose naturelle.

Comme je l’ai dit hier, je ne vais pas m’étaler sur Budapest, venez constater vous-même !!!

Je suis bien reposé, et je sais que l’itinéraire du jour est court, alors je suis vraiment détendu au volant, et nous allons en profiter aujourd’hui pour des séquences en caméra GoPro (petit caméra à ventouse à installer sur la carrosserie pour des prises vidéos originales).
 

 

On passe sur le pont emblématique de la ville, Széchenyi-Lánchíd (pont des Chaînes), et on sort de Budapest, en direction de l’Autriche. Avec un itinéraire de 242km, autant vous dire que pour nous après les longues journées précédentes, ce parcours correspond à un saut de puce !

L’autoroute est en excellent état, nous positionnons la GoPro à chaque arrêt Parking-autoroute sur 5 endroits différents.
Nous allons avoir un excellent résultat sur la vidéo du DVD 12000 Ultimate Wikango 2011

« La reconnaissance » (sortie officielle Avril 2011)… PUB !

Le temps de plusieurs prises de vue, et nous voilà déjà à la frontière Autrichienne. Je paye mon ticket autoroute, à coller sur la pare-brise, car ici pas de barrières mais des contrôles vidéos permanents pour identifier votre voiture, et votre comportement de conducteur.

Vraiment rien de passionnant en cours de route, sinon que nous passons à cote d’un immense village de Boutiques de Marques à prix sacrifiés.

J’y suis déjà allé, cela vaut vraiment le déplacement… A prendre en considération pour votre organisation de cette étape en Juillet. Super plan Shopping !!!   

 

Willkommen im Vienne.

On s’engouffre dans la circulation, tellement bien que je prend carrément la voie du Tramway. Et cela sur quelques centaines de mètres sans m’en rendre réellement compte.

Je grille ensuite un feu rouge, tout cela sous les yeux médusés de la police locale. Je vois bien cette camionnette avec quatre représentant de l’ordre me suivre, mais je pensais qu’ils étaient curieux de la GT3…

Je leur fais même un coucou avant de tourner et filer dans une petite rue. J’ai encore porté haut les couleurs de la France sur ce coup là.
Et je réalise seulement tout cela, le soir à table, lorsque mon assistance me raconte cet anecdote, il me suivait…

Je n’en reviens toujours pas, ah, ah, ah !

Personnellement, je déteste le principe des tramways car j’ai toujours la crainte de ne pas les voir arriver et de me faire couper en 2.

Et dans des pays étrangers, avec des systèmes de signalisations différents, c’est encore bien pire !!!

Je me dis que finalement le moyen le moins dangereux n’est il pas de circuler sur leurs voies ? Nous continuons de rouler dans Vienne, j’y étais l’année dernière pour visiter le musée qui expose les toiles de Klimt et Schiele. Cette ville est franchement superbe.

On y croise aussi beaucoup de Porsche, curieusement…

Evidemment, la GT3 12000 Ultimate Wikango parée de ses stickers, provoque la curiosité des autres Porschistes, et quelques petits coucou et compliments sont les bienvenus.
Il est temps de rejoindre l’hôtel…

Et profiter de cette journée courte pour se coucher de bonne heure.

Demain l’Italie nous attend, et j’ai le sentiment que la route va être bordée de jolis paysages.

Journée 10: Vienne – Venise

Aujourd’hui je le sais, nous allons profiter bien en profiter surtout que le soleil est bien là, pour nous accompagner.

La campagne Autrichienne est vraiment superbe, que ce soit dans les plaines ou bien dans les massifs montagneux des Alpes qui nous séparent de l’Italie.

Je me cale donc aux vitesses légales, et je profite des autoroutes Autrichiennes qui serpentent, montent, descendent, « transpercent » les montagnes…

Un grand manège, avec comme « wagon » la GT3. Je pourrais accélérer le rythme, histoire de profiter des sensations de cette route si diversifiée, et les grandes courbes rapides me tentent pour des passages à vitesse élevée, mais la police Autrichienne est très présente en bord de route, et elle a l’efficacité de notre bonne police nationale…

Pourtant, pendant deux ou trois kilomètres, je me serais bien offert une tranche « d’incivilité ». Je note d’ailleurs que c’est la première foi que je raisonne ainsi depuis le début du périple, c’est vous dire à quel point cette portion d’autoroute est une invitation « au crime ».

En cette période de l’année Il y a évidemment de la neige et le tableau de toutes ces bergeries et autres petites maisons en altitude, invite au repos, l’isolement et la méditation… de bien bonnes vacances en perspective !

Alors, en bon conducteur, je garde une vitesse stable et cette vue apaise mes ardeurs et l’envie d’appuyer sur la pédale de droite. Au passage de la frontière Italienne, changement radical.
Routes plates, pas de relief du tout.

Mais les Alpes nous entourent et on se sent tout petit à leurs pieds.

