VOLKSWAGEN JETTA : UNE PERSONNALITE BIEN A ELLE …

Elle avait un nom à part, mais elle était toujours dérivée de la Golf qui se voyait affubler d’un coffre. Pour sa 6ème génération, Volkswagen a fait l’effort d’offrir à la Jetta une autonomie totale, tant sur le plan esthétique que mécanique. Une vraie réussite qui s’accompagne d’un prix de 19.900 €, sans les primes !!

Au début de sa carrière, la Jetta n’était autre qu’une Golf à rallonge, ou une Golf avec un sac à dos et tant pis pour son allure pataude et bossue. Son but n’était pas de séduire mais de faire étalage de son côté pratique pour entasser ses bagages.

Le vilain petit canard admis dans le reste de la gamme parce que serviable en quelque sorte. Mais de moins en moins vilain avec la déclinaison des générations sans pour autant se montrer vraiment attirant.

A l’heure où les berlines 4 portes connaissent un regain d’intérêt et sont même plébiscitées dans certains pays émergents d’Europe de l’Est et d’Asie, VolKswagen a enfin décidé d’offrir à la Jetta une robe toute neuve et sur mesure.

Incontestablement, le bureau de style dirigé par Walter de Silva a fait du bon travail avec le bonheur de partir d’une plateforme nouvelle. Longue de 4,64 m sur un empattement de 2,65 m, elle montre une silhouette plutôt élégante, bien équilibrée en arborant une face avant composée d’un double masque noir longitudinal, signature du nouvel ADN de la marque allemande.

Elle joue dans la catégorie supérieure

En fait, si la Jetta n’a plus aucun point commun esthétiquement avec la Golf, à part la calandre, elle n’en a plus aussi au niveau de sa clientèle puisque ses mensurations l’ont carrément fait changer de catégorie.

En effet, la Golf ne mesure que 4,20 m tandis que la Jetta précédente avouait une longueur de 4,54 m sur un même empattement de 2,57 m. Autrement dit, la nouvelle Jetta ne joue plus dans le segment des Renault Mégane mais dans celui des Renault Laguna.

D’où la rupture totale avec son passé et c’est donc un tout autre challenge qui est proposé au nom de Jetta.

L’habitabilité se montre donc particulièrement généreuse, notamment aux places arrière et le coffre avoue une contenance respectable de 510 litres, sans roue de secours. A noter que le coffre de l’ancienne génération annonçait 527 litres.

Le tableau de bord est propre à la Jetta, mais la facture VW est bien présente avec sa fonctionnalité et sa sobriété habituelle. La qualité et l’ajustement des plastiques sont sans reproche, comme la lisibilité des instruments sauf l’écran GPS placé au milieu de la console.

Des moteurs très sobres

En revanche, sous son capot, rien de neuf et la Jetta reçoit au départ deux niveaux de puissance de motorisations piochées dans la banque Volkswagen : 105 ch avec le moteur diesel 1,6 litre TDI et le moteur essence 1,2 litre TSI et 140 ch avec le 2 litres TDI. Les versions de 105 ch sont également disponibles avec le pack BlueMotion Technology, incluant dans ce cas un système Start-Stop et la récupération de l’énergie cinétique.

Ainsi, le « petit » TDI ne consomme que 4,2 l/100 km et le TSI revendique 5,3 l/100 km, plutôt pas mal pour un moteur essence animant une berline de 4,64 m. Le TDI de 140 ch se montre aussi très sobre avec en moyenne 4,8 l/100 km. Les deux TDI disposent d’une injection Common Rail et sont dotés d’un filtre à particules.

La gamme de motorisations de la Jetta s’enrichira de trois nouveaux modèles TSI dans le courant de l’année, étalonnés à 122 ch, 160 ch et 200 ch. À l’exception du moteur 1.2 TSI, tous les moteurs de la Jetta pourront être associés en option à une boîte DSG 6 ou 7 rapports, cette dernière étant réservée aux moteurs essence sans trop de couple, jusqu’à 250 Nm.


Équipée forcément comme une grande

Sur la route, la Jetta présente un comportement très sain d’autant que le contrôle électronique de trajectoire est de série. Le train avant est composé d’un ensemble pseudo McPherson et le train arrière est doté de multibras.

La direction assistée électromécanique se révèle agréable et de bonne précision. Il est intéressant de signaler que la nouvelle Jetta est plus légère de 50 kg par rapport à sa devancière, tout en étant mieux équipée.

La Jetta de base n’avoue par exemple que 1.300 kg sur la balance, mais les derniers rapports trop longs ont bien du mal à les tirer. Pour lui donner du dynamisme, il faut donc jouer du levier de vitesse.

En entrée de gamme, la Jetta offre la climatisation, une boîte à gants réfrigérée, la fermeture centralisée, affichage de la température extérieure, un écran multifonctions, les 4 vitres électriques et l’ouverture automatique du coffre.

Et en fonction de son budget, on peut y ajouter des jantes en alliage léger de 16 ou 17 pouces, un toit ouvrant électrique en verre, avec velum, le système de démarrage/verrouillage automatique, le réglage automatique des feux de route ou encore un systèmes de radionavigation.

Enfin, son prix de base est assez déroutant puisque VW annonce 19.900 € d’où on peut retrancher différentes primes qui peuvent atteindre 4.400 €!!


Philippe LACROIX (Texte et photos)

 

 

 

 

Sport

About Author

admin

Leave a Reply