FORD FOCUS SERIE 3 : UN ESPRIT DYNAMIQUE

ESSAI SANS LA REGION ANDALOUSE DE JEREZ

Autant certains constructeurs préconisent un style consensuel et intemporel, autant Ford recherche l’originalité des lignes de ses modèles européens.

Avec une silhouette bien équilibrée et joliment travaillée, la nouvelle Focus arrive pour séduire l’Europe d’abord, mais aussi le monde.

Un défi réaliste, ses qualités sont grandes et son tarif concurrentiel.

À partir de 18.850 €.

Dans la lignée des Fiesta, Ka, Kuga et C-Max, la nouvelle Focus apparaît dans un style bien personnel issu du fameux « Kinetic Design » cher à Ford qui veut transcrire le mouvement perpétuel.

Même à l’arrêt, la voiture doit inspirer le dynamisme et c’est bien le cas avec la Focus aux lignes acérées, fuyantes et agréablement galbées !

 

DEVANT L’ELEVAGE DES CELEBRES TAUREAUX MIURA

Mais tout l’intérêt de la carrosserie de la voiture reste essentiellement et avant tout dans un caractère propre tout en respectant l’esprit stylistique de la marque à l’ovale.

Et contrairement à certains constructeurs comme VW ou Audi par exemple, qui conjuguent un même design à des échelles différentes pour décliner leurs gammes, les designers de Ford se remettent à chaque fois à l’ouvrage pour dégager une personnalité différente à leurs différents modèles et ce en variant les dessins des blocs optiques, de la calandre et des feux arrière.

Longue de 4,36 m, en carrosserie 5 portes, soit 2 cm de plus que sa devancière, la nouvelle Focus est aussi plus basse de 2 cm, d’où un Cx de 0,27.

Elle se décline également en carrosseries 4 portes et break.

UN VOLET DE CALANDRE ACTIF

La troisième génération de la Focus se singularise par sa calandre trapézoïdale, ses arches de roue marquées et sa ligne de toit en arc.

Au sujet de sa calandre, il est à noter qu’elle inaugure un système de volet actif qui s’ouvre pour refroidir le moteur et se referme quand cela n’est plus nécessaire de façon à diminuer la traînée aérodynamique…et la consommation.

Construite sur une nouvelle plateforme, la Focus annonce un empattement de 2,65 m, ce qui profite à un habitacle correct pour accueillir 5 personnes.

Le conducteur est particulièrement choyé grâce à un poste de conduite bien agencé, des compteurs parfaitement lisibles, dans un décor attrayant constitué de plastiques moussés, de noir laqué et de titane.

Le volant et le siège du conducteur se règlent dans toutes les dimensions et l’assise est plus basse de 4 cm par rapport à la Focus série 2 pour revenir à une position plus conventionnelle ou sportive.

Ceux qui préfèrent dominer la route ont à leur disposition chez Ford, le C-Max ou le Kuga. Le coffre annonce une contenance de 363 litres, sans roue de secours, facturée en option, 50 € la galette (et 316 litres) ou 80 € la normale (et 277 litres).

De 95 à 182 ch. POUR COMMENCER…

Sur le plan technologique, Ford a choisi ce que l’on fait de mieux pour sa Focus, notamment pour ses suspensions avec un train arrière multibras, une direction électrique directe et un freinage à 4 disques.

Autant de progrès techniques dont sont friands les Européens, mais pourtant snobés par le reste du monde.

Et pourtant, Ford a bien l’intention de la proposer ainsi sur les cinq continents avec l’espoir de convaincre les clients potentiels du bien fondé d’une voiture plus aboutie que ses concurrentes.

Sa gamme de motorisations de dernière génération est généreuse, propre et donc épargnée par le moindre malus.

Elle est constituée en essence d’un 1,6 litre décliné en 4 puissances, 105 et 125 ch. atmosphériques et 150 et 182 ch. suralimentés avec injection directe, et en turbo diesel, d’un 1,6 litre décliné en 95 et 115 ch. et d’un 2 litres décliné en 115, 140 et 163 ch.

Les moteurs 1,6 litre turbo possèdent tous de série le système Stop/Start permettant de faire descendre les diesel sous la barre des 109 g de CO2 et de s’octroyer 400 € de bonus.

Enfin, pour coller à son image sportive, la Focus s’offrira en 2012 une version ST de 250 ch.

PLAISANTE A CONDUIRE

Le résultat sur la route est plutôt plaisant et la Focus se révèle une bonne routière moderne et sûre. Et économe quand on regarde les chiffres de consommation annoncés par le constructeur.

Par exemple 4,2 litres de moyenne pour les 1.6 diesel. Forcément, on peut s’attendre à des rapports de boîte assez longs et d’ailleurs les trois derniers sont surmultipliés. Toutefois, avec le diesel de 163 ch. essayé sur les routes de l’Andalousie, la Focus demeure alerte,  bien épaulée par un couple de 340 Nm.

Les diesel accouplés à des boîtes mécaniques à 6 rapports, peuvent bénéficier, pour un supplément de 1.500 €, d’une boîte automatique 6 rapports à double embrayage, hormis le 95 ch.

Dommage que la commande de cette boîte en mode manuelle ne soit pas pratique. En effet, sans doute pour raison économique, les vitesses se passent par un simple bouton poussoir, sur le côté du pommeau et on note l’absence de palettes au volant.

Oui, c’est un peu dommage mais cette Focus présente tellement de points positifs !

Par exemple, en revanche, animée par le 182 ch. essence qui émet un agréable son un peu rauque en montant dans les tours, la Focus devient très vivante et permet d’exploiter toutes les excellentes

TOUT UN PROGRAMME SECURITAIRE

La boîte mécanique à 6 rapports se révèle d’un maniement précis et les quatre premiers rapports donnent 60, 100, 160 et 200 km/h, en abordant la zone rouge, tandis que la vitesse de pointe est annoncée à… 222 km/h !

Pour conclure et revenir à des propos plus raisonnables, Ford a doté sa Focus de nombreux systèmes d’aide à la conduite pour renforcer la sécurité, comme l’aide au maintien dans la file de circulation, le détecteur de franchissement involontaire de ligne, le détecteur de collision avec freinage automatisé à faible vitesse, la reconnaissance des panneaux de signalisation, la détection de la baisse de vigilance du conducteur, le stationnement automatique, l’éclairage intelligent, le régulateur de vitesse adaptatif, le limiteur de vitesse, le détecteur des angles morts et le clignotement automatique des feux stop en cas de freinage d’urgence.

Comme quoi, désormais de nos jours, on ne doit plus acheter une voiture que pour la ligne, le look et le bonheur de vivre, mais aussi également pour éviter de ne pas perdre la vie.

Quelle époque!

Mais il est vrai aussi que le meilleur client est un client vivant.

Et chez Ford, on l’a bien compris avec le maximum de sécurité possible, proposé


Gilles Gaignault
et Philippe Lacroix (Texte et photos)

Ford

About Author

admin

Leave a Reply