RALLYE DU MEXIQUE : LES DS3 CITROEN CARACOLENT TOUJOURS AU COMMANDEMENT

Les deux Seb, Ogier et Loeb poursuivent leur domination sur ce Rallye du Mexique, seconde mandche du Championnat du monde des Rallyes  millésime 2011 et entretiennent le suspense, quant à l’identité du futur vainqueur ce dimanche soir
 
En effet, c’est toujours le duo Sébastien Ogier – Julien Ingrassia qui occupe la tête devant  le tandem Sébastien Loeb – Daniel Elena

Si le classement général provisoire du Rallye du Mexique n’a visiblement pas évolué lors de la seconde journée de compétition, les rebondissements n’ont toutefois cependant pas manqué !

Disposant toujours d’une bonne avance sur leurs adversaires, les équipages de l’équipe ‘’ officielle’’ Citroën sont en bonne position pour décrocher la première victoire de la DS3 WRC.

Maintes fois répétée sur les épreuves terre du Championnat du Monde des Rallyes, la fable du balayeur et du chasseur a une fois encore, une fois de plus, passionné les suiveurs du Rallye du Mexique.
 

Dans le premier rôle, Sébastien Ogier, fragile leader à l’issue de la première journée et contraint de s’élancer en tête sur les spéciales.

S’il n’est jamais évident, loin de là,  de balayer la trajectoire pour ses poursuivants, cela l’est encore moins lorsque le chasseur se nomme… Sébastien Loeb !

Le septuple Champion du Monde ne faisait d’ailleurs rapidement qu’une bouchée de son jeune équipier.

Auteur du scratch dans Ibarrilla 1 (ES11) malgré́ une crevaison lente lors des derniers kilomètres, Loeb reprenait les commandes du classement général et ce pour une poignée de secondes.

Puis Sébastien Ogier mangeait son pain noir dans Duarte, un tronçon sinueux et poussiéreux, dans lequel il concédait une quinzaine de secondes à son rival.

Lors de l’assistance de mi-journée, les DS3 WRC étaient alors séparées d’une vingtaine de secondes.

Seb Loeb expliquait :

« Nous savions que notre deuxième position sur la route nous donnait un avantage sur Sébastien. Nous avons pu en profiter pour prendre la tête »

Et d’enchainer :

« Ces vingt secondes d’avance ne nous permettent pas de souffler. Nous devons continuer à attaqué si nous voulons être en position de gagner demain. Dans le même temps, il faudra préserver une mécanique mise à rude épreuve. »

Sébastien Loeb ne pensait toutefois pas qu’une simple goupille de commande de boite de vitesses l’immobiliserait au départ d’Ibarrilla 2 (ES15) !!!

L’équipage de la DS3 WRC n°1 prenait le départ de la spéciale avec cinq minutes de retard, finalement transformées en 50 secondes de pénalités routières.

Le Champion du monde raconte :

« Nous avons réussi à réparer rapidement, en utilisant une des goupilles de fixation du pare-chocs arrière. Bravo à Daniel, car c’est lui qui a eu cette idée de génie ».

Sébastien Ogier récupérait ainsi le commandement, mais il allait lui aussi connaitre son lot de péripéties :

« J’ai appris que Seb avait pointé en retard à l’arrivée d’Ibarrilla. Même si je reprenais virtuellement la tête, ce n’était pas une bonne nouvelle, car ce n’est pas comme cela que je veux gagner ! Dans Duarte 2, nous avons de nouveau perdu du temps, non pas à cause du balayage, mais à cause d’une baisse de puissance liée à un dysfonctionnement de l’allumage. Ce n’était pas un gros problème et nous avons réussi à le résoudre. »

De son côté, Xavier Mestelan-Pinon, responsable technique de Citroën Racing, précisait :

« Si nos DS3 WRC sont toujours en tête de la course, nous avons rencontré plusieurs petits soucis de jeunesse sur ce rallye »

Et le technicien d’ajouter :

« Malgré́ les milliers de kilomètres effectués en essais, nous savions que nous pourrions être confrontés à ce genre de situation en course. Bravo à nos équipages, qui ont fait preuve d’ingéniosité et de sang-froid. »

Lors de l’assistance de fin de journée, précédant deux nouveaux passages dans la spéciale de Léon, Sébastien Ogier comptait 11’’3 d’avance sur son équipier :

« Il reste trois spéciales et une soixantaine de kilomètres à parcourir demain. Nous sommes dans une bonne position, notre avance n’est pas très importante mais nous allons tout donner pour essayer de conserver cette première place. »

Partis au treizième rang ce matin après ses pépins de la veille, le Norvégien Petter Solberg et son copi, Chris Patterson ont signé quatre meilleurs temps lors de cette journée.

Ils sont désormais déjà remontés en cinquième position derrière les deux Ford ‘’ usine ‘’ d’Hirvonen et Latvala.

Interrogé Petter Solberg lâche laconiquement :

« Ça se passe très bien. La vitesse est vraiment là et je suis très content de notre performance du jour.  Je visais la cinquième place, là où nous sommes à présent. Je n’ai d’autre stratégie qu’attaquer et gagner des spéciales. Tout est possible.» 

Pour sa part, questionné sur sa journée, Mikko Hirvonen racontait :

« Cette troisième position est bonne, mais j’ai été un peu déçu de ma vitesse. Je pensais que ma position au départ me permettrait de gagner plus de temps le matin. J’ai attaqué dur, mais en plusieurs occasions j’ai glissé sur le bord de la route où il y a de grosses pierres. Pas l’endroit où aller. C’est à proscrire afin d’éviter toute risque de crevaison. Je vais regarder les gars de devant mais je suis dans une position sûre. Je passerai 3e dans la Power Stage, et j’espère bien ravir le maximum de points bonus. Samedi après-midi, j’ai durçi la suspension arrière et je ferai des changements mineurs sur l’avant dimanche. »

Son équipier, Jari-Matti Latvala (Ford WRT,ajoutant :

« A 5 km de l’arrivée  de l’ES11, j’ai senti une défaillance du pneu avant droit. Dans le dernier kilomètre, il n’y avait plus d’air mais nous avons continué. Les routes ne se nettoyaient pas autant que la veille. Cet après-midi, je me suis concentré pour prendre des trajectoires propres car ça aide à l’accélération. L’écart avec ceux qui me devancent est trop grand pour penser à les chasser. Je vais m’attacher à piloter de façon propre et viser des points de bonus dans la Power Stage. J’étais venu pour un podium mais je dois voir au-delà car ce n’est que la 2e manche du championnat. »

Malcolm Wilson, leur patron chez Ford, concluait :

« Nous ne prendrons aucun risque dimanche.Il faut marquer et scorer de gros précieux points dans l’optique du mondial »

Paroles sages ! D’un patron chevronné… L’expérience !!!

Gilles Gaignault
Photos : Teams et Red Bull

WRC

About Author

admin

Leave a Reply