12000 ULTIMATE : DEJA A BUDAPEST ET EN HONGRIE

Journée 9:  Varsovie – Budapest

L’étape de jour nous emmène à travers quatre pays…

L’étape du Grand Est…  La guerre froide Ultimate ?

Avec tout son lot de clichés, on se demande presque comment nous allons survivre à ce périple si l’on se fie aux commentaires ou aux encouragements de certains.

Les plus cools concernant les routes défoncées, les plus extrêmes étant « être dépouillé et voiture volée par des gangs mafieux de l’Est »

Du coup, on décide sagement de faire le plein dés Varsovie, ne prévoyant au bout du compte, qu’un seul et unique arrêt.
Sinon, on roule tout droit sans réfléchir, on reste sur nos gardes et au moindre truc suspect, on accélère à fond.

Dernières consignes de sécurité, ne pas regarder les gens, laisser les vitres fermées en roulant – tant mieux par – 4°C –  et se suivre de prêt, comme un binôme commando.

N’oublions pas que nous sommes en terres hostiles car ici, l’ennemi et le danger rodent eux, en permanence dans ces contrées si pauvres…

Moteur, nous quittons Varsovie, direction Brno en République Tchèque.


Mince, on croise des camions militaires en route… on avait oublié que ce pouvait être la guerre encore ???????

Bah, non.

Ce ne sont que des camions reconvertis en véhicule particuliers, genre utilitaire robuste bien pratique dans ces régions.

Une belle reconversion que ces véhicules utilitaires d’origine militaires.

Alors, direz-vous ?

Où se situe donc  le danger ou les dangers ?

Tout cela m’a l’air d’être une région extrémement calme et civilisée.
 

Après plusieurs centaines de kilomètres de bitume, en parfaites état, nous découvrons finalement beaucoup d’autos stoppeuses en bord de route !!!

Je dois me rendre à l’évidence… R.A.S

Nous n’avons même pas croisé une bonne vieille voiture de l’Est. C’est dire si l’Est s’occidentalise…

A part quelques bâtiments, églises et maisons très locales, la Pologne (photo de Cracovie) est réellement devenu en quelques années, un pays en pleine évolution et nous constatons beaucoup de constructions de nouvelles routes et autoroutes.

Stations services modernes, enseignes internationales très bien implantées (beaucoup de supermarché Auchan), une circulation fluide, des radars dernières technologies, ce pays est bel et bien dans l’esprit Européen.

Il en sera de même pour la République Tchèque, la Slovaquie et la Hongrie, hormis les autostoppeuses si nombreuses qui semblent être la spécialité Polonaises !

Quittant définitivement les pays enneigés… nous allons enfin pouvoir laver les voitures.

Je suis presque malheureux d’enlever à la GT3 son camouflage neige et sel, elle avait une gueule de baroudeuse ainsi. J’ai ce point commun avec Marc Joly de Flat 6, j’aime garder ma voiture avec ses traces du parcours du combattant, un vécu…un témoignage.

J’aurais vraiment aimé l’emmener jusqu’au bout de la reconnaissance ainsi, mais par respect pour nos sponsors, j’ai préféré les remettre en couleur, à la lumière du jour.

Alors prenons cette étape du lavage comme une ponctuation, point final aux pays de la neige abondante et des routes salées à outrance, heureusement.
 
Nous traversons rapidement la République Tchèque, juste le temps d’être halluciné par une usine énorme d’un autre monde, un autre temps…

Le cliché « bloc de l’Est ».

Arrivée en Slovaquie, la surprise du jour… MAGNIFQUE paysage vallonné, des routes et autoroutes qui n’ont rien à envier à celles de France…(photo les sudettes)

Nous traversons effectivement des villes modernes et des villages très typés du pays, quel contraste. On sent que ce pays à un lourd passé, mais qu’il est également entré de plein pied dans l’Europe.

Côté vitesse, le rythme est élevé ici, les voitures déboulent et doublent vite, de la grosse berline, et certaines me « chatouillent » pour voir si il y du répondant dans une Porsche GT3.

Je reste impassible. Nous sommes là pour le plaisir de rouler et d’avaler des bornes, ULTIMATE SPIRIT !!!

Et entendre mon flat 6 ronronner à 3 000tr/mn en 6 suffit amplement à mon bonheur. La beauté des paysages fait le reste et un superbe coucher de soleil termine ce tableau idyllique.

On quitte enfin l’autoroute pour se retrouver sur des routes de campagnes où il ne serait pas cool de tomber en panne, tellement nous sommes au milieu de nulle part…et en pleine nuit noire.

Cet écart des grands axes dure le temps de rejoindre la frontière Hongroise, environ 90km pour 1h3o de roulage. Sûr que cela sera sympa en Juillet, il fera encore jour à cette heure là, 18h00.

Dernière ligne droite, Budapest nous accueille dans ses lumières, d’abord les enseignes lumineuses des grandes zones commerciales..

Ensuite la ville elle-même, tous ses bâtiments sont très bien éclairés et bien mis en valeur.

Je connais déjà cette ville et j’avoue  que c’est ma destination préférée.

Cette ville est LA ville !

Contraste flagrant entre passé –présent –  futur.

D’une beauté inouïe de jour comme de nuit. Il y a tant à visiter ici. Alors je fais court, venez constater vous-même !!!
Le temps de trouver l’hôtel, travaux et circulation un peu difficile, on tourne un peu en rond…

Mais finalement nous y sommes, et j’impatiente de retrouver Budapest pour des photos et vidéos en pleine journée ensoleillée.
Ce sera pour l’été prochain, lors du passage de l’Ultimate en juillet !

Olivier Pairon (Texte et photos)

Sport

About Author

admin

Leave a Reply