DUCATI : LE DIAGNOSTIC DU « DOTTORE »

 MOTO VIOLENTE…

Le Champion toutes catégories de l’ère actuelle (9 titres de Champion du Monde mais loin des 15 titres d’Agostini), dont on a relaté ici à mainte reprise l’arrivée tumultueuse chez Ducati, a donné quelques indications plus précises sur les raisons des chronos décevants des trois séances d’essai courues en avant-saison.

« La Ducati se pilote en glissade de l’arrière, ce qui est très différent de la façon de faire rouler une Yamaha. Et comme on ne changera pas la philosophie de la moto, c’est à moi d’adapter mon pilotage à la moto. J’y suis prêt » dit le champion si discret jusqu’à présent. Et d’enchaîner, quitte à régler quelques comptes au passage…

« Il ya des domaines que nous allons très vite maîtriser : l’accélération, la puissance en courbe, le contrôle de traction et la gestion électronique du moteur ».

Nous coupons un instant le Champion.

Ces caractéristiques de la Ducati sont connues depuis longtemps.

 

On attendait ce genre de confidence depuis un bout de temps. Encore un peu de langue de bois chez Valentino mais aussi de vraies analyses à l’approche d’une saison qui, on le sait, va démarrer très mal…

Si Rossi dit « nous allons… maitriser » c’est que ce n’est pas le cas. Globalement, la philosophie de la construction de la moto est ici en cause.

Et Rossi d’ajouter que l’adaptation de son pilotage à la Ducati est d‘autant plus urgente qu’il reste peu de temps…

Le premier GP au Qatar est en effet prévu le 20 mars !

« Pour le reste » dit encore Rossi, « nous devons arriver à la faire tourner mieux »

Confirmation du fait qu’en courbe serrée, la moto n’est pas à l’aise et ses pilotes encore moins…

Bref, grosse opération-souci… 

A ce stade, il n’est pas inutile de rappeler qu’un certain Casey Stoner, Champion du monde en 2007 avec … Ducati, s’est depuis plaint des mêmes maux !!!!

D’où son départ vers l’équipe Honda, fin 2010

ITALIE VIOLENTE

Il ya autre chose qui énerve vraiment « Il dottore »… il poursuit :

« Cela dit, nous y arriverons. Il nous faut juste du temps. J’aimerais bien, cela dit, mettre fin aux critiques et pour cela il faut que je gagne. Cela viendra. Mes ennemis sont répartis en deux groupes. Le premier est celui qui ne m’a jamais soutenu. Ceux qui étaient donc pour Biaggi, Gibernau, Stoner au fil des années. Et puis il ya aussi les fans de Ducati pour qui je suis encore un adversaire et qui ne m’acceptent pas parmi eux. »

Pour l’histoire, on vous rappelle encore que pareille situation est déjà arrivée à Rossi lorsqu’un beau jour, il débarqua chez Yamaha après ses titres de Champion du monde obtenus avec Honda…
Les débuts furent difficiles…

Et puis Rossi redevint Champion du monde avec cette Yamaha !
Juste un mot ici donc pour décrire l’ambiance des sports mécaniques en Italie.

De la fameuse « Gazzetta dello Sport » tirée sur papier rose au plus pointu des journaux spécialisés, la presse est d’une dureté absolue avec ses pilotes et ses marques nationales.

Quand tout va bien, on en fait des ‘’dieux’’. Que cela se passe moins bien et c’est alors… la curée !!!

On est toujours dans le « Vae Victis » des jeux du cirque, où la foule demandait la mort pour le vaincu. Ce n’est pas propre à la moto, quand la Scuderia ne gagnait plus, la violence de la presse italienne était insensée contre Ferrari.

Idem pour Alberto Tomba, l’un des plus grands skieurs au monde.
Bref, Rossi ne va pas se marrer.

En revanche, il ne fera pas non plus de cadeaux. On sait que le début de saison est fichu.

Mais après ?

Forza !

Jean Louis Bernardelli
Photos : MotoGP

Moto

About Author

admin

Leave a Reply