SUPERBIKE 2011 : PREMIERE MANCHE EN AUSTRALIE : CHECA PLUS CHECA = CHECA

C’est ce matin au petit jour (heure française), sur le circuit de Phillip Island en Australie, que s’est ouvert le premier Championnat du Monde Moto de l’année.

Le Superbike.

Ces deux manches Australiennes ont été gagnées par l’Espagnol Carlos Checa, un revenant qui a fait une apparition l’an dernier en MotoGP pour remplacer un pilote blessé (Mikka Kallio) et qui manifestement, a encore de beaux jours devant lui.

Sa moto ?

Une Ducati. Comme quoi on ne peut pas être malheureux tout le temps… 

SUPERBIKE : DES HOMMES ET DES VIEUX

Le Superbike est à priori un truc superbe pour les  jeunes pilotes talentueux. Ainsi a-t-on vu Ben Spies gagner en 2009 pour sa première saison avant de rejoindre le MotoGP avec l’écurie Française Tech3 puis de se voir appeler par le Team officiel Yamaha aux côtés de Jorge Lorenzo.

Mais c’est aussi un repaire de vieux talents. Ceux qui vu leur âge ne peuvent plus se mesurer aux jeunes dieux du MotoGP mais qui ont d’autant moins envie de raccrocher le cuir qu’ils peuvent encore gagner des courses de très haut niveau.

Et le Superbike est une discipline de très haut niveau.

Les motos doivent être construites à partir de motos de série et l’on imagine qu’il s’agit avant transformation de motos de série de très haut de gamme. Les cylindrées admises montent jusqu’à 1000 CC !

Si en 2009, le jeune Ben Spies est Champion du Monde Superbike, en 2010, c’est Max Biaggi qui décroche le ponpon.
Biaggi ?

Champion du Monde 250 en 1994, 1995, 1996 pour Aprilia et en 1997 pour Honda.

Un immense talent.

En 2010, il a couru le Superbike pour …Aprilia et gagné le Championnat.

Ce titre est très important pour toutes les usines, car il déclenche des envies monstres chez les acheteurs de motos sportives haut de gamme, voilà pourquoi Aprilia et Ducati, y mettent de très gros moyens.

Les organisateurs ont trouvé la bonne formule pour le spectacle total, en proposant aux pilotes et donc au public deux courses à chaque évènement.

Et tous ces ingrédients assurent au Superbike un très gros public sur les circuits. Voilà pourquoi, parallèlement à « l’élevage » de jeunes pousses de talent, les usines vont chercher, et cela leur coûte cher, de vieux talents pouvant leur assurer de grosses ventes.

Ce matin, sur la ligne de départ, se trouvait Carlos Checa, un pilote de 38 ans, qui a couru avec…Biaggi dans les années 90 mais avec beaucoup moins de réussite, tout en ayant une bonne notoriété (2 victoires en GP en 1996 et 1998).
Il pilote …une Ducati ! Pardi

 LA DUCATI DE SUPERBIKE EST … UNE SUPERMOTO !

Oui mais alors on ne comprend plus rien !

Ducati, qui a gagné en Superbike des milliards de titres, a annoncé à la fin de la saison 2010 le retrait de son équipe officielle, où l’on avait compris que l’usine italienne avait besoin de tous ses sous pour s’offrir l’immense talent de Valentino Rossi en MotoGP !

C’est donc Althea, un team italien (assez blindé…) qui court sur les motos (de série très améliorées) de la marque.

On peut imaginer, avec un tout petit effort, que quelqu’un chez Ducati, voyant qu’en MotoGP ce sera un peu … ‘’opération-souci ’’ au moins en début de saison 2011, ait pu donner un sérieux coup de main technique à un team privé italien…

Voilà c’est moins cher et ça peut rapporter gros.

Et ça marche !

Au passage, signalons juste que du coup, les « japonaises » sont assez larguées, aux essais chronos, la Ducati de Checa (photo ci dessus) précède l’Aprilia de Biaggi, le Français Sylvain Guintoli (photo ci dessus) est troisième temps, sur une Ducati d’un autre team (Effenbert Liberty, une écurie tchèque) puis on trouve la BMW de Leon Haslam, le fils de l’immense Ron Haslam, les Yamaha de Laverty et Melandri sont cinq et huit…

On s’attendait à une grosse lutte entre les vieilles gloires Checa et Biaggi, on s’attendait aussi à une belle performance du Français Guintoli, et bien…

Euh…

CHECA TOUT SEUL…

Première manche. Au bout de trois tours, Checa est devant. Au cinquième tour, Biaggi pense que c’est plié et il assure la seconde place en finissant quand même à quatre secondes de l’espagnol.

Quant à Guintoli, il chute assez lourdement, se blesse à la main droite, au genou, à l’épaule, et ne prend pas le départ de la deuxième manche…

Le podium de cette première course voit donc Leon Haslam (photo), le pilote BMW, compléter le podium.

Les jeunes ont sauvé l’honneur !

 

 

SAME PLAYER SHOOTS AGAIN…

Deuxième départ quelques heures plus tard, et l’on se dit que Biaggi va forcément réagir. Pas vraiment !

Checa laisse encore une fois tout le monde derrière pour accrocher le doublé, le rêve de tout pilote de WSBK (World Superbike Championship), que Carlos a déjà réalisé l’an dernier à Imola.

Biaggi fait lui aussi un doublé avec deux deuxièmes places, ce qui manque de grandeur mais pas d’efficacité.

Il faudra quand même qu’il « y fasse un peu fumer »

 »Marque déposée Guy Ligier, copyright, merci Guy !  »

Ce qui veut dire qu’il a dû mettre du gaz pour éviter de se faire bequeter par une autre vieille gloire, Marco Melandri, qui court pour Yamaha. (Jeune vieille gloire, 28 ans quand même, Champion du Monde en 2002 en catégorie 250 pour Aprilia).

Prochaine épreuve à Donington Park (Angleterre) le 27 mars.

La manche française aura lieu à Magny Cours le 2 octobre.

 

Jean Louis Bernardelli
Photos : SBK

Classement WSBK après l’Australie

1.  Carlos Checa (Ducati) : 50 points. 2.  Max Biaggi (Aprilia) : 40 points. 3. Marco Melandri (Yamaha) : 27 points. 4. Leon Haslam (BMW) : 27 points. 5. Michel Fabrizio (Suzuki) : 18 points. 6. Jonathan Rea (Honda) : 17 points. 7. Nioriyuki Haga (Aprilia) : 16 points. 8. Tom Sykes (Kawasaki) : 15 points. 9. Eugene Laverty (Yamaha) : 14 points. 10. Jakub Smrz (pas de faute d’orthographe sur le nom…) qui roule sur une Ducati du même team que Checa : 14 points.

Moto

About Author

admin

Leave a Reply