WRC : OLIVIER QUESNEL SUR LE GRILL AVANT LE RALLYE DE SUEDE

A la veille du lancement de la saison en Championnat du monde des Rallyes WRC, il nous a semblé intéressant de nous adresser au patron de la redoutable écurie Citroën et donc de questionner  Olivier Quesnel, le Directeur de cette toujours redoutée équipe Citroën Racing.

Laquelle est considérée vu de l’extérieur comme ‘’ une grande famille ‘’

Quel est le sentiment qui prédomine à l’aube de cette saison ? Etes-vous plutôt impatient, serein ou anxieux ?

« Ce n’est certainement pas la sérénité qui prédomine ! C’est vrai que j’ai hâte d’être en Suède pour pouvoir répondre à toutes les questions qui ne manquent pas de se poser aujourd’hui. Avons-nous travaillé correctement ? Ne sommes-nous pas passés à côté de quelque chose ? Nous aurons une petite idée sur le sujet à l’issue des premières spéciales, tout en gardant à l’esprit que la Suède est un terrain peu représentatif de l’ensemble du Championnat du Monde. Il faut aussi garder la tête froide : Citroën Racing est une belle machine à gagner et il n’y a pas de raison pour qu’elle s’enraye du jour au lendemain. J’ai une totale confiance dans le travail de l’équipe, mais nous attendons tous les premiers temps partiels de l’ES1 du Rallye de Suède avec une grande impatience ! »
 

Pensez-vous devoir gérer une rivalité entre Sébastien Loeb et Sébastien Ogier ?

« En Suède, ce sera simple. Nos deux pilotes partiront avec zéro point au compteur. Comme ce fût toujours le cas par le passé, Citroën mettra à leur disposition un matériel rigoureusement identique. Si l’un signe de meilleurs temps que l’autre, c’est juste qu’il sera plus rapide ! Je ne suis pas du genre à me mettre la pression : il n’y a aucune rivalité à gérer pour l’instant. Ce que je peux vous dire, c’est que nous appartenons tous à la même famille. Le titre ‘Pilotes’ est peut être plus valorisant et plus médiatisé, mais le titre ‘Constructeurs’ conserve une importance considérable pour la marque. Nos deux pilotes sont des garçons intelligents et conscients des enjeux pour Citroën. »

Citroën Racing Technologies mettra cette saison trois DS3 WRC à la disposition de pilotes privés. Quel est le but de cette démarche ?

« En attendant l’arrivée de nouveaux constructeurs en WRC, j’estime qu’il est du devoir de Citroën de participer à l’attractivité du Championnat. C’est pour cette raison que nous sommes heureux des accords conclus avec Petter Solberg, Kimi Räikkönen et Peter van Merksteijn. Ce n’est pas l’objectif ultime de Citroën Racing que de louer des voitures de course, mais nous sommes fiers de compter ces pilotes au sein de notre grande famille. »

Les activités de Citroën Racing ne se limitent pas au WRC. L’année 2010 a été marquée par les révélations de DS3 R3 et DS3 Racing. Quel bilan tirez-vous de ces lancements ?

« La DS3 R3 poursuit une longue lignée de voitures destinées aux pilotes privés. En quelques mois, elle s’est imposée comme la nouvelle référence de sa catégorie. Commercialement, cela se traduit par un nombre de commandes largement supérieur à ce que nous avions espéré. Nous sommes ravis du succès de DS3 R3, à qui nous donnons un cadre d’expression avec les Citroën Racing Trophy organisés à travers l’Europe. Le succès est également au rendez-vous avec DS3 Racing. Les 2000 exemplaires prévus sont en passe d’être tous vendus et nous réfléchissons aujourd’hui à augmenter la production annuelle. »

Quelles sont les perspectives dans ces deux domaines ?

« Concevoir des véhicules de série sportifs est une nouvelle activité pour Citroën Racing, mais elle offre de nouvelles perspectives à la marque en explorant de nouveaux marchés. Forts du succès de DS3 Racing, nous réfléchissons évidemment aux déclinaisons des autres modèles de la gamme DS. En ce qui concerne la compétition-clients, nous sommes très intéressés par une possible réglementation "FIA R4", qui permettrait de développer des voitures de type R3 à quatre roues motrices. Ce serait un formidable outil de formation des jeunes pilotes. »

En ce qui concerne la détection et la formation des jeunes espoirs, l’opération ‘’Rallye Jeunes FFSA ‘’est souvent citée en exemple. Citroën annonce pour cette année, un partenariat avec la Fédération Française du Sport Automobile pour faire revivre cette opération. Pour quelles raisons ?

