MONTE CARLO HISTORIQUE : LES 330 CONCURRENTS SONT EN ROUTE

  

Ils sont partis.

En route depuis Marrakech, Glasgow, Varsovie, Barcelone et Reims ou nous étions

La 14e édition du RALLYE MONTE-CARLO HISTORIQUE se déroule en effet depuis ce vendredi 28 janvier et ce jusqu’au 2 février.

L’occasion pour l’imposante caravane… 330  concurrents de fêter et honorer les 100 ans de son aîné, le prestigieux Rallye Monte-Carlo (1911 – 2011).

Comme lors de la précédente édition, le chronométrage se fera à la seconde, à l’aide du système GPS Tripy, et au 1/10e de seconde, par chronométrage manuel.

De même, les concurrents engageant des voitures d’avant 1966 (catégories I et II) ou d’une cylindrée inférieure à 1300 cm3 (classe 1) pourront choisir, s’ils le désirent, l’option de vitesse moyenne basse pour les épreuves de régularité.

Nouveauté cette année et comme à la belle époque des MONTE CARLO d’antan, les participants avaient le choix entre cinq villes de départ ayant marqué l’histoire du Rallye Monte-Carlo :
Marrakech (Maroc), Varsovie (Pologne), Glasgow (Ecosse).

Et, deux autres villes de départ, Reims (France) et Barcelone (Espagne) étant elles réservées, s’ils le souhaitaient, aux concurrents s’engageant avec des voitures d’avant 1966 ou d’une cylindrée inférieure à 1150 cm3.

En effet, ces deux parcours de concentration proposant un kilométrage très nettement inférieur à ceux des trois autres villes.

À noter également que les pénalités aux Contrôles Horaires seront de moitié lors des parcours de concentration par rapport à la suite du rallye.

Les départs étant donnés dans l’ordre croissant des numéros pour les parcours de concentration et de classement, puis, dès le parcours commun, dans l’ordre du classement de la 1ère spéciale (Col de Braus – Col de Castillon), disputée en fin de concentration.

Enfin, le départ du parcours final se fera de la Place du Casino à Monte-Carlo.

De Reims ou nous étions, nous avons notamment pu retrouver un ancien vainqueur, l’inusable ‘’ Jeannot ‘’ Ragnotti, victorieux en 1981 au volant d’une R5 turbo et navigué par notre ami, le regretté Jean Marc Andrié.

Jean pilote l’une des 3 4L engagées par le constructeur Renault
Comme nous l’expliquait, Jean Jacques Delaruwiére de la Com Renault :

« Effectivement et dans le cadre de la commémoration du ‘’cinquantenaire’’ de la Renault 4, Renault Classic a engagé 3 de ces Renault 4 au Rallye Monte-Carlo Historique. »

Respectivement confiées à Jean Ragnotti, Manu Guigou  (Pilote Renault Sport – 4ème au Championnat de France des Rallyes 2010) et aussi à Michel Leclère  (pilote de Formule 1 en 1975 et 1976)

Ces trois voitures sont des « clins d’oeil » aux voitures officielles engagées au Rallye Monte Carlo 1962 et 1963.

Le but n’est bien évidemment pas de gagner mais de démontrer que dans cette épreuve, longue de 2500 km, la Renault 4, est toujours dans la course !


Avant de rejoindre Reims, les trois équipages ont posés à Boulogne-Billancourt devant le siège historique de la Régie Renault – aujourd’hui heureusement sauvegardé, malgré la transformation du quartier et la vente par Renault de la totalité de ses terrains.

Siège ou se trouvait le bureau de Louis Renault

Aux côtés de Jean Ragnotti, on note la présence de Franca Davenport – fille de l’ancien brillant co pilote John Davenport- et de notre confrère Sylvain Reiser.

Leclére est épaulé par Bernard Cannone et Philippe Berthonnet cependant que Manu Guigou est lui navigué par le duo Felix Macias-Melina Priam.

Les cinq villes de départ.