Honnêtement, nous sommes rapidement arrivés à Venise et je n’ai rien vu passer de la route, du moins rien d’intéressant à raconter.
15h30 à l’hôtel, ce qui est sûr c’est que nous avons bien roulé…
7h30 pour 700 km, agrémenté juste d’une pose sandwich.

Impeccable pour aller profiter de Venise en touriste. On pose les valises à l’hôtel, et direction la ville des amoureux !
J’impatiente de passer le premier pont qui nous pose directement dans le tableau et les clichés de carte postale.

J’ai entendu beaucoup de choses sur Venise, alors je vais constater par moi-même, mais une chose est sûre… Cela vaut le coup d’être là.

Venise reste Venise, et cette ville a son histoire et ses particularités. Les canaux, ses ruelles, son mystère, les vénitiens, etc, etc..
La lumière de fin de journée aide beaucoup à l’ambiance mystique de la ville.

Nous avons hélas malheureusement raté la fin du carnaval à un jour près, cela se terminait le 8 Mars, mais il reste beaucoup de confettis après deux semaines jours de fêtes.

Le seul avis, ou conseil. Oubliez le cliché « ville des amoureux », ou « romantisme » à Venise. Si vous partez sur ce thème et que vous désirez épater votre chéri(e), vous allez être déçu(e).

C’est le piège à touriste, les gondoles et gondoliers de bons vendeurs, les embarcations de touristes bondés et rouillées, les maisons taguées et pas entretenues, crépis dégradé, le linge pend au fenêtre, interdiction de prendre des photos des commerçants et vendeurs au stand, et il y tellement de touristes que cela bouchonne parfois dans les ruelles (déjà en Mars !).

Rien de franchement bien romantique dans cela !!!

Allez à Budapest ou Vienne pour le romantisme et l’authenticité.
Mais il faut venir à Venise, et voir Venise… Car c’est ici et nulle part ailleurs.

Deux mètres d’altitude au  dessus du niveau de la mer. Alors, en Juillet, je suis sûr que l’ambiance y sera encore plus « magique » avec la vie aux terrasses des cafés.

Mais je planifierais d’y aller plutôt le soir, car la journée cela risque de sérieusement bousculer dans les ruelles.Je regagne l’hôtel, pourtant vraiment heureux de m’être baladé à Venise…

Demain, on passe au Pays.. Monte Carlo, Cannes !!!

Journée 11: Venise – Cannes

Aujourd’hui est un jour spécial. On rentre au Pays, pour une journée !
Mais quelle destination !!!!

Cannes en passant par Monte Carlo, ou le French Riviera Spirit…
Encore une fois, le soleil nous accompagne mais à  Venise, la température n’est que de 6° ce matin.

On s’engage sur l’autoroute, on doit traverser l’Italie du Nord dans toute sa largeur. Les autoroutes sont plutôt « ennuyeuses» jusqu’à Gênes.

Nous sommes à quelques dizaines de kilomètres de la frontière Française et je reste sur ma faim au niveau des paysages Italiens.

Quand soudain, devant moi… ouuuuaaaaaaaaaaaaah… De l’autoroute qui longe la côte, tout au bord… des tunnels… des viaducs… des courbes rapides… des villages à flanc de colline… et encore, et bis, et bis repetita…

Je regarde mon GPS : 147km avant d’arriver à Monte Carlo.
Et ce sera 147km de plus d’autoroute de rêve. Moi je veux bien rouler 1000km dans ce genre de contexte.

Inlassable, éblouissant, indescriptible.

A vivre absolument une fois dans la vie d’un Ultimate Driver.

Je pourrais laisser les caméras filmer ainsi tout le long du parcours, mais la meilleure façon de le partager est encore de rouler ensemble sur cette route.

Grand sourire transversal sur le visage. Et l’arrivée à Monte Carlo…
On surplombe la ville, et des petites routes en serpentins nous déposent le long du port de plaisance Monégasque.

Ici on roule sur le tracé du GP de Formule 1, et j’en profite à mon tour pour faire « hurler » le flat 6 sous le tunnel !!!  Je passerais sur le contrôle de police, très intéressé par ma GT3 stickée 12000 Ultimate Wikango.

Clairement, le policier m’explique leur mésaventure avec le Gumball, il y a quelques années et il s’assure que nous ne sommes pas le genre de même rallye…

Sinon expulsion immédiate de la cité Monégasque…

Gloupsssss.

Je fais quelques derniers tours de roues, et en ressortant de la ville, un superbe autre tunnel me renvoit le son envoutant de mon moteur dans les tympans, et en résonnance !!!

Huummmm, j’adore cette ville.

On récupére l’autoroute pour rejoindre Cannes, arrivée sur la croisette, le temps de faire notre festival et filmer la Porsche longeant le bord de mer.

De jolis clichés de coucher de soleil. 

Olivier Pairon (Texte et photos)

Sport

About Author

admin

Leave a Reply