NASCAR : LUCAS LASSERRE DANS LE GRAND BAIN…

Go West !

Lucas Lasserre, un " frenchie" qui débarque en NASCAR !!!!
Deux jours…

Voilà ce qui sépare Lucas Lasserre de son baptême "Nascar" sur le Toyota Speedway d’Irwindale, aux portes de Los Angeles en Californie.

En remportant le Championnat de France de la catégorie Race Car, le Palois a tout simplement gagné l’opportunité d’aller défier les Américains chez eux et ce sur un…  Speedway qui plus est !
Pour corser le tout, tous ceux qui veulent se faire un nom en Nascar tentent leur chance dans le prestigieux "Toyota All-stars Showdown" … en d’autres termes plus familiers, "il y aura donc du monde au portillon" !

Le défi est de taille, car en plus de courir pour la première fois sur ovale, Lucas n’aura qu’une minute et demie pour conquérir sa qualification pour la course soit tout simplement la bagatelle de… 2 tours.

Celle-ci se déroulera en outre de plus en peloton, parfois un peu "furieux" où et c’est une évidence, les petits cœurs  devront s’abstenir !!!
 

Même les autos sont différentes de la Chevrolet que notre "frenchie" a mené par trois fois à la victoire, finissant à dix reprises dans le Top 5 en France cette année…

Lucas pourra compter sur son expérience de quinze saisons aux commandes de toutes sortes de voitures de course depuis la monoplace en passant par les protos (LMP1 au Mans) les GT1 ou les Super GT japonaises et qui, après l’Europe puis l’Asie donc, l’auront conduit "aux Amériques" !

Cette carrière prouve que le Palois possède assez d’expérience pour tenter de prendre rapidement la mesure de sa nouvelle monture.

Côté sens de l’attaque, Lucas est reconnu pour ne rien "lâcher"…

Il a conquis son deuxième titre (consécutif) en Race Car lors de la dernière course de la saison – courue à l’occasion des 24 Heures du Mans Camions  – sur le circuit des 24Heures du Mans et ce après une sensationnelle passe d’arme mémorable avec Eric Hélary, dont les deux hommes resteront fiers longtemps.
Beaucoup d’inconnues subsistent encore mais largement compensées par l’objectif de bien faire…outre Atlantique

Lucas lâche :

« Je n’ai jamais eu dans l’esprit de mettre mon casque et prendre la piste pour simplement suivre mes adversaires. Mais, je suis lucide, je sais qu’en face il y a des spécialistes… qui connaissent par cœur le pilotage sur ovale, qui savent réagir aux ordres de leur spotter, en résumé qui sont chez eux dans leur monde…! »

Et il reprend :

« Leur éducation, leur approche de la course est bien différente de la notre. Je pars donc sans beaucoup de repères car je sais seulement que je vais être plongé dans un grand bain "remuant". »

Puis, Lucas enchaine :

« En plus j’ai faim. Faim de pilotage, d’adrénaline, de tension. Depuis mon titre de cette année, je n’ai plus piloté. En revanche, j’ai gardé mon planning d’entraînement car j’affiche toujours le même poids de forme que celui de mon époque F3 ! »

Avant de conclure :

« Bien figurer me permettrait de remercier une fois de plus toute mon équipe EffiTIC CARRÉ SPORT pour le formidable travail réalisé en Race Car et en Porsche Carrera Cup. Pour mes partenaires qui me suivent depuis le début de cette aventure, je leur avais dit que je ferais tout pour porter leur couleur de l’autre côté de l’Atlantique, pour les remercier tout particulièrement. Dans quelques jours, j’aurai respecté ma promesse, et rien ne vaut de tenir sa parole, de faire ce que l’on dit. Pour finir et tout à fait entre nous, et, il y a aussi beaucoup d’émotion… parce que ce voyage je le fais avec Eric, mon père. Il m’a toujours soutenu depuis l’époque du BMX, en passant par celle du Ski, puis de la voiture. Mes parents ont toujours été là et c’est un sentiment bien particulier que de pouvoir partager cette expérience avec lui … et puis, quelque part, c’est encore le mythe du rêve américain que nous allons réaliser ensemble. »

De toute façon et quelque soit le résultat, Lucas le Palois aura assouvi un rêve :

Celui de tourner dans le vrai ‘’ American Circus ‘’ de la discipline Reine aux USA, celui de la toute puissante Nascar.

Celle qui rassemble parfois jusqu’à 250.000 fans dans les tribunes des plus prestigieuses épreuves !

Et qui ont noms Daytona, Charlotte ou encore Talladega

Des épreuves d’enfer ou nous avons nous-mêmes par le passé ressentis de sacrées charges émotionelles…

C’est dire!!

Gilles Gaignault
Photos : Gilles Vitry – Nascar

Nascar

About Author

admin

Leave a Reply