« Cette association me semble totalement naturelle. Avec Sébastien Loeb et Sébastien Ogier engagés en Championnat du Monde des Rallyes, Citroën fait rêver les jeunes Français, qui vibrent au rythme de leurs exploits. Avec Rallye Jeunes, un concept développé par la FFSA, nous allons leur permettre de toucher le rêve du doigt, en leur proposant de faire leurs preuves au volant d’une DS3. Pour les plus doués, la filière est ensuite toute tracée jusqu’au sommet. J’ajouterais que Rallye Jeunes est une formidable opération marketing, car elle permettra à des milliers de jeunes de se rendre dans les concessions Citroën et de découvrir l’univers de notre marque. »

Pouvez-vous nous en dire plus sur les modalités ?

« Les modalités sportives sont fixées par la FFSA, et dans ce cadre, les participants devront être âgés entre 18 et 25 ans. Six étapes régionales en France détermineront les meilleurs pilotes en herbe qui se verront qualifiés pour une finale nationale. Le lancement officiel de l’opération devrait avoir lieu au Rallye de France en octobre 2011 et les deux vainqueurs se verront offrir un programme de six manches en Championnat de France des rallyes. »

Profitons de la présence de Xavier Mestelan-Pinon, Responsable technique de Citroën Racing pour poursuivre notre curiosité

Que s’est-il passé depuis la révélation de la Citroën DS3 WRC, présentée dans le cadre du Mondial de l’Automobile de Paris en octobre dernier ?

« Notre priorité a été d’accumuler les kilomètres d’essais, dans toutes les conditions possibles. Grâce à la construction d’une seconde DS3 WRC destinée aux tests, nous avons été en mesure d’organiser une séance toutes les deux semaines. Ces essais nous ont permis de travailler sur la fiabilité et de comprendre la voiture, c’est-à-dire la façon dont elle réagit aux modifications de réglages. Au fil du temps, la définition technique de la voiture s’est figée. Ces dernières semaines, nous nous sommes concentrés sur des détails qui n’en sont pas, comme le positionnement des éléments de sécurité et des boîtiers de contrôles de la FIA, l’installation des équipages, leur formation à l’exploitation de la voiture en dehors du parc d’assistance… Notre principale difficulté a été de travailler dans des conditions météo chaudes. Nous avons quand même finalement réussi à trouver un peu de chaleur dans le sud de l’Europe. »

Avez-vous des inquiétudes particulières concernant la fiabilité ?

« Je considère que nous avons bien travaillé compte tenu du temps dont nous disposions pour mener à bien ce projet. Les risques existent, évidemment. Il ne faut pas oublier que la DS3 WRC est une voiture totalement nouvelle, contrairement à la C4 qui était une large extrapolation de la Xsara. »

Le changement le plus tardif concerne les pneumatiques. Quel a été l’impact sur le développement de la voiture ?

« Michelin étant un partenaire historique de Citroën, je dois tout d’abord exprimer notre joie de retrouver ce manufacturier et une partie de son équipe technique. Cet enthousiasme ne retire d’ailleurs rien à la satisfaction affichée à l’issue de trois années de collaboration avec notre précédent partenaire. Le profil des pneus Michelin étant fondamentalement différent, nous avons du revoir pas mal de choses au niveau de la géométrie des trains roulants : raideur de suspension, carrossage, barres antiroulis… Les pneus Michelin sont performants et offrent un comportement très précis, particulièrement sur l’asphalte. »

Pensez-vous que ces nouvelles World Rally Cars seront plus spectaculaires que la précédente génération ?

« Le gabarit plus compact de la voiture réduit l’inertie. Avec l’absence de différentiel central, il faut s’attendre à avoir des phases de freinage avec plus de mobilité, y compris sur l’asphalte. Le moteur prend plus de tours et ‘chante’ un peu plus, l’absence de commande semi-automatique de boîte de vitesses va forcer les pilotes à se battre un peu plus au volant… Je dirais qu’effectivement, ces nouvelles voitures seront plus intéressantes à regarder pour les spectateurs ! »

Voilà, la ‘’ Messe est dite ‘’

Chez Citroën, on a comme d’habitude bien ‘’ bossé ‘’ et rien laissé au hasard, professionnalisme de la maison, oblige !

Place maintenant aux chronos…

Car ne l’oublions pas, chez Ford, on aspire à détroner enfin, les bolides de la firme aux Chevrons..

Premiers éléments de réponse à partir de ce jeudi sur les routes et pistes Suédoises, toujours largement verglacées et enneigées.

Même si comme l’a rappelé et souligné Olivier Quesnel, ce Rallye ne donnera pas forcément un verdict, applicable tout au long de cette nouvelle longue campagne.

Le tracé Scandinave étant pour le moins atypique dans le calendrier mondial !

Gilles Gaignault
Photos :
Autonewsinfo – Team et Red Bull

 

WRC

About Author

admin

Leave a Reply