Douceur et soleil à Marrakech qui a donc été la première ville à donner le coup d’envoi de cette 14ème édition de l’épreuve monégasque, mercredi 26 janvier à 10 heures.

79 concurrents sont au départ sur 80, malheureusement pour l’équipage n° 202, Roger Meylan et Christian Robin, le moteur de leur Lancia Fulvia Zagatto a rendu l’âme …au pied du podium de départ !

Rageant.

C’est de cette ville Marocaine que les équipes Alpine fortes de huit Berlinettes se sont élancées en 1971 et réalisé un  sensationnel triplé victorieux, Ove Andersson précédant Jean Luc Thérier et Jean Claude Andruet.

Pour évoquer ce souvenir inoubliable, l’écurie Alpine d’Eric Comas (photo) avait donc choisi Marrakech comme ville départ cette année.

Un autre ‘’ Grand ‘’ , un GEANT du Rallye, Rauno Aaltonen s’est lui aussi élancé depuis la ville-départ Marocaine, au volant de sa Mini Cooper (photo)

Soleil à Marrakech mais…flocons sur Varsovie, seconde ville de départ pour 98 concurrents en présence du Ministre des Sports et du Maire de la Ville où une foule nombreuse est venue saluer les concurrents.

Les concurrents du MONTE CARL’ ont pris le départ depuis cette ville entre 1959 et 1979 sans discontinuer. D’illustres pilotes tels que Walter Schock, Vic Elford ou Bjorn Waldegard, ont pris le départ du rallye depuis cette ville, avant de triompher à Monaco.

Glasgow est dans la nuit lorsque les 47 concurrents prennent le départ. Christophe Lapierre retrouvé à Reims ou la caravane ‘’ Ecossaise ‘’ rejoignait l’épreuve nous racontait :

« Il a plu toute la journée à Glasgow et il faisait un froid sibérien ce jeudi 27 janvier au moment du départ. La route nous a paru longue avant de rallier la Champagne. T’imagines qu’on n’a pas trainé en route… avec la Porsche 911 » !!!

Dès la fin de la Seconde Guerre Mondiale, Glasgow devient ville de départ, entre 1949 et 1964 puis de 1971 à 1973.

En 1924, un concurrent ouvrait la liste des partants de la ville écossaise, Ledure sur une Bignan, lequel remportât l’épreuve monégasque.

Sydney Allard, sur Allard en 1952 et Ronnie Adams sur Jaguar en 1956 firent de même.

Vendredi soir donc, c’était au tour des concurrents de Reims (130) et Barcelone (55) de s’élancer sur les routes européennes pour rallier Monaco.

Reims ou malgré un froid tenace, une foule imposante envahissait les rues autour de la mairie ou était situé le parc.

Une foule composée de nostalgiques, des passionnés ravis de redécouvrir toutes ces merveilleuses voitures d’antan, dans un état exceptionnel.

Des DS aux 4 CV en passant par les 403 sans oublier  toute les Ford (Escort-Falcon-Cortina-Zephyr-Capri- Mustang), les Mercedes de tous types, les Mini, Austin Healey, Volvo, Saab, Lancia, Alfa Roméo, BMW, DKW, NSU, Morgan, Facel Vega, Opel, Jaguar, Aston.

Bref, une meute de sublimes bolides d’antan.

Ce qui faisait dire à notre hôte, Jean Berchon de Moët et Chandon, le soir autour de la meilleur table de Reims, ‘’ L’assiette Champenoise ‘’ d’Arnaud Lallement :

« C’est toujours un réel régal que de retrouver, année après année, ces légendairinoubliables voitures de notre enfance. Et en parfait état, malgré les ans qui défilent. »

Il est vrai que pour ‘’ Le plaisir des yeux ‘’  le parc fermé de Reims, était réellement une véritable caverne … d’Ali Baba !!!

Gilles Gaignault
Photos : Gilles Vitry – Stefan Roux – Renault

Sport

About Author

admin

Leave a Reply