24 HEURES DU MANS 2011 : PESCAROLO RETROUVE LE MANS

Pescarolo engagé en LMS (Le Mans Series) et sélectionné par les organisateurs des 24 Heures sur la liste des écuries autorisées à prendre le 11 juin prochain, le départ de la 79 ème édition de la course la plus célèbre du monde, ce n’est plus une surprise !

Nous avons déjà raconté ici les malheurs et heurs de l’écurie Pescarolo, nouvelle née sous le nom de Pescarolo Team.

Mais ce mercredi matin, au cours de la conférence de presse présentant l’évènement millésime 2011, nous avons eu les détails du retour du grand brun avec un casque vert…

PATRON HEU-REUX !

Le plateau des 24 Heures 2011 est somptueux, ceci vous est présenté par Gilles Gaignault, dans le détail dans un reportage annexe. 

56 voitures au départ dont une Pescarolo Team à moteur Judd « dégonflé » pour satisfaire au nouveau règlement.
Les organisateurs ont donné la liste exhaustive des écuries au départ et c’est avec le fameux ‘’numéro 16’’ que nos héros, ont été intronisés.

Le patron ne cache pas sa joie.

« D’abord, merci à l’ACO d’avoir fait abstraction d’une année désastreuse pour l’écurie. Je suis incroyablement heureux d’être parmi les 56 concurrents. Je suis soulagé aussi car j’ai vraiment eu peur d’être à la fin de l’aventure en 2010. Redémarrer n’a pas été facile. Premier point, Jacques Nicollet a racheté les actifs de la défunte écurie Pescarolo Sport, c’était le premier acte de la renaissance. Puis, il fallait trouver de l’argent pour relancer la machine. Autovision, spécialiste du contrôle technique, nous a permis de passer ce deuxième stade, c’est que tout le monde était au chômage ! Enfin, nous avons pu boucler le budget de l’année 2011, je travaille déjà sur 2012. Pour cette année, Motul, La Sarthe, Renault Rent, Scania, Nerim, une société de téléphonie et Eolen, une société d’ingénierie nous permettent d’engager une voiture. »

Sur le plan sportif ? 

« Enfin, le LMS commence à ressembler au Championnat du Monde d’Endurance dont tout le monde rêve. On voit arriver tous les japonais, avec des moteurs essence, j’imagine donc que le règlement pourra encore évoluer dans le sens d’une plus grande équité diesel-essence. Notre moteur, qui est en préparation chez Judd, nous ne savons pas du tout ce que cela va donner. Heureusement, nous avons tous dix ans d’expérience, ça va aider ! En fait, on diminue la cylindrée parce que la bride déclenchait de vilaines vibrations. On l’aura fin février et il faut que l’on trouve une piste d’essai rapide. Un mot enfin sur les pilotes. Pour les 24 Heures, il fallait un troisième, aux côtés d’Emmanuel Collard et Christophe Tinseau. Vous savez que j’aime donner leur chance aux nouveaux talents, Julien Jousse en est un particulièrement doué et je l’ai donc choisi ».

PILOTES HEU-REUX !

Julien Jousse est un grand garçon, qui se remarque dans cette profession de pilotes dont les gabarits sont souvent réduits, ce qui est logique vu la taille des cockpits !

En taille, quand tout le groupe est ensemble pour la photo, il un peu en dessous d’Henri Pescarolo.

« J’ai 25 ans, j’ai commencé par la monoplace, Formule Renault en 2006 (3ème), Vice Champion de WSR (World Series by Renault) en 2008, ensuite pilote en Super League ».

Comment s’est faite la rencontre avec Pescarolo ?

« Quand j’ai voulu me lancer en endurance, Henri m’a dit que j’étais un peu jeune pour intégrer son écurie. Alors j’ai participé deux fois aux 24 Heures, en GT avec le Team de Luc Alphand, et c’est l’associé de Luc, Philippe Poincloux, qui a fait ma promotion auprès d’Henri. Et voilà ! je suis évidemment incroyablement heureux et fier de faire partie de ce team ».

Emmanuel Collard attend la « nouvelle » voiture avec impatience.
« Le châssis 2010 sur le nouveau moteur, c’est un duo totalement inconnu. On l’attend et on espère que ce sera top. Début mars on pourra rouler. Au Bugatti bien sûr. Pour la vitesse, on parlait de Bretigny mais ce ne sera peut-être pas possible. En fait, les vrais essais seront au Ricard, avec tous les autres concurrents. Si tout va bien, on gagnera les LMS
Et on sera première voiture essence au Mans. Aller chercher les protos diesel, faut pas rêver… »

Christophe Tinseau essaie d’imaginer le pilotage de la voiture dans sa version 2011.

« Ce sera moins violent, la voiture sera moins vive. Le pilotage risque d’être un peu aseptisé. On perd quand même plus de 100 chevaux, passant de 670 à 550 ! cela dit, tout le monde aura ce type de puissance, donc la bagarre sera totale. Vu que nous ne pouvons pas travailler sur l’augmentation de puissance, nous devrons améliorer la vitesse de passage en courbe pour faire tomber les chronos. Et donc bosser sur le châssis. J’ai confiance, ça va marcher ». 

Et bien… la belle histoire continue !

Quatre fois vainqueur des 24 Heures, recordman des participations à cette course , Henri a pris 33 fois le départ, il eût été impensable que l’endurance mondiale puisse courir sans le célèbre Team vert.

La mise en liquidation du team, en juillet 2010, n’est donc plus qu’un vilain souvenir.

Sur que les innombrables fans sauront apprécier le retour sur les circuits dont celui des 24 Heures, du Pescarolo Team

Jean Louis Bernardelli
Photos : Bruno Palmet – Patrick Martinoli – Will Bar

 

Endurance

About Author

admin

Leave a Reply